Archives par mot-clé : archives

Workshop – Transkribus

Workshop de présentation du logiciel Transkribus

Date : 8 février 2019. Deux créneauxau choix : 9h-12h ou 13h-16h.

Lieu : Université d’Anvers.

Inscription gratuite mais requise : workshopdh18@gmail.com

Transkribus est une plate-forme gratuite et ouverte pour la reconnaissance automatique, la transcription et la recherche de documents historiques, utilisant la reconnaissance de texte manuscrite (HTR) et la reconnaissance optique de caractères (OCR).

Publication – Inventaire des procès de la noblesse devant le Conseil de Brabant (1690-1700)

BEHETS Paul, (rédaction finale et introduction de) DECEULAER Harald, Inventaris van het archief van de Raad van Brabant. Processen van de adel 1618-1700 (vnl. 1691-1700), série Inventaires Archives de l’État Région de Bruxelles-Capitale, n°84, Publ. 5868, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2018.

Date de publication: octobre 2018

Présentation: 

La fin du XVIIe siècle est une période quelque peu mystérieuse et peu étudiée par les historiens. Un nouvel inventaire des dossiers de procès de la noblesse devant le Conseil de Brabant permet de se faire une meilleure idée sur cette période. À l’époque, la noblesse jouait un rôle sociétal, militaire et politique important. Consultables aux Archives de l’État à Bruxelles, les 1.400 dossiers décrits dans l’inventaire fournissent de très précieuses informations relatives à l’histoire locale de centaines de villages durant l’Ancien Régime (ex : moulins, fermes, châteaux) ainsi qu’une multitude de données biographiques et généalogiques.

Le Conseil de Brabant était, entre le XVe et le XVIIIsiècle, le tribunal principal du Duché de Brabant. Les Archives de l’État conservent plus de 3 kilomètres linéaires d’archives produites par cette institution. Les dossiers de procès contiennent des dizaines de milliers de récits, témoignages, événements et tranches de vie pouvant éclairer l’histoire des XVIIe et XVIIIe siècles. Si une grande partie de ces dossiers ont déjà été inventoriés les années précédentes, il reste encore beaucoup de pain sur la planche…

A la suite des deux inventaires publiés en 2013 et 2016, ouvrant à la recherche les dossiers de procès de la noblesse de 1511 à 1690, l’inventaire qui paraît aujourd’hui concerne les dossiers de procès de la noblesse des années 1691 à 1700 (et sur quelques dossiers antérieurs à 1691 mais qui n’ont été découverts qu’après la publication des inventaires précédents). En leur qualité de seigneurs des villages et seigneuries, les nobles étaient des personnages-clés au niveau local, jouant un rôle important dans la vie sociétale, politique et militaire.

Le nouvel inventaire a été réalisé par Paul Behets, bénévole aux Archives de l’État à Bruxelles, tandis que l’introduction et la rédaction finale ont été effectués par l’archiviste Harald Deceulaer. Paul Behets s’occupe depuis 2010 de l’inventoriage des dossiers de procès du Conseil de Brabant et est ainsi devenu l’auteur de nombeux inventaires de qualité. Prochainement, il finalisera un nouvel inventaire sur les procès de la noblesse des années 1750 à 1795.

Workshop – Transkribus

Workshop de présentation du logiciel Transkribus

Date : 21 septembre 2018, 13h-16h

Lieu : UGent

Inscription gratuite mais requise : workshopdh18@gmail.com

Transkribus est une plate-forme gratuite et ouverte pour la reconnaissance automatique, la transcription et la recherche de documents historiques, utilisant la reconnaissance de texte manuscrite (HTR) et la reconnaissance optique de caractères (OCR).

Séminaire – L’archive insolite, l’insolite dans les archives judiciaires et des régulations sociales (XVIe – XXe siècle)

Séminaire d’échange doctoral organisé par Damoclès (Université de Genève) et le CHDJ (UCL)

Titre: L’archive insolite, l’insolite dans les archives judiciaires et des régulations sociales (XVIe – XXe siècle)

Date 28 avril 2018

Lieu: Genève, Université de Genève

Publication – Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795)

WEBER Jean-Pol, Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795), série Inventaires Archives de l’État à Saint-Hubert n°18, publ. 5823, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2018.

Date de publication: février 2018

Argument:

Publié en février 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart (1551-1795) a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. Issues de la haute cour et justice, ces archives étaient en effet mélangées avec les archives seigneuriales de Mirwart. Réalisé par un bénévole, l’inventaire comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Situé en province de Luxembourg, non loin de Saint-Hubert, le château de Mirwart date, à l’origine, de la fin du Xe siècle. En 1951, la bâtisse du XVIIIe siècle est achetée par la province de Luxembourg. L’extérieur et le rez-de-chaussée du château sont classés depuis 1978. En 1979, le château est cédé par bail emphytéotique à l’État belge. Il sera ensuite vendu par la province en mains privées. Autrefois, Mirwart possèdait également un tribunal, sa cour scabinale ou « haute cour et justice ».

A l’époque, le pouvoir du tribunal de Mirwart était très étendu allant des peines criminelles (mise à mort, fustigation, bannissement et confiscation) à la simple amende ou à la réprimande, à l’amende honorable ou au pèlerinage judiciaire, voire à l’acquitement. En plus de ses attributions de haute justice, la haute cour et justice de Mirwart avait les compétences d’une cour foncière, jugeant les contestations, recevant les « oeuvres de loi ». Elle percevait également les taxes et impôts, organisait les ventes publiques et s’immisçait même dans les plaids généraux. Les documents de la cour scabinale étaient déposés au greffe.

D’une cinquantaine de mètres linéaires, l’ensemble des archives du château de Mirwart est conservé aux Archives de l’État à Saint-Hubert. Un premier inventoriage, imparfait, a été réalisé en 1978. Les archives du greffe scabinal étaient ainsi mélangées aux archives seigneuriales de Mirwart.

En 2008, Jean-Pol Weber, bénévole encadré par l’archiviste des Archives de l’État à Saint-Hubert, entreprend le classement des archives du greffe scabinal de Mirwart. Le classement analytique de ces 2,35 mètres linéaires d’archives a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. La plus ancienne pièce conservée remonte au 10 octobre 1551. La plus récente date de 1795. Publié en 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Jean-Pol Weber envisage de poursuivre le réinventoriage des archives du château de Mirwart, qui comprend plusieurs dizaines de milliers de pièces.

 

Colloque – 09/12/2016 – Des professionnels passionnés. Archivistes et bibliothécaires belges d’hier et d’aujourd’hui

Des professionnels passionnés. Archivistes et bibliothécaires belges d’hier et d’aujourd’hui

Lieu : Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique
Date de l’événement : 09/12/2016

Argument :

Comment travaillaient les archivistes au XIXe siècle ? Qui est Georges-Joseph Gérard ? Qui sont les bibliothécaires aujourd’hui ? Durant une journée de colloque, les « Archivistes et bibliothécaires belges d’hier et d’aujourd’hui » seront au centre des différentes communications autour de professionnels célèbres du passé et du présent, de leur métier au travers des manuels d’époque de l’âge d’or ou encore du rôle qui est le leur aujourd’hui.

Programme

9.00: Accueil : Dirk Leyder (AGR, Rédacteur en chef d’ABB)

9.05 – 9.15: Introduction : André Vanrie (AGR)

9.15 – 9.45: Bart Op de Beeck (KBR), Georges-Joseph Gérard (1734-1814).

9.45 – 10.15: François de Callataÿ (KBR), Charles-Louis Ruelens (1820-1890).

10.15 – 10.45: Timo Van Havere (KUL), “L’Âge des archivistes” (19de eeuw).

10.45 – 11.15: Didier Devriese (ULB), Le Manuel des archivistes (fin 19ème – début 20ème siècle).

11.15 – 11.30: Pause

11.30 – 12.00: Gerrit Vanden Bosch (AAM), Jozef Laenen (begin 20ste eeuw).

12.00 – 12.30: Christine Gobeaux (UMons), Emile Hublard (début 20ème siècle).

12.30 – 14.00: Déjeuner

14.00 – 14.30: Luc Battieuw (Bxl), Les Heures Joyeuses (début 20ème siècle).

14.30 – 15.00: Luc Vandeweyer (AGR), Maurits Sabbe (post 1945).

15.00 – 15.20: Pause

15.20 – 15.50: Claude Sorgeloos (KBR), Les bibliothécaires privés (18ème-20ème siècle).

15.50 – 16.00: Conclusions

Source : Archibib

http://www.archibib.be/pdf/ABB_Colloque_Colloquium_2016-Programma-Programme.pdf

Publication – Laurence Druez, Chaque maison a son histoire. Guide des sources relatives au patrimoine immobilier privé, 2016.

Publication

Voir la couverture

Laurence Druez, Chaque maison a son histoire. Guide des sources relatives au patrimoine immobilier privé, Les Dossiers de l’IPW, 19, Namur, 2016.

ISBN : 978-2-87522-167-4

Date de publication : 2016

Auteur : Laurence Druez

Résumé :

Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, cet ouvrage abondamment illustré invite le lecteur à un parcours à travers les différents types de sources, contemporaines et d’Ancien Régime, permettant de retracer l’évolution d’un bien immobilier privé, de sa conception, de son environnement, de ses affectations et de ses occupants successifs. On y découvre toute la variété et la richesse des documents – écrits ou figuratifs – exploitables pour mieux comprendre l’histoire matérielle, mais aussi humaine d’une habitation en Wallonie. A travers les documents cartographiques, notariés, judiciaires, ecclésiastiques, hospitaliers, fiscaux, administratifs ou encore familiaux, principalement conservés dans les différents services des Archives de l’Etat, le chercheur accède à des univers aussi variés que la géographie historique, le droit féodal, l’histoire sociale et économique, judiciaire, institutionnelle, qui lui font découvrir les mentalités des villes et des campagnes.

Disponible au prix de 20 € à la boutique en ligne de l’IPW, dans les salles de lecture des Archives de l’Etat en Wallonie et aux Archives générales du Royaume ainsi que dans de nombreuses librairies.

Table des matières :

Introduction

Première partie. L’époque contemporaine

  • Le transfert de propriété : l’acte de référence
  • L’acte notarié
  • La déclaration de succession
  • L’administration fiscale
  • L’Enregistrement
  • Les Hypothèques
  • Le Cadastre
  • (Encadré) Les plans Popp
  • Le cadastre « primitif »
  • (Encadré)Le cas particulier des cantons de l’Est
  • Le registre foncier allemand et les dossiers fonciers
  • Rôle de ferme héritée (Erbhofrolle) et dossier de fermes héritées (Erbhofakte)
  • Les archives communales
  • Les permis de bâtir
  • Les ventes de terrains communaux
  • La fiscalité communale
  • Les registres de population
  • Les archives architecturales
  • L’iconographie
  • Les éléments décoratifs : les vitraux
  • Les maisons sinistrées
  • Les dommages de guerre
  • Première Guerre mondiale
  • Seconde Guerre mondiale
  • (Encadré) Mon abri de jardin a aussi une histoire : les « maisons du comité » en province du Luxembourg, 1914-1918
  • Les dégâts miniers
  • Les catastrophes naturelles

Deuxième partie. L’Ancien Régime

Introduction

  • État des sources
  • Institutions centrales
  • Institutions locales
  • Localiser et contextualiser : la géographie historique
  • Le cadastre thérésien
  • L’Ancien Régime à reculons : les premières sources écrites
  • La politique de Joseph II et les mesures révolutionnaires
  • L’application des mesures républicaines françaises
  • La vente des biens nationaux
  • Les notaires
  • Les cours foncières
  • (Encadré) Scabinatus 4000 : du manuscrit à l’internet.
  • Les rendages proclamatoires
  • La pratique des rentes
  • Les archives ecclésiastiques et hospitalières
  • Les sources fiscales
  • La taille
  • La capitation
  • Les impôts sur les signes extérieurs de richesse
  • La législation en matière immobilière
  • Les archives de familles
  • L’approche archéologique du bâti
  • Un moyen de répression : la confiscation des biens immobiliers

Source (site éditeur) : Institut du Patrimoine

Colloque – 23-24/05/2016 – Connaître le monde, administrer la diversité : les archives impériales

Connaître le monde, administrer la diversité : les archives impériales

Lieu : PSL Research University, 62bis rue Gay-Lussac, 75005 Paris, Salle de réunion (23 mai) et ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, Salle des Actes (24 mai)

Dates : 23 et 24 mai 2016

Programme :

Colloque international organisé par Maria Pia Donato (IHMC/CNRS-ENS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) en collaboration avec Anne Saada (Pays Germaniques/CNRS-ENS), Filippo de Vivo (Birkbeck College, Université de Londres) et Marie Houllemare (Université de Picardie Jules Verne/IUF).

Avec le soutien de labex Transfers – Programme Pratiques savantes des archives XVIe-XVIIIe siècles, European Research Council – AR.C.H.I.ves project et Institut Universitaire de France.

Lundi 23 mai – PSL Research University, Salle de réunion

14h30 Accueil des participants

15h00 Maria Pia Donato (IHMC / CNRS – ENS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Introduction

Session 1 : Les empires et leurs archives

Présidence : Sanjay Subrahmanyam (UCLA – Collège de France, Paris)

15h15 Angela Barreto Xavier (Université de Lisbonne) : Casa da India (1501-1833). The First European Imperial Archive?

15h45 Margarita Gómez Gómez (Université de Séville) : Documents and Archives for the Government of Hispanoamerica: the Consejo de Indias and Document Management

16h15 Marie Houllemare (Université de Picardie Jules Verne / IUF) : La naissance des archives coloniales françaises au XVIIIe siècle

Pause

17h30 Güneş Ysýksel (Université Medeniyet, Istanbul) : Fabrique d’une institution ottomane. L’archive commandante (defterhāne-i āmire)

18h00 Paolo Sartori (Académie Autrichienne des Sciences, Vienne) : The Khan, the Historian and the Archives of Khiva

Mardi 24 Mai – École normale supérieure, Salle des Actes

Session 2 : Hommes, savoirs, usages des archives au centre et à la périphérie des empires

Présidence : Wolfgang Kaiser (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h15 Jorge Flores (IUE, Florence) : Writing from Below : Native Scribes and Colonial Archival Careers in Seventeenth- Century Goa

9h45 David do Paço (Sciences-Po, Paris) : Les interprètes aux langues orientales de la cour de Vienne (1741-1792) et leurs papiers, ou de la commensurabilité entre les empires

Pause

10h45 Christine Lebeau (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) : Élaborer des savoirs d’Etat dans la monarchie composite. L’inventaire des papiers du comte Wilczek (Monarchie des Habsbourg, 2e moitié du XVIIIe siècle)

11h15 Alexandre Dubé (Washington University, Saint Louis) : Les archives comme preuve dans les scandales coloniaux

Pause déjeuner

    Session 3 : Les archives impériales à l’heure des révolutions

Présidence : Kapil Raj (EHESS, Paris)

13h45 Asheesh Siddique (Columbia University, New York) : Mobilizing Paperwork in an Age of Global War: John Bruce and the Archives of State and Empire in the Era of the French Wars

14h15 Charles Jeurgens (Université de Leyde) : The Insatiable Archive. Regime Change and Information Control in the Dutch Colonial Empire, c. 1795-1820

14h45 Maria Pia Donato (IHMC / CNRS – ENS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Les Archives de l’Empire napoléonien : archives impériales ou archives universelles ?

Pause

16h00 Débat conculsif animé par Filippo de Vivo (Birkbeck College, Université de Londres), avec Randolph C. Head (Université de Californie, Riverside), Stéphane Péquignot (EPHE, Paris), Yann Potin (Archives Nationales, Paris) et Jean-Frédéric Schaub (EHESS, Paris).

18h00 – Clôture du colloque

Source : IHMC

Publication – Pieter Beyls, Ex Cultura Abundantia, 2016

Ex Cultura Abundantia

De deputatie van de Provincie Oost-Vlaanderen, Het Rijksarchief te Gent en de Vakgroep Geschiedenis Universiteit Gent nodigen u graag uit op de voorstelling van twee publicaties over Oost-Vlaamse landboeken

Ex Cultura Abundantia: de onderzoeksgids

Ex Cultura Abundantia: het repertorium

image

Onder redactie van Pieter Beyls, met bijdragen van Pieter De Reu, dr. Luc Janssens, prof. dr. Thijs Lambrecht, prof. dr. Tim Soens, prof. dr. Erik Thoen, dr. Luc Van Durme, dr. Herman Van Isterdael en dr. Lies Vervaet.

op dinsdag 24 mei 2016 om 18 uur

in de nieuwe leeszaal van het Rijksarchief te Gent, Bagattenstraat 43, 9000 Gent

Programma

18.00 uur   18.00 uur Verwelkoming namens het Rijksarchief, Elke Sleurs, staatssecretaris bevoegd voor Armoedebestrijding, Gelijke Kansen, Personen met een beperking, Grootsteden en Wetenschapsbeleid

18.10 uur De onderzoeksgids, prof. dr. Erik Thoen, Universiteit Gent

18.20 uur Het repertorium, Pieter Beyls, auteur

18.30 uur  18.30 uur Het belang van het Oost-Vlaamse landboekenproject voor het historisch en heemkundig onderzoek en overhandiging van de eerste exemplaren, door Jozef Dauwe, gedeputeerde voor Cultuur

18.40 uur  18.40 uur Receptie aangeboden door het provinciebestuur met gelegenheid tot bezoek aan de gelegenheidstentoonstelling over Oost-Vlaamse landboeken

De Oost-Vlaamse kringen voor geschiedenis, archeologie, heemkunde, volkskunde en genealogie die aanwezig zijn, krijgen van beide boeken een gratis exemplaar voor hun verenigingsbibliotheek.

Gelieve u aan te melden uiterlijk op 18 mei 2016 via erfgoed@oost-vlaanderen.be of op het nummer 09 267 72 71.

Vermeld bij de aanmelding uw naam, functie, adres, e-mail en de vermelding of u alleen of met partner aanwezig zult zijn.

 

image            image                  image

Source : UGent

CFP – Fourth Annual Symposium on Medieval and Renaissance Studies

The Annual Symposium on Medieval and Renaissance Studies provides a convenient summer venue in North America for scholars in all disciplines to present papers, organize sessions, participate in roundtables, and engage in interdisciplinary discussion. The goal of the symposium is to promote serious scholarly investigation of the medieval and early modern worlds.

We invite proposals for papers, sessions, and roundtables on all topics and in all disciplines of medieval and early modern studies. Proposals from learned societies and scholarly associations are particularly welcome. The deadline for proposals submissions is December 31.

The plenary speakers for this year will be Barbara Newman, of Northwestern University, and Teofilo Ruiz, of the University of California, Los Angeles.

The Symposium is held on the beautiful midtown campus of Saint Louis University, hosted by the Center for Medieval and Renaissance Studies. On-campus housing options include affordable, air-conditioned apartments and a luxurious boutique hotel. Inexpensive dorm meal plans are available.

All sessions take place in state-of-the-art classrooms and auditoriums with complete audiovisual facilities. All sessions, events, meals, and housing are located within easy walking distance of each other. A rich variety of restaurants, bars, and cultural venues are also only a short walk away.

During their stay, participants are welcome to utilize the Vatican Film Library as well as the rare book and manuscript collections of the nearby Pius XII Library. Those interested in using the Vatican Film library, should contact Susan L’Engle (lengles@slu.edu) by email or phone at 314-977-3090. Participants may also use the library’s regular collections, which are especially strong in medieval and early modern studies.

All sessions are 90 minutes long. A variety of session formats are welcome. Preference will be given to organized sessions that involve participants from multiple institutions.

https://www.regonline.com/Register/Checkin.aspx?EventID=1725510

CFP – Banquets et présents honorifiques dans les villes de province en France, XIVe-XXe siècles

Banquets et présents honorifiques dans les villes de province en France, XIVe-XXe siècles

Lieu: Archives municipales, Bordeaux
Dates: 7 juin 2016
Date limite de réponse à l’appel : 1er décembre 2015

Argumentaire

Des banquets des corporations au Moyen Âge, en passant par les repas édilitaires des XVIIe et XVIIIe siècles ou les banquets municipaux lors des voyages en province des présidents de la République et des ministres de la IIIe République, ces moments festifs et gastronomiques rythment la vie de la cité au gré des époques. Toutes les institutions importantes des villes provinciales (corporations, confréries, parlements, chambres de comptes, états provinciaux, municipalités, chambres de commerce, universités, conseils généraux, associations, etc) affirment leur pouvoir dans la ville par l’organisation de repas à l’occasion de la visite d’un personnage important, de la réception d’un nouveau membre dans l’institution, d’une élection, d’une inauguration ou pour célébrer une victoire militaire. Elles entretiennent aussi leurs réseaux de protecteurs (intendants, gouverneurs, évêques, nobles, présidents de la République, ministres, etc) et s’assurent la bienveillance des autorités grâce à des présents honorifiques dont les pots-de-vin au Moyen Âge fournissent une bonne illustration. Certaines spécialités gastronomiques apparaissent d’ailleurs de manière récurrente parmi ces dons alimentaires comme les jambons à Bayonne, le vin de Bourgogne à Dijon, les confitures sèches à Tours ou le pain d’épices à Reims. Si le poids de ces dépenses sur les finances de ces institutions et leur rôle dans l’entretien des réseaux politiques ont parfois retenu l’attention, tous ces repas et ces cadeaux, en dehors des dons de vins étudiés notamment par Christine Lamarre pour la Bourgogne, n’ont guère jusqu’à présent suscité un large intérêt de la part des historiens de l’alimentation.

Pourtant les archives, notamment municipales, contiennent, parfois depuis le Moyen Âge, de très belles séries de comptabilités et de pièces de dépenses dans lesquelles figurent des achats réguliers de présents de bouche (vin, confiture, jambons, truffes, salaisons, etc) et des factures donnant la liste des aliments ou des plats servis lors des banquets. Les délibérations et les correspondances éclairent aussi ces usages et leurs motivations. Pour les XIVe et XVe siècles, Jean-Pierre Leguay, l’un des rares historiens à s’être intéressés à ces banquets et ces dons, a bien montré la richesse potentielle des archives des villes bretonnes dans cette perspective. D’autres institutions comme les chambres des comptes, les états provinciaux ou les chambres de commerce offrent des sources comparables pour l’Ancien Régime. A l’époque contemporaine, les menus de banquets donnés lors de la réception d’hôtes illustres ou d’une célébration locale sont aussi parfois conservés dans les archives communales, départementales ou dans des fonds privés, éclairant une forme de valorisation des cuisines régionales. Les archives comptables de nombreuses institutions de pouvoir dans la ville recèlent sans doute encore des sources susceptibles d’éclairer la gastronomie urbaine même si leur repérage reste une tâche délicate.

Cette journée d’études a donc pour premier objectif de présenter les fonds disponibles (pour l’ensemble de la période envisagée en particulier pour les XIXe et XXe siècles dont les fonds sont démultipliés), la matérialité des archives (menus illustrés, par exemple) et les méthodes d’analyses qui pourraient être mises en œuvre (comme une enquête nationale sur les présents honorifiques des corps de ville et des municipalités). Le second objectif de cette journée est de mettre en lumière l’intérêt de ces banquets et des ces présents de bouche pour l’histoire des consommations alimentaires festives et de la valorisation des productions locales (produits des terroirs). Dépassant les simples recettes des livres de cuisine qui donnent avant tout accès à une histoire des normes alimentaires, ces sources, trop souvent négligées, permettent de saisir des pratiques alimentaires effectives dans la longue durée. Il s’agira aussi de mieux comprendre la place tenue par l’alimentation dans la représentation des pouvoirs urbains et dans le fonctionnement des réseaux politiques à travers l’étude des bénéficiaires, des circonstances de ces repas et de leur cérémonial.

Afin d’apporter un éclairage nouveau sur ces archives et sur leurs apports, cette journée souhaite donc réunir des archivistes, les mieux à même de connaître les fonds et les ressources potentielles, et des historiens aussi bien intéressés par l’histoire urbaine, l’histoire des institutions que par l’histoire de l’alimentation. Ces regards croisés devraient permettre de mettre en valeur l’intérêt de ces banquets et de ces dons pour l’histoire des villes et de l’alimentation. Ils pourraient aussi offrir des outils de réflexion sur les ressources que ces archives peuvent représenter aujourd’hui dans la valorisation du patrimoine gastronomique des villes françaises.

Axes thématiques

Les thèmes suivants pourront notamment être abordés (cette liste n’est évidemment pas exhaustive) :

–       Les archives disponibles, leur matérialité, leur classement, leur conservation.

–       Les initiateurs, les motifs, les lieux, le déroulement, les rituels et l’organisation matérielle des banquets.

–       Le rôle politique et social des présents honorifiques et des banquets.

–       Le poids financier de ces dépenses de bouche.

–       Des sources pour une étude de l’alimentation festive.

–       La valorisation des produits locaux à travers ces présents et ces banquets.

–       Archives et promotion du patrimoine gastronomique local aujourd’hui.

Responsable scientifique

Philippe Meyzie, maître de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, CEMMC, membre junior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à Léa (l’Equipe Alimentation de l’Université François Rabelais de Tours).

Comité scientifique :

Marc de Ferrière le Vayer, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours,  chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

Michel Figeac, Professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, Directeur du CEMMC

Bruno Laurioux, Professeur d’histoire médiévale, Université Versailles Saint-Quentin, Directeur du conseil scientifique de l’IEHCA

Frédéric Laux, Directeur des Archives municipales de Bordeaux

Sandrine Lavaud, Maître de conférences en histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius

Philippe Meyzie, Maître de conférences en histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, CEMMC

Agnès Vatican, Directrice des Archives départementales de la Gironde

Jean-Pierre Williot, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours, directeur de Léa (L’Equipe Alimentation)

Journée d’études organisée avec le soutien de :

– La chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

– L’Equipe Alimentation (Léa) de l’Université François Rabelais de Tours  

– L’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA)

 Les propositions (résumé de 500 mots maximum) seront envoyées accompagnées d’un bref CV avant le 1er décembre 2015 à l’adresse suivante : Philippe.Meyzie@u-bordeaux-montaigne.fr

Colloque – 20/11/2015 – Existe-t-il une “Magna Carta” belge ? Recherches récentes sur les “textes constitutionnels” dans les anciens Pays-Bas

De Magna Carta en andere ‘landcharters’

15 juni 1215 ging de Britse geschiedenisboeken in als de geboortedag van de moderne democratie. Op die dag ondertekende de Engelse koning Jan Zonder Land de befaamde Magna Carta, onder druk van een veertigtal opstandige edellieden. In dit Charter of Liberties – zoals de Magna Carta oorspronkelijk genoemd werd – legden de edelen in 63 artikelen de vorstelijke macht aan banden. Zo moest het document onder meer corruptie, machtsmisbruik en juridische willekeur van de vorst en zijn functionarissen verhinderen. Dit jaar vierden de Britten het achthonderdjarig bestaan van het charter, een gebeurtenis die bijzonder veel media-aandacht met zich mee bracht. In talloze nieuwsartikels, tentoonstellingen en conferenties werd de inhoud en de betekenis van de Magna Carta uitvoerig herdacht en bediscussieerd.

Achthonderd jaar na haar uitvaardiging is de Magna Carta het bekendste voorbeeld van een middeleeuwse of vroegmoderne ‘constitutionele tekst’. Maar ook aan de andere kant van het Kanaal maakten vorsten, al dan niet gedwongen, contractuele afspraken met lokale politieke elites. Ook de regio’s die later het huidige België zouden vormen, kenden vele zogenaamde ‘landcharters’. Het hertogdom Brabant spande de kroon, met het bekende charter van Kortenberg (1312) en de Brabantse Blijde Inkomstcharters, die vanaf 1356 naar aanleiding van de inhuldiging van de nieuwe Brabantse hertog werden opgesteld. Het graafschap Vlaanderen en het graafschap Namen ontvingen in 1477 elk een landcharter van Maria van Bourgondië. En in hetzelfde jaar vaardigde dezelfde vorstin ook een landcharter uit voor de bevolking van al haar gebieden, namelijk het Groot Privilege.

Waarover gaat de studiedag?

De studiedag Bestond er een Belgische Magna Carta? Recent onderzoek naar ‘constitutionele teksten’ in de Lage Landen, een organisatie van hetRijksarchief te Leuven, in samenwerking met de onderzoekseenheid Geschiedenis van de KULeuven, gaat na wat de betekenis is van deze eerste ‘Belgische’ constitutionele teksten.

  • Hoe zijn ze ontstaan en welke gebeurtenissen hebben de inhoud van de teksten beïnvloed?
  • Kunnen we er hedendaagse democratische ideeën in terugvinden?
  • Welke sociale groepen hebben een rol gespeeld in de totstandkoming van de documenten?
  • Waren dergelijke landcharters enkel een pragmatisch instrument om rechten af te dwingen, of ligt er toch ook een bepaalde ideologie aan de basis?
  • Waarom hebben bepaalde regio’s, zoals Brabant, een heuse constitutionele traditie terwijl er in andere gewesten, zoals Henegouwen, dergelijke charters blijkbaar nooit bestaan hebben?
  • Werden de teksten ook nageleefd, of bleken ze uiteindelijk niet meer dan een vodje papier?
  • Welke rol speelden de charters in latere conflicten tussen vorst en onderdanen, en waarom verwijzen sommige politici er tot op vandaag naar om hun politieke doelstellingen te legitimeren?

PROGRAMME

Ontvangst vanaf 10.00 uur

10.30u-12.30u

Voorzitter: Mario Damen (Universiteit van Amsterdam)

Introductie: een Belgische Magna Carta?
Jelle Haemers (KULeuven)

Drukken de constitutionele teksten tot 1581 een politieke theorie uit?
Wim Blockmans (Universiteit Leiden)

Een grensoverschrijdende constitutionele tekst? Het ‘eeuwigduerende’ Brabants-Vlaamse verdrag van 1339
Ben Eersels (KULeuven)

De Brabantse Blijde Inkomst-charters: de inzet van een constitutionele teksttraditie als politiek instrument in de late middeleeuwen
Valerie Vrancken (KULeuven)

13.30u-16.00u

Voorzitter: Jan Dumolyn (UGent)

Écrire le “contrat politique” entre gouvernant et gouvernés en Hainaut aux XVe-XVIe siècle
Marie Van Eeckenrode (Rijksarchief te Louvain-la-Neuve)

Weerstandsrecht of weerbaarheid? Brabant in de veertiende en vijftiende eeuw
Robert Stein (Universiteit Leiden)

Het beroep op de Blijde Inkomst en op privileges tijdens bij verzet en opstand tegen het bewind van Filips II in de Nederlanden
Gustaaf Janssens (Rijksarchief en KULeuven)

Conclusions
Sébastien Dubois (Rijksarchief)

Informations pratiques

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 10 novembre à l’adresse rijksarchief.leuven@arch.be.

Lieu : Archives de l’Etat à Louvain – Vaartstraat 24, 3000 Leuven

Source : Archives générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces

CFP – Les archives de la répression

Journée d’étude : « Les archives de la répression ».

Les doctorant.e.s du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190), organisent leur journée d’étude annuelle à Lyon le 20 octobre 2015, autour du thème des archives de la répression.

Le terme de répression, souvent utilisé en histoire (répression coloniale, répression des mouvements sociaux, répression politique et religieuse), désigne, dans une première acception simple, une action visant à empêcher quelque chose de se développer afin de maintenir ou d’imposer l’ordre souhaité par une autorité.

Peu interrogé par les historiens, ce terme a pourtant fait l’objet de multiples analyses dans les sciences sociales, notamment au prisme de l’action collective1. Ainsi, les sociologues définissent la répression comme « les efforts pour supprimer tout acte contestataire ou tout groupe ou organisation responsable de ces derniers »2. Ce premier apport conceptuel des sciences sociales introduit pour les historiens différentes pistes. La définition questionne les rapports entre l’individu, la société et les institutions, dans une série de couples antinomiques ordre/désordre, contestation/répression, Etat/groupes… Cette même définition pose également le postulat d’un ordre contesté – ou du moins remis en cause – suivant là à la fois un discours mais aussi le point de vue de l’entité qui réprime.

Ainsi, au-delà d’une typologie de la répression et des formes répressives, d’une étude sur les acteurs, institutions et corps de la réflexion, le projet de cette journée d’étude est un retour aux sources de la répression, afin de redonner une historicité à ce concept utilisé dans de nombreux contextes socio-historiques, de repenser et mettre à distance le discours qui s’impose dans l’histoire et enfin de l’éclairer par une approche transdisciplinaire.

Les sources de la répression peuvent être abordées par plusieurs pistes de réflexion :

  • La question de la matérialité des archives de la répression, que ce soit autour des contextes de leur production, de leur nature (typologie de la source et de son support), mais aussi de leur conservation ou pire de leur absence (difficulté d’accès, destructions volontaires…).
  • Les discours inhérents à ses sources, que ce soit dans la désignation de l’objet réprimé, la description de la répression, son organisation archivistique, ainsi que les écarts entre les sources et la réalité effective étudiée par les scientifiques.

L’étude des sources de la répression peut donc permettre de réinterroger l’acte de réprimer, en mettant en évidence des stratégies archivistiques et discursives de la part des différents acteurs. Les participants devront également mettre en avant les modèles ou des pistes d’analyses utilisées dans le traitement du corpus (en lien avec une approche historiographie par exemple).

Cette journée d’étude des doctorant.e.s du LARHRA souhaite donc rassembler des jeunes chercheur.e.s  qui sont amené.e.s à traiter au cours de leurs travaux de recherches des sources liées à une ou des répressions. Les propositions de communication de 3 000 signes (espaces compris) devront donc mettre en avant un corpus de source en particulier et la manière dont il est traité, à travers des exemples précis.

Les propositions d’autres horizons disciplinaires, abordant plusieurs périodes ou à deux voix sont les bienvenues.

Elles sont à envoyer, accompagnées d’un C.V.  sur http://jedlarhra2015.sciencesconf.org/

Lien