Archives par mot-clé : appel

Appel – Practices of Copying & Imitation in Early Modern Architecture (1400-1700)

Working Group Proposal

Practices of Copying & Imitation in Early Modern Architecture (1400-1700)

Organizers

Nele De Raedt, Elizabeth Merrill

Concept

This research project takes as its premise the notion that practices of imitation and direct copying were integral to architectural design and production in early modern Europe. Architectural theory of the time posited that architecture was an art in constant evolution based on the practice of imitation. In such theories, the imitation of models, in order to create new designs, necessarily included an element of invention, which allowed architecture to evolve and perfect itself. Central to this discussion were questions such as the choice and number of models, and the license one could take adopting them. Yet how was imitation performed in practice? How were models studied, copied, used, and transformed in creating new designs? In other words, how did the practice of direct copying and imitation in both the workshop and on the building site shape the production of architecture in the early modern period?

By focusing on specific techniques and instances of copying and imitation, this research project critically expands upon the existing scholarship, in which extensive focus is granted to the Italian Renaissance, and specifically the conscious imitation of classical architecture, and the intellectual discussions surrounding the parallels between literary and architectural theory. Within this, the literary concepts of invenzione, capriccio, mescolanza, licenza, and decorum have been extensively studied in relation to contemporary thinking on architecture. By contrast, this research initiative directs attention to actual practices and material documentation of imitation in the workshop and on the building site, and how this evidence sheds new light on the production of architecture. The project hypothesizes that the strong focus on invention in the theoretical discussions on imitation has drawn attention away from more mundane and everyday practices of tracing, the casting of models, and the reproduction of ornamental details, which were often routine and direct, driven by needs of economy, efficiency, and scale. The project thus supposes that the rich and varied architectural culture of the period was undergird by the ties forged by direct replication and imitation. It aims to bring to the fore the very practice of copying and imitation as a driving force behind the production of architecture in the early modern period.

In terms of its approach and methodology, the project encourages research that extends the traditional boundaries of architectural history of the Early Modern period, granting attention to overlooked projects, places and archives, structures and designs of utilitarian nature, and material that is otherwise contained with the history of construction and technology.

Individual papers might address the following subjects/themes:

  • Workshop traditions, including the use of drawings, technical manuals and plastic models
  • Those aspects of architecture that are routinely studied, copied and imitated (for example: the architectural orders, building plans, ornamental details)
  • The relationship between imitation, building materials, and construction methods
  • The relationship between model and imitation; examples of specific buildings that were perceived as being conceived or built “in imitation of” another building
  • The organization of the building industry and degree to which the building industry contributed to architectural production based on copying and imitation 
Details & Organization

In terms of intellectual production, the project’s aims are twofold: the hosting of an international conference in Ghent or Brussels, scheduled for June 2023, and the publication of a peer-reviewed edited volume. The working group will include approximately 10-12 scholars active in the fields of Architectural History, Art History, and the History of Science and Technology.   

In November 2022, members of the group will meet via Zoom to introduce themselves and their projects, and exchange preliminary ideas for the conference and edited volume. In May 2023, participants will be asked to circulate complete drafts of their papers. The actual meeting of the group will take place over the course of two days in June 2023. The first day will be organized as an open conference, during which participants will present their papers. During the second day, the working group will meet alone, to further discuss the content of individual papers, the project’s major themes and the production of the publication. Participants will receive an allowance for travel expenses and accommodation.

Paper Proposals

Please submit abstracts of research papers (500-1000 words), along with paper title and C.V.  to Elizabeth Merrill  (elizabeth.merrill11@ugent.be) and Nele De Raedt (nele.deraedt@uclouvain.be).

Deadline for the submission of paper abstracts is 15 July 2022.

Preliminary Project Timeline
  • 15 July 2022: deadline for paper abstracts
  • 15 August 2022: confirmation of working group participants
  • early December 2022: virtual introductory meeting
  • May 2013: due-date for circulation of papers
  • June 2023: conference in Brussels or Ghent, venue TBD
  • August 2023: submission of book proposal
  • October 2023: (internal) due date for revised papers
  • Spring 2023: submission of manuscript to press
  • 2025: publication of edited volume

Informations

Appel – Conservator oude drukken en manuscripten bij Museum Plantin-Moretus

Museum Plantin-Moretus neemt op wereldvlak een unieke positie in op het vlak van erfgoed. Ben je op zoek naar een unieke job? Word conservator bij het museum. Je werkt mee aan de ontsluiting en terbeschikkingstelling van de gerenommeerde collectie aan de (internationale) erfgoedgemeenschap én aan de bewaring voor de volgende generaties.

Wat doe je

  • Je bouwt kennis op zodat je dé internationale expertisedrager bent over de collectie oude drukken en de Officina Plantiniana. Je ontwikkelt projecten om je kennis te delen.
  • Als conservator sta je in voor de goede zorg van de collectie op het vlak van behoud & beheer, inventarisatie en digitalisering en ontsluiting naar onderzoekers en bezoekers.
  • Je versterkt de internationale positionering van het museum:
    • Je initieert overleg en neemt deel aan samenwerkingsverbanden op lokaal, nationaal en internationaal niveau.
    • Je onderhoudt en verbreedt een relatienetwerk binnen en buiten Antwerpen.

Meer informatie over Museum Plantin-Moretus

Het Museum Plantin-Moretus is het woonhuis en de drukkerij-uitgeverij van de drukkersfamilie Plantin-Moretus. Weinig andere erfgoedsites verbeelden op een duidelijker manier de idee van baanbrekend vakmanschap. Het is de enige nagenoeg volledig in situ bewaarde pré-industriële drukkerij ter wereld en de getuige van een iconisch uitgeversgeslacht.  De bibliotheken huisvesten unieke handschriften en pronkstukken uit de Europese drukkunst. Het archief verhaalt van 300 jaar bedrijvigheid en (woon)cultuur. 

Wat mag je van ons verwachten

  • Je verdient een minimum bruto maandloon van 3.364,17 euro (bij geen ervaring) dat ook hoger kan zijn als je relevante ervaring kan voorleggen (tot 3.702,89 euro bij 5 jaar relevante ervaring en tot 4.164,79 euro bij 10 jaar relevante ervaring).  Jouw loonpakket kan je berekenen met de loonsimulator.  Gebruik hiervoor je officiële functietitel: A1-consulent.  
  • De stad biedt daarnaast een werkweek van 38 uren, een mooie work/lifebalans, opleidingen, werk in de Antwerpse regio, en ruimte voor flex- en thuiswerk.
  • Je gaat aan de slag bij Talentontwikkeling & Vrijetijdsbeleving in het Museum Plantin-Moretus: Vrijdagmarkt 22-23, 2000 Antwerpen.
  • Je wordt in dienst genomen met een contract onbepaalde duur.

Wat verwachten we van je

  • Je hebt een goede kennis van pré-industriële boekdrukkunst, boekgeschiedenis en mentaliteitsgeschiedenis van de lage landen in het ancien regime. Je hebt je kennis al op erfgoedmatige wijze ingezet in eerdere projecten .
  • Je hebt kennis van en inzicht in het museaal collectiebeheer, van de behoud & beheerproblematiek van papieren erfgoed en van presentatie.
  • Je hebt kennis van oud-Latijn en bij voorkeur ook Grieks. Daarnaast heb je een goede kennis van het Engels en Frans.
  • Je bent op de hoogte van CEST, inventarisatiesystemen en digitalisering. Kennis van of inzicht in de structuur en aandachtspunten van Adlib, Brocade en DAMS is een meerwaarde.
  • Je hebt kennis van en ervaring met informatietechnologie en e-communicatie.
  • Je hebt zin voor verantwoordelijkheid, werkt georganiseerd en resultaatgericht, en een teamplayer die collega’s motiveert en ondersteunt om de doelstellingen te bereiken.
  • Je bent een organisatietalent met een analytisch denkvermogen.
  • Je bent een netwerker met warme contacten in de internationale onderzoekswereld.
  • Je wilt op de hoogte blijven van nieuwe ontwikkelingen en instappen in vernieuwende visies op het maatschappelijk belang van de collectie.
  • Je bent bereid om af en toe ’s avonds of in het weekend te werken.
  • Je bent iemand om op te bouwen, iemand die zich wil inzetten voor een betere stad.

Aan welke voorwaarden moet je voldoen

  • Je hebt een masterdiploma, bij voorkeur in Geschiedenis, Boekgeschiedenis, Filologie – klassieke talen of een andere gelijkaardige richting, en kan je diploma voorleggen bij contractering.
  • Je voldoet aan de sollicitatievoorwaarden.  

Selectiedata en -procedure

De selectie bestaat uit een CV-screening, abstract redeneertest, thuisopdracht en interview. De gesprekken vinden plaats op vrijdag 3 juni.

Hoe solliciteren

  • Solliciteren doe je online en is mogelijk tot en met 22 mei.
  • Je voegt een CV toe, en beantwoordt enkele online sollicitatievragen.
  • Heb je een arbeidshandicap die een aanpassing aan de selectie of op de werkvloer vereist? Voeg een kopie van je attest toe in je sollicitatie.
  • Als je correct hebt gesolliciteerd ontvang je meteen een automatische bevestiging in je mailbox.

Heb je alles grondig gelezen en heb je toch nog een vraag ?

Mail: consulent@antwerpen.be

Of contacteer :

  • voor inhoudelijke vragen: Laura Kas – recruiter – 0494 37 50 62
  • voor vragen over de selectie zelf: Franka Leicher – dossierbeheerder – 0490 58 65 31

Informations

CFP – En parlant – en écrivant. Complémentarité, concurrence et hybridation entre écrit et oralité (Europe, 16e-17e s.)

Journées d’études à l’Université du Luxembourg (Institut d’histoire) à Belval (Esch-sur-Alzette), les 15 et 16 septembre 2022.

Ces journées d’études sont la deuxième rencontre organisée par le groupe international et transdisciplinaire Anthropologie politique et religieuse de la parole (16e-17e siècles). Elles poursuivent les interrogations des travaux entamés à Genève en février 2022 sur les éléments constitutifs de la promesse et son effectivité à l’époque moderne, tout en déclinant de nouveaux aspects de ce vaste domaine de recherches. Les rencontres de Genève et du Luxembourg visent à créer et consolider un groupe de recherche dont les activités se poursuivront selon des modalités qui restent à définir collectivement (ateliers, écoles d’été, publications diverses, etc.

Les journées d’études qui se tiendront à l’Université du Luxembourg porteront de manière plus spécifique sur les rapports complexes entre écrit et oralité dans l’Europe des 16e et 17e siècles. Les deux modalités d’expression et de communication font l’objet depuis quelques années d’un intérêt renouvelé. Beaucoup de travaux récents sont ainsi consacrés aux « pratiques de l’écrit » dans les chancelleries, secrétaireries et autres bureaux, dans les officines et comptoirs de divers types, ou encore dans les institutions religieuses des principales confessions chrétiennes. Les ressorts de l’oralité ont quant à eux été remis à l’honneur par de nouvelles approches des cérémonies politiques et judiciaires, par le renouveau de l’histoire diplomatique et par des études pionnières sur la prédication.

En revanche, les relations entre écrit et oralité ont été peu thématisées et analysées. Elles renvoient à des questions importantes liées à l’histoire de l’époque moderne et à ses sources. Comment s’articulaient les passages de l’oralité à l’écrit ? En situation de concurrence entre les deux modalités, comment se faisaient et s’expliquaient les choix ? Dans quels contextes l’oralité vient-elle dupliquer, conforter, compléter, modérer, voire concurrencer ou même contredire l’écrit? Lorsqu’il y eut davantage de complémentarité, quelles furent les influences réciproques, notamment mais pas uniquement du point de vue formel ?

Une attention particulière doit être accordée aux phénomènes d’hybridation entre l’écrit et l’oralité dans différents domaines, périodes et contextes. Ils peuvent être étudiés au moyen de documents variés, dans une approche qui ne sépare pas strictement l’histoire religieuse de l’histoire politique, mais qui mobilise des concepts inspirés par l’anthropologie historique, les études culturelles et littéraires ou encore l’analyse des discours. Enfin, quelles sont les traces de l’oralité dans les sources de l’époque moderne, quels sont ses marqueurs spécifiques, et comment les acteurs des 16e et 17e siècles en envisageaient-ils eux-mêmes la conservation ?

La notion de « performativité » est centrale pour les questions de recherche qui sous-tendent les journées d’études En parlant, en écrivant de septembre 2022 et qui irriguent tout le projet collectif sur l’Anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne. Dans le sillage du « performative turn », beaucoup de travaux se sont penchés sur les rituels publics et leur mise en scène, sur le rôle clé des gestes et du corps, ainsi que sur les sources visuelles, bref sur des aspects non verbaux. Mais il ne faut pas négliger la place des mots, qu’ils soient dits ou écrits, dans les différents lieux et milieux sociaux de l’Europe pendant les 16e et 17e siècles. Aussi, les fonctions performatives de la parole seront-elles au centre des journées d’études En parlant, en écrivant. Cette approche, fortement tributaire des débats ayant suivi le «linguistic turn », permettra de questionner à nouveau frais les périmètres mouvants du dicible et de l’indicible, du pensable et de l’impensable, du nommable et de l’innommable aux 16e et 17e siècles, dans le processus de confessionnalisation comme dans les conflits politiques et géopolitiques qui scandent la première modernité.

Voici quelques thématiques plus restreintes qui pourront être abordées dans le cadre de sections cohérentes et pour lesquelles nous sollicitons des propositions :
* Dire, écrire et publier la loi et la Loi (politique et religieuse)
* Communiquer et informer, au sein de monarchies composites, déjouant les distances, les oppositions, à toutes les échelles des agencements de pouvoir (circulation des nouvelles, etc.)
* Organiser et mettre en pratique la « bonne gouvernance », par la parole et par l’écrit (cérémonies de l’information, spectacle du pouvoir, rituels politiques, etc.)
* Pratiques de l’oralité et pratiques de l’écrit dans la diplomatie (ambassades, correspondances, etc.)
* Prêcher et mettre par écrit la prédication
* Débattre par la dispute orale ou par l’écrit
* Prier à l’époque moderne : pratiques de l’oralité et pratiques de l’écrit (publiques et privées)

Les journées d’études En parlant, en écrivant seront probablement organisées en co-modalité (mode présentiel et Webex).

Merci d’envoyer vos propositions en français ou en anglais, avec un titre provisoire et un abstract de quelques lignes (expliquant comment votre communication répondra aux questions posées dans l’appel à communications), AVANT LE 15 AVRIL 2022 à l’adresse suivante : monique.weis@uni.lu (https://history.uni.lu/team-monique-weis/)

Organisation et comité scientifique :

  • Prof. Monique Weis, Université du Luxembourg
  • Lison Vercammen, doctorante, Université du Luxembourg et Université catholique de Louvain
  • Prof. Paul-Alexis Mellet, Université de Genève-IHR
  • Dr. Jérémie Ferrer-Bartomeu, Centre Jean-Mabillon (École nationale des Chartes) et Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours

Le programme définitif des journées d’études sera finalisé fin avril/début mai 2022.

Les participants retenus seront alors contactés dans les meilleurs délais. Les frais de logement seront pris en charge par les organisateurs. Il en sera de même pour les frais de voyage si les participants ne disposent pas de financements de la part de leurs laboratoires de recherche.

Pour le 1er septembre 2022, les participants enverront un document (de max. 5 pages) reprenant une source ou un ensemble de sources qu’ils utiliseront dans leur exposé. Le dossier complet sera envoyé à tous en amont des journées d’études afin de faciliter les échanges.

Informations

Appel – Appel à candidature « Chercheurs invités » ERC AGRELITA 2022

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant AGRELITA n° 101018777, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), des résidences de chercheurs invités sont à pourvoir.

Cet appel à candidature s’adresse à toute personne, française ou étrangère, titulaire d’un doctorat en lettres, histoire de l’art ou histoire, dont les travaux portent sur l’histoire du livre, l’histoire culturelle et politique, les visual studies ou encore les memory studies, et dont les compétences, enfin, sont complémentaires à celles de l’équipe. Le projet et son équipe sont présentés sur le carnet Hypothèses : https://agrelita.hypotheses.org/ . Le projet AGRELITA est basé à l’Université de Lille. 

Projet ERC Advanced Grant AGRELITA
L’histoire de la réception de la Grèce antique en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Missions des chercheurs invités
Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA est financé pour cinq ans (2021- 2026) et dispose d’un budget dédié à l’accueil de chercheurs invités dans ses locaux, à l’Université de Lille, dans la faculté des Humanités (https://humanites.univ-lille.fr/) et le laboratoire ALITHILA (Analyses littéraires et histoire de la langue), domiciliés sur le campus Pont de Bois à Villeneuve d’Ascq. Les séjours peuvent être d’une durée de 4 à 8 semaines, et en 2022 pourront avoir lieu du 15 septembre à la fin novembre. Les chercheurs invités travailleront avec la Principal Investigator, les quatre post-doctorantes, la project manager et les chercheurs associés. Les chercheurs invités s’engageront à produire une recherche pour le projet. Il s’agira de participer aux travaux de l’équipe et aux manifestations qu’elle organise ; de rédiger un article qui paraîtra dans l’un des volumes d’AGRELITA chez Brepols publishers, ou dans l’un des dossiers publiés en revues ; de contribuer à l’alimentation du carnet Hypothèses https://agrelita.hypotheses.org/

Les axes de recherche du projet pour les années 2022 et 2023 sont :

  • « Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec »
  • « Nouvelles traductions et réceptions de la Grèce ancienne »
  • « Créer une mémoire des passés antiques »
  • « Inventions de mythes d’origine grecque »

Voir le site : https://agrelita.hypotheses.org/

Conditions de défraiement des frais de mission
Les chercheurs invités seront défrayés sous la forme de frais de mission, sur la base d’un montant forfaitaire de 2000 euros maximum par mois, pour les frais de résidence à Lille, à partir de leurs justificatifs (logement, repas et transport dans la région Nord). Un montant forfaitaire maximal de leurs frais de voyage entre la résidence d’origine et Lille (pour le voyage d’aller et de retour) s’ajoutera à ce forfait :
– 400 € pour un voyage depuis un pays européen (sur la base de justificatifs) ;
– 800 € pour un voyage depuis un pays hors Europe (sur la base de justificatifs)


Modalités pour candidater
Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes :

  • Le formulaire de candidature, comportant les dates du séjour pour l’année 2022 (entre le 15 septembre et la fin novembre)
  • Un projet de recherche (2 pages) en lien avec les thématiques des sujets traités par l’équipe AGRELITA durant ce séjour, à partir duquel le/la chercheur entend rédiger l’article demandé, à rendre à la fin du séjour.

Nous vous prions d’envoyer votre candidature au format PDF aux adresses suivantes : catherine.bougassas@univ-lille.fr et erc-agrelita@univ-lille.fr avant le 1er mai 2022. Les résultats seront rendus mi mai 2022.

Pour plus d’informations sur l’ERC AGRELITA, voir : https://agrelita.hypotheses.org/

Version anglaise

Informations

Appel – Bourse Academia Belgica – Fondation Périer-D’Ieteren

Bourse Academia Belgica – Fondation Périer-D’Ieteren en histoire de l’art et en conservation-restauration du patrimoine

La Fondation Périer-D’Ieteren et l’Academia Belgica proposent une nouvelle bourse de recherche annuelle ayant pour objet soit l’étude d’un ou de plusieurs artistes des Pays-Bas méridionaux des Temps Modernes (XVIe-XVIIIe siècles) dont la production fut influencée par l’Italie, toutes disciplines confondues (dessin, miniature, peinture, sculpture, tapisserie, architecture), soit l’étude comparative des démarches de conservation-restauration des deux pays.

Pour ses recherches, le ou la lauréat.e sera hébergé.e gracieusement pendant deux mois à l’Academia Belgica et recevra une bourse mensuelle, ainsi qu’un forfait pour les frais de voyage. Il.elle s’engage à exposer le résultat de ses recherches lors d’une conférence-débat organisée par la Fondation Périer-D’Ieteren dans l’année suivant le séjour à Rome.

Conditions d’éligibilité :

  • Avoir obtenu un diplôme de 2e ou de 3e cycle (maîtrise, doctorat) en histoire de l’art dans une université belge
  • S’être distingué.e par l’excellence de ses résultats universitaires
  • Ne pas avoir déjà été lauréat de la bourse Academia Belgica – Fondation Périer-D’Ieteren

Durée de la bourse :

  • Deux mois à l’Academia Belgica, entre septembre 2022 et juillet 2023 (la bourse ne peut être reportée à l’année académique suivante).
  • Possibilité d’un accueil temporaire à la Fondation Périer-D’Ieteren pour approfondir les recherches menées à Rome (mise à disposition gratuite d’un studio personnel si le.la lauréat.e ne réside pas à Bruxelles. Modalités à convenir avec la Fondation). Accès à sa bibliothèque, aux plateformes spécialisées et aux archives léguées par S. Schneebalg Perelman, P. Philippot et C. Périer-D’Ieteren.

Procédure :

  • Le.a candidat.e envoie une lettre de motivation, un CV détaillé et une lettre de recommandation d’un professeur enseignant dans une université francophone de Belgique au plus tard le dimanche 13 février 2022 à l’attention du Prof. Catheline Périer-D’Ieteren, à la Fondation Périer-D’Ieteren, 41, rue de Livourne, 1050 Bruxelles.
  • Une version PDF du dossier est à transmettre à l’adresse sacha.zdanov @ perier-dieteren.org
  • Les résultats seront communiqués au plus tard le 13 mars 2022

Informations complémentaires

CFP – Sharp 2022 Power of the written word

The written word has immense power. Manuscripts, books, newspapers, pamphlets, internet and even graffiti can define and spread knowledge as well as form tools for emancipation and liberation. Yet it can also break down communities and fuel discontent. Some argue that new technologies and strategies have enhanced the power of the written word in a negative sense. Others answer that fake news, manipulation and ever-changing technologies have always played a role in history. Moreover, the power of the written word seems threatened by the preponderance of visual technologies in the spread of information. The conference theme explores how and to what extent the power of the written word has manifested itself in past, present and future. Scholars from a range of disciplines are invited to elaborate on the subject – from text creation, illumination and editing to dissemination and distribution of written and printed documents. Big data, digital humanities, codicology, history – whatever the method, we invite you to examine the theme from its beginnings in Sumeria and far into the future. What is the power of the written word? What has it achieved?

Suggested topics

  • The role of manuscripts, printed books, magazines, journals, newspapers, blogs, websites, or tweets in social movements (moral, intellectual, artistic, political, popular, religious)
  • The potentially emancipatory power of reading and writing, literacy
  • Books and manuscripts as material traces (i) of people and their interests (authors, publishers, readers), or (ii) of geopolitical policy (propaganda, diplomacy, granting programs, cultural industries)
  • Libraries, the role of the librarian today
  • Emerging and evolving figures in the book trade (e-publishers, e-pirates, agents, consultants, bloggers)
  • Disinformation, censorship and deceit through the ages
  • Clandestine presses
  • Art and oppression (e.g. Dada, the Russian structuralists)
  • Social media and visual communication in relation to the written word

Proposals on other aspects of print culture are also welcome. We also encourage proposals for lightning talks, posters, and digital project demonstrations. These must include a title and abstract (max. 250 words). Proposals and papers will be written in English. However, presenting a lightning paper (5 minutes) can be done in any language.

How to submit?

  1. Please create an account in the ConfTool.
  2. Submit your proposal. You will be guided by the menu that offers various options for presentations. These are explained in a separate document.
  3. You can only submit one individual presentation.
  4. Select Physical formats or Online formats.
  5. Click the topic that best fits your proposal.
  6. If you wish to submit your original 2020 proposal that was accepted at the time, please tick the box in the topic section. It will be accepted again.

For an overview of the on site and online conference options see the Info page.

Deadline for uploading your submission is: 15 January 2022.

A hybrid global conference is new for SHARP. Please understand that we may not be able to meet all needs and wishes. It is our intention to send an update about your submission around 15 February 2022.

Registration starts 1 March 2022.

Informations

 

Appel – Gender, Networks and Collaboration Across Cultures and History

Organizers: Núria Codina and Beatrijs Vanacker (KU Leuven)

Keynote Speakers: Rebecca Braun (NUI Galway) & Hilary Brown (Birmingham)

Date : 6 May 2022

As the Romantic notion of the author as a male solitary genius is losing currency and being reformulated by scholars and writers alike, the role of gender in collaborative practices has come increasingly into the spotlight. Despite this growing interest, most studies focus on a particular historical period, most notably the contemporary era or the nineteenth-century. Although historical studies are gaining ground, especially on networks of female writers and translators in the modern period, we lack comparative analyses that help us better understand the continuities and changes that collaborations underwent across time and the role that gender plays in these processes. In addition, most studies are restricted to a single form of collaboration (networks, overt co-authorship or co-signature, implicit collaborations) or to a particular domain (academia, literary production, translation, circulation, reception). As a result, we lack insights into the – sometimes conflictual – relationships between the multiple practices, agents, gender roles and contexts involved in collaborative work.

This workshop aims to explore the role of gender in literary collaborations and networks by bringing different periods, cultures and practices into play. It will examine the cultural, social and historical dynamics that shape gender roles and collaboration, primarily – but not limited to – the European context. Moreover, the workshop will highlight the intersections between different collaborative practices in the production, circulation and reception of literature.

Topics might include but are not restricted to the following:

  • Theoretical approaches to the interplay between gender and collaboration
  • Gender, power and collaboration
  • Comparative, transnational or historical analyses of networks and collaborations, with particular attention to gender
  • Multilingualism, gender and collaborative work
  • Collaborative translation and gender
  • The role of agents from a comparative and gendered perspective
  • Collaboration and gender in publishing institutions
  • Reading groups and communal reading practices across history and cultures
  • Reception of women’s collaborative writing across cultures and history

Format & submission guidelines

This one-day workshop, which will take place at KU Leuven (Belgium), will consist of two keynote lectures by Rebecca Braun (NUI Galway) and Hilary Brown (Birmingham) and several thematic sessions (preferably on campus, online if necessary). We particularly encourage early career researchers to participate. Interested speakers are invited to submit a title and abstract in English (300 words) for 20-minute presentations by 1 December 2021.

Please send the abstracts, accompanied by a short bionote, to nuria.codina@kuleuven.be and beatrijs.vanacker@kuleuven.be. Notification of acceptance will be given by 15 January 2022.

Appel – “The art of copying in early modern Europe” workshop

This interdisciplinary workshop is organized by The Medici Archive Project, and will take place at Palazzo Alberti in Florence on Friday, 21 January 2022.

The art of copying in Early Modern Europe

In recent years, attention has been directed towards copies, with a particular emphasis on their meaning, function, provenance, production, patronage, collecting and dating. The aesthetic and conceptual tenets underlying this corpus of scholarly research focused primarily on works of art. However, this impulse to recreate images has also been transferred to other artistic and intellectual media. As such, the copy carries within itself a great number of intrinsic nuances, depending on the cultural context and the historical moment. The organizers of this workshop (Maddalena Bellavitis and Alessio Assonitis) invite papers that address issues that can shed new light and provide new interdisciplinary research trajectories on the mechanisms that regulate the practice and reception of copies.

For this reason, we encourage submission for presentation proposals from disciplines such as book history, media history, history of science, history of medicine, history of food and history of diplomacy.

To be considered for participation, please provide a single document in Microsoft Word, consisting of a one-page proposal for a 20-minute presentation of unpublished work, followed by a short curriculum vitae. Presentations can be in Italian or English. Applications may be sent to education@medici.org by 1 October 2021 (participants will be notified in mid-October).

APPEL – FWO-project « Overvloed en onbehagen. Ongelijkheid in de Nederlandse materiële cultuur. Amsterdam, 1581-1780 »

Departement: Departement Geschiedenis
Regime Voltijds

Voor het FWO-project “Overvloed en onbehagen. Ongelijkheid in de Nederlandse materiële cultuur. Amsterdam, 1581-1780“ zoekt het Centrum voor Stadsgeschiedenis van de Universiteit Antwerpen een doctoraatsbursaal voor vier jaar. 

Waarover gaat het

Historisch onderzoek naar sociale ongelijkheid staat vandaag hoog op de agenda, en de inzichten in de lange-termijnveranderingen in inkomens- en vermogensongelijkheid zijn dan ook sterk toegenomen tijdens de voorbije jaren. Terwijl we al veel weten over de evolutie van inkomens- en vermogensongelijkheid, tasten we in het onderzoek naar de consumptie-ongelijkheid nog grotendeels in het duister. De centrale ambitie van dit project is om een essentiële bijdrage te leveren aan deze literatuur door de materiële ongelijkheid te bestuderen in Amsterdam tijdens de zogenaamde “Gouden Eeuw”. Hierdoor zal dit project leiden tot een beter begrip van een cruciale transitieperiode in de geschiedenis van de Europese materiële cultuur. Recent historisch onderzoek heeft de Republiek in de zeventiende eeuw immers aangewezen als geboorteplaats van een nieuwe, meer ‘moderne’ consumptiecultuur. Dankzij de opkomst en invloed van een groeiende stedelijke middenklasse, veranderde de aard van consumptie fundamenteel in deze periode. Luxeconsumptie zou zich immers geëmancipeerd hebben van de traditionele ‘oude luxe’, gericht op de bevestiging van sociale standsverschillen. In plaats van het reproduceren van sociale ongelijkheid, wordt de ‘nieuwe luxe’ die in deze periode ontstond geassocieerd met nieuwe middengroepen die voornamelijk streefden naar gerieflijkheid, huiselijkheid, en respectabiliteit (De Vries 2008). Dit project is de eerste grootschalige poging om deze hypothese empirisch te testen door het model over de Nederlandse stedelijke consumptiecultuur te verbinden met debatten over sociale en economische ongelijkheid in de vroegmoderne periode. Het is ook het eerste project dat de materiële cultuur in de belangrijkste stad van Nederland over twee eeuwen in kaart zal brengen.

Wat is het bredere kader?

Voor dit onderzoek bundelden verschillende historici hun krachten. De onthaalinstelling is de Universiteit Antwerpen (Bruno Blondé), die samenwerkt met de Vrije Universiteit Brussel (Wouter Ryckbosch), de Universiteit Utrecht (Maarten Prak) en het Massachusetts Institute for Technology (Anne McCants).

Functie

  • Je bereidt in samenwerking met de Vrije Universiteit Brussel een (dubbel)doctoraat voor rond de geschiedenis van de materiële cultuur en sociale ongelijkheid in het vroegmoderne Amsterdam.
  • Je neemt deel aan de Phd-opleiding van het N.W.Posthumus-instituut
  • Je publiceert tussentijdse resultaten als wetenschappelijk artikel of hoofdstuk in een boek, al dan niet in samenwerking met andere onderzoekers
  • Je neemt actief deel aan activiteiten van Aipril, HOST (Vrije Universiteit Brussel), het Centrum voor Stadsgeschiedenis en het Urban Studies Institute van de UA

Profiel

  • Je hebt een masterdiploma geschiedenis
  • Studenten in het laatste jaar van hun masteropleiding kunnen eveneens solliciteren
  • Je hebt belangstelling voor kwantitatief geïnspireerd onderzoek, maar ook het kwalitatieve onderzoek schrikt je niet af
  • Je bent een creatief onderzoeker die in staat is autonoom onderzoeksvragen te ontwikkelen binnen het bredere thema van dit onderzoeksproject
  • Ervaring in het domein van de sociaal-economische geschiedenis van de Middeleeuwen, Vroegmoderne tijd en/of Nieuwste Tijd strekt tot aanbeveling
  • Je kan je vloeiend uitdrukken in academisch Engels en Nederlands
  • Je kijkt er naar uit met originele bronnen te werken en je paleografische skills te verbeteren
  • Je kan zeer goede tot uitstekende studieresultaten voorleggen
  • Je gaat kwaliteitsgericht, integer, creatief en samenwerkingsgericht te werk.
  • Je hebt een ‘open geest’ en je werkt graag en goed samen
  • Je onderzoekskwaliteiten sluiten aan bij het facultaire en universitaire onderzoeksbeleid.

 Aanbod

  • Een voltijdse doctoraatsbeurs gedurende vier jaar
  • Beursbedrag berekend volgens de beursbedragen voor doctoraatsbeurzen als Bijzonder Academisch Personeel
  • Je bent hoofdzakelijk te werk gesteld op de Stadscampus van de UAntwerpen, een dynamische en uitdagende werkomgeving
  • Je brengt minstens een half jaar door aan de Vrije Universiteit van Brussel
  • Het onderzoek voorziet ook onderzoeksverblijven in Amsterdam en aan de Universiteit Utrecht
  • Voorziene startdatum is 1 oktober 2021 (maar kan in onderling overleg aangepast worden)

Solliciteren?

  • Je kan tot en met 15 juli 2021 voor deze vacature solliciteren via het online sollicitatieplatform van de Universiteit Antwerpen. Klik op de knop ‘Solliciteren’, vervolledig het online sollicitatieformulier en voeg zeker de volgende bijlagen toe: (1) een motivatiebrief, (2) je academisch cv met studieresultaten in Bachelor en Master, (3) alle aanvullende informatie die je noodzakelijk acht en (4) een pdf van je masterscriptie (indien al afgelegd).
  • De selectiecommissie zal zo snel mogelijk na de sollicitatiedeadline alle sollicitaties bekijken. Zodra er een beslissing genomen is, brengen we je op de hoogte en informeren we je over de volgende stappen in de selectieprocedure.
  • Bij vragen over het online sollicitatieformulier kan je de Frequently Asked Questions raadplegen of mailen naar jobs@uantwerpen.be. Bij inhoudelijke vragen over de functie kunt u contact opnemen met prof. dr. Bruno Blondé (bruno.blonde@uantwerpen.be). 

Informations

APPEL – PROJET LORD (BRAIN.BE 2.0) recrute UN.E POSTDOCTORANT.E

Le projet LORD (« Lordship and State Formation in the County of Flanders, 15th – 18th C. ») est un projet de recherche de quatre ans, financé par le programme de recherche BELSPO BRAIN-be 2.0.

Beschrijving van de te begeven functie 

LORD is een vierjarig project van het BRAIN-be 2.0-programma van de federale overheid, meer specifiek van de POD Wetenschapsbeleid. Het Rijksarchief treedt op als coördinator. Onze partners zijn prof. dr. Frederik Buylaert en prof. dr. Thijs Lambrecht, beide verbonden aan de vakgroep Geschiedenis van Universiteit Gent. Deze partners recruteerden in het kader van het LORDproject tevens 2 x een Bursaal geschiedenis.

Belangrijk: de te begeven functie betreft een vervanging. Het project is op 1 september 2020 van start gegaan en heeft dus reeds één jaar van de vier doorlopen. Als wetenschappelijk personeelslid van het Rijksarchief te Gent word je ingeschakeld in dit LORD-project, meer bepaald voor de verdere uitvoering van work package 3. Binnen je rol van postdoctoraal medewerker sta je tevens in voor de projectrapportering aan de POD Wetenschapsbeleid en zorg je mee voor begeleiding van de twee doctorandi die door de partners binnen het project werden aangeworven (work package 1 en 2), eventuele tijdelijke medewerkers en jobstudenten.

Plaats van tewerkstelling : Rijksarchief te Gent, Bagattenstraat 43, 9000 Gent. Hou rekening met regelmatige verplaatsingen naar – hoofdzakelijk – de naburige Campus Ufo (Universiteit Gent – vakgroep Geschiedenis, Sint-Pietersnieuwstraat 35, 9000 Gent) en met occasionele verplaatsingen (met openbaar vervoer) naar andere archiefdiensten.

Profiel

  • Je bent houder van een diploma van doctor op proefschrift in de geschiedenis. 
  • Een goede kennis van instellingen, archiefvorming en documenttypes uit het Ancien Régime (15de – 18de eeuw) is een conditio sine qua non.
  • Je beschikt over een gedegen paleografische kennis.
  • Je hebt een uitstekende kennis van Microsoft Office (Word, Excel en Access).
  • Goede, passieve kennis van het Frans en actieve kennis van het Engels is aanwezig.
  • Je kan georganiseerd en zelfstandig werken.
  • Je bent resultaatgericht en je houdt je aan de doelstellingen en termijnen die door de coördinator en de partners zijn vooropgesteld.
  • Een diploma archivistiek en/of aantoonbare ervaring in de archiefsector vormt een pluspunt.

Werkvoorwaarden

Wij bieden:

  • Een voltijds (38 uur per week) contract van bepaalde duur voor 2 jaar, éénmalig verlengbaar met max. 1 jaar.
  • Datum van indiensttreding: 1 oktober 2021.
  • Glijdend uurrooster.
  • Mogelijkheid tot telewerk (max. 1 dag/week in normale werkomstandigheden).
  • Loonschaal SW10 (21.880,00 – 33.895,00 € niet-geïndexeerd brutoloon) OF SW11 (25.880,00 € – 41.351,00 € niet-geïndexeerd brutoloon). Om toegelaten te worden tot de schaal van SW11, moet je minstens twee jaar wetenschappelijke ervaring kunnen voorleggen of een andere professionele activiteit die relevant wordt geacht voor deze functie.

Voordelen:

  • Gratis openbaar vervoer voor het woon-werkverkeer en/of fietsvergoeding.
  • Voordelige hospitalisatieverzekering.
  • Mogelijkheid tot recuperatie van overuren.
  • Minimum 26 vakantiedagen per jaar.
  • Voordelen en interessante aanbiedingen via de Fedplus en Belspo – kaarten.
  • Bijkomende voordelen, zie: www.fedplus.be

Selectieprocedure

Om in aanmerking te komen dienen de kandidaten hun dossier (PDF) uiterlijk op 8 augustus 2021 per email te hebben overgemaakt aan recruit@arch.be; in CC Joke.Verfaillie@arch.be (met de referentie: NAAM_VOORNAAM_LORD).

Het dossier moet worden ingediend in het Nederlands en bevat minstens :

  • een motivatiebrief,
  • een curriculum vitae met publicatielijst,
  • een kopie van het vereiste diploma en
  • een digitale versie van het doctoraal proefschrift geschiedenis (PDF).

De kandidaten die op basis van hun dossier werden geselecteerd, zullen worden uitgenodigd voor een mondelinge proef. Deze bestaat uit een 30 minuten durend interview met de leden van de jury op 20 augustus 2021 in het Rijksarchief te Gent. Ter voorbereiding van dat interview zullen de uitgenodigde kandidaten de integrale tekst van het projectvoorstel en een actuele stand van zaken van het project ontvangen. Op basis daarvan wordt een korte analytische reflectie verwacht, waarin elke kandidaat toelicht hoe hij of zij het vervolg van het project zou aanpakken. Deze reflectie zal aan bod komen tijdens het interview, samen met o.a. de inhoud van het cv en verschillende deelaspecten van het project. Om te slagen dient de kandidaat 12 op 20 punten te behalen. Het resultaat van de selectie blijft één jaar geldig. 

Contacten

Voor bijkomende informatie over het project en de te begeven functie kan je contact opnemen met Joke VERFAILLIE (Joke.Verfaillie@arch.be), coördinator, of Frederik BUYLAERT (Frederik.Buylaert@UGent.be) en Thijs LAMBRECHT (Thys.Lambrecht@UGent.be), partners van het LORD-project. Voor bijkomende informatie over de selectieprocedure kan je contact opnemen met Sébastien DUBOIS, operationeel directeur onderzoek (Sebastien.Dubois@arch.be).

Informations

Les animaux comme matrices mnémotechniques et exégétiques de l’Antiquité au XVIe siècle

Ce colloque international se déroulera le 8 octobre 2021 à l’UCLouvain et le 15 décembre 2021 à l’Université de Lille

Résumé
Ce projet, qui s’articule autour de deux journées d’étude, croise l’histoire formelle et figurative des animaux, l’histoire de la modélisation de la pensée, l’histoire des arts de la mémoire et les études diagrammatologiques. Il vise à explorer la manière dont des formes empruntées à l’imaginaire zoologique servent de matrices exégétiques et mnémotechniques dans des textes, des images et/ou des objets iconotextuels de l’Antiquité au XVIe siècle. En se fondant sur des réflexions transversales et sur des études de cas, il s’agira de comprendre les raisons qui conduisent mnémotechniciens et exégètes à recourir aux animaux comme outils heuristiques et cognitifs, et de caractériser les occurrences de ce procédé en les replaçant dans leur contexte intellectuel, spirituel, épistémique, figuratif et littéraire.

Argumentaire
Durant les dernières décennies, l’histoire sociale, culturelle, épistémique, littéraire et figurative des animaux a fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses, souvent interdisciplinaires, qui ont souligné le rôle majeur que l’imaginaire zoologique joue depuis l’Antiquité dans l’histoire des idées et de leur mode d’expression. Parallèlement, l’histoire de la pensée figurative, des diagrammes, des modèles de raisonnement, de même que l’iconologie, la sémiologie et les sciences cognitives se sont attachées aux notions de « structure » et de « matrice » afin de comprendre leur rôle dans la constitution des discours, des savoirs et des imaginaires. En revanche, aucune étude panoramique approfondie ne s’est concentrée sur l’interaction entre les deux. Afin de contribuer à une meilleure connaissance de cette interaction, les deux journées d’étude proposent d’envisager, dans une perspective diachronique qui s’étend de l’Antiquité au XVIe siècle, et de façon interdisciplinaire, le recours aux animaux et à l’imaginaire zoologique à des fins matricielles dans la composition mnémotechnique et/ou exégétique de productions verbales (écrites, lues, chantées ou encore écoutées), figuratives (toute sorte d’arts visuels, éventuellement dans leur rapport à l’architecture) et/ou iconotextuelles (toute sorte de figures, diagrammes ou graphes). Elles ne visent donc pas à s’interroger sur les animaux et l’imaginaire zoologique en tant que tels, mais sur la manière dont ils régissent, modélisent, matérialisent des progressions mentales, afin d’optimiser l’activité de la mémoire et de soutenir l’investigation exégétique. On entendra donc l’expression d’« animaux matriciels » à travers le sens que le CNRTL attribue au terme de « matrice », à savoir ce « qui est considéré comme étant à l’origine de quelque chose ». À la différence de la structure, qui organise une production de pensée, la matrice, susceptible d’être elle même structurée, régit la forme que prend cette production de pensée. Les deux journées d’étude s’intéresseront aux modalités selon lesquelles les animaux, par leur corporéité, leur variété ou encore leur capacité de transformation, pris dans leur globalité ou décomposés en fonction de leurs parties, ont pu servir de matrices mnémotechniques et exégétiques à des fins didactiques, spirituelles, parénétiques, axiologiques, épistémiques ou encore généalogiques. D’une part, en effet, les corps des animaux fournissent à qui veut se souvenir une structure solide et fiable pour localiser mentalement des idées sous la forme de textes et d’images, puis, selon le principe de l’art de la mémoire formulé dès l’Antiquité, les retrouver dans l’ordre dans lequel il les a mémorisées. D’autre part, et à l’appui de l’art de la mémoire, les corps des animaux disposent d’une efficacité symbolique et sociale considérables, qui en font des outils utiles aux exégètes pour examiner en profondeur des objets textuels et/ou visuels à des fins épistémiques ou spirituelles. L’objectif de ces journées sera de proposer des réflexions d’ordre général, d’examiner des études de cas et de s’interroger sur l’évolution de la manière dont les corps des animaux constituent des matrices mnémotechniques et/ou exégétiques, capables de produire ou de mettre au jour des réseaux de sens dans des textes, des images et/ou des iconotextes. Dans la prédication médiévale, il est fréquent, par exemple, que l’introduction d’un discours soit associée à la tête de l’animal, chaque partie de son développement à une ou plusieurs de ses pattes, et sa conclusion, à sa queue. De même, les nageoires, les ailes, les cornes, les bois ou encore la langue de certains animaux, mais aussi les vermines, les créatures aux extrémités serpentines, les gueules léonines et les animaux d’inspiration mythologique sont autant de modèles susceptibles de constituer des lieux et/ou des images de mémoire, comme dans le cas de figures animales associées à des constellations à des fins mnémotechniques dès l’Antiquité grecque. Les extrémités du corps de l’animal, ses particularités, mais aussi son hybridité constituent ainsi des réservoirs inépuisables d’astuces, de modèles, de symboles utiles aux mnémotechniciens et aux exégètes.

Axes et pistes de réflexions
Formes et figurations
En tant que matrice exégétique et mnémotechnique, l’animal revêt des formes et des figurations dont il s’agira de prendre en compte les caractéristiques et la diversité. Les animaux exercent-ils une fonction matricielle grâce à leur corps entier, ou à une ou certaines de ses parties ? Certaines de leurs caractéristiques anatomiques, voire physiologiques, ou encore symboliques, sont-elles ignorées ou privilégiées ? Dans quelle mesure leur forme et leur figuration sont-elles mimétiques, réimaginées, fantasmées ou seulement suggérées ? En quoi et comment les animaux exercent-ils une fonction matricielle dans des textes, et en quoi cette fonction contribue-t-elle à produire une image mentale chez le lecteur ? Les animaux sont-ils présents à travers leur identité nominale ou font-ils partie d’un ensemble anonyme ? Sur quels procédés – énumération, évocation de leurs parties, accumulation d’attributs… – repose leur fonction matricielle ?

Réciprocités des variations, des transformations et des adaptations          La fonction matricielle des animaux dans les textes, les images et les iconotextes se caractérise par des variations, des transformations et des adaptations des uns et/ou des autres. Quelles actions réciproques s’exercent entre les animaux d’une part, et les textes, les images et/ou les iconotextes d’autre part ? Les formes et les figurations animalières s’adaptent-elles, voire se modifient-elles pour se conformer au texte, à l’image et/ou à l’iconotexte ? Au contraire, ces derniers s’agencent-ils en fonction de la physionomie de l’animal, qui exerce alors pleinement une fonction de matrice ? Animaux, textes, images et/ou iconotextes subissent-ils tous des changements de forme et/ou de structure pour favoriser leur efficacité mnémotechnique et/ou exégétique ?

Corporéités animales ; corporalités textuelles, visuelles et iconotextuelles
Lorsqu’il sert de matrice exégétique ou mnémotechnique, l’animal, et plus particulièrement son corps, rencontre le corps du texte, de l’image et/ou de l’iconotexte lui-même. Le corps de ces derniers peut se définir par sa cohérence et son intégrité visuelle, sémique et/ou plastique. Par quels procédés – description, énumération, mise en page, syntaxe, jonction plastique, distinction de champs visuels… – s’opère le lien entre le corps de l’animal et le corps du texte, de l’image et/ou de l’iconotexte ? Le corps de l’animal, voire l’animal lui-même, conserve-t-il son intégrité, voire son identité, lorsqu’il est utilisé en tant que matrice mnémotechnique et/ou exégétique, par exemple dans le cas où il sert de modèle formel à un diagramme ? Recourir à l’animal comme matrice présuppose-t-il de détruire son corps, voire son essence même ?

La diversité et les catégories animalières à l’épreuve de l’exégèse et de la mnémotechnie                                                                                                                             Les animaux choisis pour exercer une fonction matricielle diffèrent selon le contexte exégétique et/ou mnémotechnique. Quelles raisons président au choix de tel ou tel animal ? Certains animaux sont-ils plus souvent utilisés que d’autres pour des raisons qui ne sont pas (ou pas seulement) symboliques ? L’insertion de l’animal dans une catégorie préexistante – épistémique, spirituelle, sociétale… – joue-t-elle un rôle dans leur élection comme matrice exégétique et/ou mnémotechnique ? Si oui, quelles oppositions sont à l’œuvre ? Celle, en grec, entre zôon et thèrion ? Celle, d’inspiration augustinienne, entre pecus et bestia ? Celle qui distingue les animaux indigènes des animaux exotiques ? Les animaux réels et les animaux imaginaires ou mythiques ? Les animaux purs et les animaux impurs selon, par exemple, les catégories du Lévitique ? Quelle est la place des animaux hybrides, voire des hybrides d’humains et d’animaux ou de divers animaux parmi les animaux matriciels exégétiques et mnémotechniques ?

Spécificités des matrices animales
Les animaux ne sont pas les seuls à inspirer formellement et figurativement les exégètes et les mnémotechniciens. D’autres éléments de la nature – comme les plantes, et plus spécifiquement les arbres – mais aussi produits de la main de l’homme – comme les architectures, les roues, les chandeliers – sont susceptibles de jouer des rôles matriciels dont l’opérativité exégétique et mnémotechnique est proche de celle des animaux. Dès lors, quelle est la spécificité des matrices animales ? Dans des contextes similaires, existent-elles concurremment à d’autres modèles formels et figuratifs ? Quelles raisons justifient de les privilégier, ou au contraire de les négliger, par rapport à d’autres ?

Comité d’organisation
Naïs Virenque – Université Catholique de Louvain
Raphaël Demès – Université de Lille
Angélique Ferrand – Université de Nantes
Antoine Paris – Sorbonne-Université/Université de Montréal

Modalités de soumission des propositions de communication
La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 31 mai 2021. Les propositions doivent contenir un titre, un résumé d’environ dix lignes en français ou en anglais, ainsi que les coordonnées institutionnelles de l’intervenant. Le comité d’organisation répartira les communications sur les deux journées d’étude en fonction de critères scientifiques, mais les intervenants sont invités à préciser s’ils préfèrent absolument intervenir dans l’une ou l’autre des journées.

Lieux
IRHiS, Université de Lille (Campus du Pont de Bois)
GEMCA, Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)

Informations

Spring School – À l’école des scolastiques : pour une relecture des théories des arts et des lettres au premier âge moderne

Spring School « Schol’Art » à l’Institut d’Etudes scientifiques de Cargèse (France), du 21 au 26 mars 2022

A l’école des scolastiques : pour une relecture des théories des arts et des lettres au premier âge moderne

Les textes de théorie littéraire et artistique (traités, manuels, préfaces, commentaires, dialogues, vies…) des 16e-17e siècles sont communément, et en grande partie à juste titre, rattachés au mouvement « humaniste » de remise en valeur de la littérature et des arts figurés, sur le modèle des Anciens et en opposition avec les idéaux d’une scolastique médiévale perçue comme sclérosée. Ces mêmes textes font pourtant régulièrement intervenir, parmi d’autres références, des renvois ou des allusions à la philosophie et à la théologie scolastiques, telles qu’elles continuaient d’être enseignées à cette époque dans les universités d’Europe, telles aussi qu’elles étaient diffusées plus largement à travers abrégés et manuels, y compris en langue vulgaire. Ce cadre intellectuel complexe, illustré par des textes majeurs comme l’œuvre monumentale de Francisco Suárez ou la série de cours des jésuites de Coimbra, présente, tout en s’inscrivant dans la continuité de la scolastique médiévale, ses propres traits de modernité. La « seconde scolastique » a en ce sens constitué un socle de pensée commun pour les théoriciens des arts et des lettres.

Dans le contexte du projet collectif Schol’Art mené depuis 2017 à l’UCLouvain (Louvain-la-Neuve), nous souhaitons contribuer à promouvoir, parmi les chercheurs et chercheuses en histoire de l’art et en littérature des 16e et 17e siècles, une meilleure connaissance de cet arrière-plan philosophique et de ses interactions fécondes avec les théories littéraires et artistiques de l’époque. La formation dispensée durant cette Spring School s’appuiera sur le manuel, à la fois lexique et anthologie, en cours d’élaboration par l’équipe et qui synthétise les résultats de ses travaux.

Quoi ?

Une semaine de formation intensive et conviviale, combinant conférences plénières, séminaires et ateliers. Le programme est conçu pour que chaque participant·e puisse non seulement acquérir de nouvelles connaissances, mais aussi échanger librement avec les autres participant·es, les membres de l’équipe et les conférencier·es invité·es, s’exercer à l’analyse de documents et soumettre des textes personnels à l’analyse du groupe.

Pour qui ?

De jeunes chercheurs et chercheuses (étudiant·es en dernière année de master, doctorant·es, post-doctorant·es) dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’histoire littéraire (littératures française, italienne et néo-latine). La Spring School peut accueillir 24 participant·es.

En quelle langue ?

Les conférences, séminaires et ateliers seront donnés en français mais les discussions et échanges pourront également se faire en anglais. Une connaissance au moins passive de ces deux langues est requise.

Où ?

L’Institut d’Etudes Scientifiques de Cargèse est situé en Corse, dans un cadre enchanteur au bord de la mer. Le lieu, relativement isolé, possède toutes les infrastructures nécessaires à nos activités (logements et restauration le matin et à midi, salles de séminaire, amphithéâtre, équipement audio-visuel complet, wifi, espaces de détente intérieurs et extérieurs) et favorise la cohésion du groupe. Le transport est organisé depuis et vers l’aéroport d’Ajaccio, ainsi que depuis et vers le village de Cargèse pour les repas du soir (pris en commun dans un restaurant local). Pour plus de détails : https://iesc.universita.corsica/ 

Aspects financiers 

Sont pris en charge par le projet Schol’Art : le logement des participant·es en chambre single (5 nuits) ; les transports locaux (de et vers l’aéroport, de et vers le village de Cargèse), les repas le matin et à midi, les pauses café, ainsi que le repas du jeudi soir. Sont à la charge des participant·es ou de leur institution de rattachement : le trajet entre leur domicile et l’aéroport d’Ajaccio ; les repas du soir (restaurant à Cargèse) pour un forfait de 30 euros/repas + éventuels extras ; l’excursion facultative du mercredi après-midi (information à venir).

Le programme 

Les matinées du lundi au jeudi seront consacrées à des conférences plénières données par des orateur·trice·s de renommée internationale :
– Jacob Schmutz (UCLouvain, philosophe, spécialiste de la seconde scolastique),
– Ullrich Langer (U. of Wisconsin-Madison, spécialiste de la littérature française du 16e siècle),
– David Zagoury (Bibliotheca Hertziana-Max Planck Institute for Art History, Rome, historien de l’art, spécialiste de la Renaissance italienne)
– Françoise Graziani (U. de Corse, spécialiste de littérature comparée).
Ces conférences viseront à donner une meilleure compréhension de ce que recouvre la scolastique des 16e et 17e siècles (extension disciplinaire, écoles et courants, place dans les cursus de formation…), de sa position par rapport aux autres courants intellectuels de la même période (humanisme, néo-platonisme, néo-stoïcisme, autres formes d’aristotélisme, philosophies « modernes », sciences expérimentales…) et enfin de ses modes de relation avec la théorie littéraire et artistique de l’époque. Les après-midi du lundi, du mardi et du jeudi ainsi que la journée du vendredi seront consacrés à des séminaires et ateliers animés par les membres de l’équipe Schol’Art (voir ci-dessous). Les séminaires exploreront une série de notions situées au croisement de la philosophie, des lettres et des arts, par exemple : concept (conceptus, concetto) ; espèce (species) ; fiction ; forme et matière ; idée ; imagination/fantaisie ; intention… Les ateliers seront consacrés à des lectures et analyses collectives de textes d’époque (en français, italien ou latin), dont certains pourront être fournis par les participant·es, qui sont ainsi invité·es à collaborer de façon active, en fonction de leurs propres thématiques de recherche. Le mercredi après-midi sera proposée une excursion.

En savoir plus ?

Pour toute demande d’information, merci d’envoyer un message à l’adresse suivante : scholart-cargese@uclouvain.be

Comment candidater ?

Les personnes intéressées sont invitées à nous faire parvenir au plus tard le 1er septembre 2021, à l’adresse ci-dessus, un CV et une brève lettre de motivation précisant 1) le sujet de leurs recherches en cours ; 2) leurs attentes par rapport à cette Spring School. L’inscription sera confirmée au plus tard en octobre 2021.

Appel – Bourse de doctorat de La Fondation Périer-D’Ieteren

La Fondation Périer-D’Ieteren attribue chaque année une bourse de doctorat pour réaliser une thèse à l’Université Libre de Bruxelles ou en co-tutelle, dans les domaines de l’art des Pays-Bas méridionaux (XIVe-XVIIIe siècles) et de l’histoire de la conservation-restauration.

Les candidatures pour l’année 2021 devront être rentrées au plus tard le 30 juin à minuit.

Informations

Appel – Projet PARDONS (BRAIN.be 2.0) : La KULeuven recrute un.e doctorant.e

The doctoral fellow will become a member of the PARDONS-research team. This team carries out the project ‘Topographies of Pardon Tales: Contextual Mapping of Pardon Letters in the Southern Low Countries, 15th-17th centuries’, which is funded by BELSPO within the framework of the BRAIN-be 2.0 programme. Apart from Leuven historians, the other team members are scientists from the Belgian State Archives and from UCLouvain. The project consists of several work packages. The doctoral fellow will concentrate on the theme ‘Narratives of untold stories’. Within the Leuven Faculty of Arts the doctoral fellow will join the Early Modern History Research Group. The members of this group study early modern societies in the Low Countries and neighbouring territories in comparative perspective within the context of the global Habsburg Empire.

Project

During the Ancien Régime sovereign rulers could remit punishments for serious crimes by granting pardon letters upon request to convicted criminals. However, the royal chancery only issued such pardon letters after (the relatives of) the victims had been heard and the perpetrators had paid serious compensations. The PARDONS-team aims to make accessible and to analyse several collections of such pardon letters that are kept in various branches of the Belgian State Archives. The work package ‘Narratives of untold stories’ aims for a discourse analysis of a corpus of Brabantine pardon letters written in French and in Dutch and issued between the fifteenth and the seventeenth centuries. The texts of these pardon letters repeated the discourses uttered by the victims and their relatives, the perpetrators and the royal officers during the judicial procedures that had led to a conviction. An anlysis of these texts thus reveals the judicial, rethorical and emotional strategies of the parties involved. In this way, it conributes to a better understanding of the social and political relations in the studied societies of the past. The fellow will present the results of the analysis at national and international conferences and in scientific articles. Moreover, the fellow will submit a doctoral dissertation. Together with the other partners in the project, the fellow will also organise a workshop and an international conference. Finally, the fellow will spend a small amount of his/her time on the teaching activities of the history department. 

 
Profile
  • You love to study the past
  • You have obtained a MA-degree in history or in another field with a strong historical dimension. Excellent students who expect to obtain their degree in the current academic year are also encouraged to apply.  
  • You have a strong interest in social, political and institutional history of the early modern period
  • You are fluent in oral and written Dutch and English and you have an active and passive knowledge of French
  • You can work independently 
  • You are committed to scientific integrity, you are a team player and you are prepared to participate actively in the PARDONS-team
  • Previously, you have not yet been employed as a doctoral fellow

More information on the other vacancies in the PARDONS-project can be found on the following websites: for the State Archivesfor UCLouvain.

Interviews for all vacancies in the PARDONS-project will be organised in the afternoon of 7 May.
 
Offer
  • At first, we offer a doctoral fellowship for a period of one year. In case of a positive evaluation, the fellowship is renewable for a maximum total duration of four years
  • The fellowship will start on 1 July 2021 or as soon as possible afterwards
  • Your monthly grant will be calculated according to the regulations for junior academic staff 
  • You work at KU Leuven in a dynamic and stimulating environment
Interested?

For more information please contact Prof. Hans Cools, tel.: +32 16 32 49 85, mail: hans.cools@kuleuven.be or Prof. Violet Soen, tel.: +32 16 32 49 88, mail: violet.soen@kuleuven.be.

You can apply for this job no later than April 27, 2021 via the online application tool