Archives par mot-clé : colloque

Journée d’étude du GEMCA – L’INDÉTERMINÉ

Journée annuelle du GEMCA sur le thème de l’indéterminé. 

Date : 29 mai 2020

Lieu : UCLouvain, Salle du Conseil FIAL

Argumentaire : 

Si l’on dresse un inventaire des nombreux sujets et concepts abordés par les chercheurs et chercheuses du GEMCA ces dernières années, on constate qu’ils se rejoignent sur un point, à savoir la difficulté à les définir, ou plutôt, l’impossibilité à trouver une définition qui épuise leur sens et leur opérativité. En effet, si l’on reprend la liste de ces sujets, quelque chose échappe toujours de la figure, de la figurabilité, de l’expérience, du baroque, de l’idole, du cadre, de la
mystique, de la symbolique, du neutre etc. Plus encore, tenter absolument de les définir et, par là même, de leur donner une rationalité exhaustive, les vide de sens et annihile leur efficacité. Ils
semblent articuler une pensée en partie indéterminée dans laquelle réside cependant leur puissance herméneutique, s’appuyant sur un imaginaire ou sur des effets perceptifs. La difficulté à
laquelle nous confrontent ces concepts est ainsi double : non seulement ils échappent à notre compréhension rationnelle, mais ils nous imposent aussi de conserver leur part d’indétermination,
faute de quoi il devient impossible de les utiliser et leur opérativité nous échappe tout court. De cette manière, on a pu s’intéresser à ce
que l’on voit sans voir, à ce qui surgit des marges sans se donner tout à fait, à ce qui se définit toujours en creux par ce qui n’est
pas et qui n’existe que par le déni d’un discours, à des altérités paradoxales qui n’existent qu’en renversant ou inversant des
images, à ce qui se situe dans l’interstice des textes et des images, dans l’interstice des mots. La figure, qui a été le point de
départ de notre projet de centre, est certainement un des exemples les plus parlants, dans ses dimensions en apparence
contradictoires de conciliation de réalités ou de pôles en opposition. Dans son prolongement, la figurabilité tente de rendre compte de la part indicible et invisible des œuvres, qui est pourtant bien présente dans la saisie qu’on en fait. Les intervenant·e·s seront invité·e·s à faire réagir leurs objets de recherche avec cette notion d’indéterminé et à observer ce qui se découvre de nouveau, dans quelle mesure cette expérience permet une autre compréhension de ces objets.

colloque – Penser la coopétition à l’échelle de la monarchie hispanique (XVIe-XVIIe siècle)

Le projet COLEX entend investiguer les rapports de coopétition au sein des différents territoires de la monarchie espagnole durant l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle). Le concept de coopétition — capacité des agents à être en compétition et en coopération en même temps — doit nous permettre de prendre la mesure des interactions entre les différents niveaux juridictionnels propres à la Monarchie au moment de prendre la décision politique.

Réunissant pour la première fois les chercheurs qui composent le projet, cette journée vise à établir les bases historiographiques, problématiques et méthodologiques qui formeront le socle du projet.

Date : 3 février 2020, 10h00 – 18h00

Lieu : Casa de Velázquez 
C/ Paul Guinard, 3 – 28040 Madrid

Informations et programme

Colloque – Marges (XIe -XVIIe siècles)

Colloque des doctorants que l’U.R. de Transitions (ULiège) organise tous les deux ans. 

Transitions s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).
Mises en oeuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.
Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) ».

Programme : https://www.transitions.uliege.be/upload/docs/application/pdf/2019-12/marges_programmedefinitif.pdf

CFP – Femmes en guerre : Du front domestique aux champs de bataille.

Appel à communication pour le colloque international « jeune-chercheur » d’histoire de la guerre de Montréal : « Femmes en guerre : du front domestique aux champs de bataille », qui se tiendra les 21-22 octobre 2020 à Montréal.
 
Le théâtre de la guerre a longtemps été perçu comme le domaine réservé des hommes. Les femmes sont pourtant loin d’en être absentes qu’elles la subissent ou bien qu’elles en soient les actrices. Central dans toutes les sociétés, le fait militaire et l’expérience de la guerre est également un élément important de la construction sociale des genres depuis l’Antiquité. Organisé dans le cadre des activités du Groupe de recherche en histoire de la guerre, ce colloque a donc pour ambition d’interroger les relations qu’entretiennent les femmes et la guerre et la manière dont les « féminités » s’y construisent.
 
L’histoire militaire des femmes s’est en effet longtemps réduite à celle des grandes figures féminines occidentales et des cheffes de guerre, de Boudicca à Jeanne d’Arc. Lorsqu’elles apparaissaient, les femmes étaient réduites aux violences qui leur avaient été faites, ou à leur expérience à l’arrière du front en tant qu’infirmières, ouvrières, ou messagères. Lorsqu’il était question de genre, cela était surtout la construction des identités masculines dans la guerre qui était interrogée. Il a fallu attendre l’ouverture du recrutement aux femmes dans l’armée au xxe siècle pour que les travaux commencent à s’intéresser à leur participation à l’institution militaire, ou aux combats (Thomas, 1978 ; Bard, 1995). Plus récemment, des études ont mis l’accent sur leur expérience de combattantes, sur la place des femmes dans les structures et les institutions militaires, ainsi que sur les interactions des forces armées avec les sociétés, pour accéder à l’expérience des femmes dans la guerre (Lynn, 2008 ; Virgili 2011 ; Clio, 2006).
 
À la croisée de l’histoire du fait militaire, de l’histoire des femmes et de l’histoire du genre, ce colloque souhaite aborder les multiples formes de la présence des femmes au sein des armées, de leurs expériences de guerre et de la construction des « féminités » en milieu guerrier. Il souhaite aborder ces thématiques dans la longue durée, de l’Antiquité à nos jours, et en dépassant les frontières de l’Europe pour embrasser ces questions de manières globales et transnationales. Car les relations des femmes à l’armée et la construction sociale des genres en son sein, comme leurs formes, leurs manifestations et leurs sens, diffèrent selon les époques, les lieux et les conflits. Les relations, les rôles et les identités sexuelles sont ainsi déterminés et réinterprétés au prisme des normes martiales, sociales et culturelles dans lesquels ils s’insèrent. Ce colloque propose donc de poursuivre les réflexions initiées par les historiens et historiennes de la guerre et du fait militaire et de participer au renouvellement de leurs questionnements. Quelles relations les femmes entretiennent-elles à l’armée ? Quels y sont leurs rôles ? Comment penser et représenter les « féminités » guerrières ? Quelle place prennent-elles dans l’imaginaire du combattant ? En quoi les représentations militaires, sociales et culturelles influencent-elles l’expérience des femmes dans l’institution militaire et dans les combats ?
 
Au carrefour de ces réflexions, les propositions de recherche pourront se décliner à partir de quelques grandes lignes directrices :

  • Penser le rapport entre les femmes et les institutions militaires dans différents contextes chronologiques, politiques et culturels ;
  • Explorer l’expression, la construction et l’évolution des « féminités » dans le contexte guerrier ;
  • Examiner l’expérience de guerre des femmes qu’elles soient combattantes ou non.

Le colloque, organisé avec le soutien notamment du département d’histoire de l’UQAM, du Centre Interuniversitaire de Recherche sur la première Modernité (CIREM 16-18) et du Groupe de recherche en histoire des sociabilités (GRHS), se veut interdisciplinaire et ouvert à tous les jeunes chercheuses et chercheurs des cycles supérieurs (maîtrise, doctorat et post-doctorat) en histoire, histoire de l’art, études littéraires et philosophie, ainsi que de tous les autres champs des sciences sociales. Il accueillera toutes propositions en lien avec l’étude des femmes en situation de guerre, de l’Antiquité à nos jours. Les thématiques soulevées ci-dessus ne limitent en rien les propositions de communication.
 
Les propositions de communication peuvent être envoyées en français ou en anglais (300 mots maximum) avant le 15 janvier 2020, à l’adresse qui suit : colloque.grhg@gmail.com. Les propositions devront comprendre une brève présentation du corpus étudié (les sources, le cadre de l’enquête et méthodologie) et une courte bibliographie (10 titres max). Elles devront également comprendre votre nom, prénom et affiliation institutionnelle, le niveau d’étude (maîtrise, doctorat, post-doctorat), un curriculum vitae et indiquer les éventuels besoins de soutien financier pour le déplacement et l’hébergement ainsi que le coût estimé du voyage. Le colloque aura lieu le 21-22 octobre 2020.
 
Note importante. Dans la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement grâce au soutien de leur université ou de leur centre de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence du financement externe (même non assuré) est, en effet, un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.
 
Comité scientifique : Violaine Sebillotte Cuchet (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Lyse Roy (UQÀM), Carl Bourchard (Université de Montréal), Ersy Contogouris (Université de Montréal), Piroska Nagy (UQÀM), Frédéric Charbonneau (Université McGill), Benjamin Deruelle (UQÀM)
 
Comité organisateur : Nicolas Handfield, Philipp Portelance, Vicky Laprade, Philippe Sainte-Marie, Chloe Raymond-Poitras, Mathilde Viberti, Alexandre Vaillancourt

Colloque : Images du savoir. Art et science au temps de Bruegel

Dans le cadre des événements célébrant Bruegel en 2019, et spécialement de l’exposition “The World of Bruegel in Black and White” à KBR, le Centre National d’Histoire des Sciences organise une journée de colloque consacrée aux relations entre Bruegel et le monde du savoir. 

Programme

9:00-9:20 Welcome and coffee

9:20-9:30 Denis Diagre-Vanderpelen (CNHS), Opening welcome

9:30-9:45 Geert Vanpaemel (KU Leuven), Introduction

9:45-10:15 Thea Vignau-Wilberg (Staatliche Graphische Sammlung, München), Science in Art – Art in Science : Natural history in transition

10:15-10:45 Coffee

10:45-11:15 Lieve Watteeuw (KU Leuven, Illuminare, Centre for the Study of Medieval Art), Bruegel’s drawing methods

11:15-11:45 Marlise Rijks (Universiteit Leiden) Depicting distillation : from Pieter Bruegel’s Alchemist to Jan Brueghel’s Allegories

11:45-12:15 Wouter Bracke (ULB/KBR), Bruegel and cartography

12:15-14:00 Lunch – Visit of the exhibition

14:00-14:30 Koenraad van Cleempoel (Universiteit Hasselt), The Virtue of Temperance ; Bruegel’s doubts on modern science and technology

14:30-15:00 Coffee

15:00-15:30 Baudouin van den Abeele (UCLouvain), « Insidiosus auceps », l’oiseleur sous un mauvais jour : une perspective historique sur les techniques de chasse chez Pierre Bruegel

15:30-16:00 Christiaan Sterken (Vrije Universiteit Brussel), Bruegel’s winter landscapes : some reflections on climate change

Date : 29 novembre 2019, 09h – 17h

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique (KBR), Royal Sky Room 1 

Informations et inscription 

Colloque – Ornamenta Sacra. Late Medieval and Early Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800)

Titre : “Ornamenta Sacra. Late Medieval and Early Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800)”, Organisé par Ralph DEKONINCK (UCLouvain), Barbara BAERT (KU Leuven) et Marie-Christine CLAES (KIK-IRPA)

Dates : 24-26 octobre 2019

Lieux : Les 24 et 25 octobre 2019, Bruxelles, KIK-IRPA ; le 26 octobre 2019, KU Leuven (Justius Lipsius)

Informations, programme et inscription : : https://events.kikirpa.be/event/1/timetable/

Colloque – Ornamenta Sacra. Late Medieval and Early Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800)

Colloque – Ornamenta Sacra. Late Medieval and Early Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800)

Date : 24-26 octobre 2019

Lieux : Bruxelles, KIK-IRPA ( Parc du Cinquantenaire 1 / Bruxelles / Cinquantenaire 1) et KU Leuven Justius Lipsiuscollege (Minderbroedersstraat 15, 3000 Louvain)

Retrouvez toutes les informations sur la page de l’IRPA.

CFP – Naturalisation et légitimation des pouvoirs (1300–1800). Entreprise d’histoire comparée

Appel à communication pour le colloque Naturalisation et légitimation des pouvoirs (1300–1800). Entreprise d’histoire comparée, organisé par Eloïse ADDE (LAMOP, Université Paris 1 Sorbonne–CNRS), Jonathan DUMONT (Österreichische Akademie der Wissenschaften, AT/Transitions), Michel MARGUE (Université du Luxembourg, LU), Andreas ZAJIC (Österreichische Akademie der Wissenschaften, AT)

Date limite de l’appel : 15 septembre 2019

Dates : du colloque : 28-29 novembre 2019 et 2-3 avril 2020

Lieu : Université du Luxembourg, Luxembourg (28-29 novembre) et Österreichische Akademie der Wissenschaften, Vienne (2-3 avril)

Argumentaire et informations dans ce fichier pdf.

Colloque – New Voices in the History of War II

New Voices in the History of War II, organisé par Michael DEPRETER (British Academy-University of Oxford), Emilie DOSQUET (Université de Strasbourg), Christophe MASSON (University of Oxford/Transitions), Victoria TAYLOR (University of Hull) et Peter WILSON (University of Oxford)

Date : 12 juillet 2019

Lieu : Université d’Oxford, Oxford, Royaume-Uni

Plus d’information sur la page du colloque.

Colloque – Léonard de Vinci, invention et innovation

62e Colloque international d’études humanistes : Léonard de Vinci, invention et innovation, organisé par Pascal BRIOIST (Université de Tours/CESR) et Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULiège/Transitions)

Dates : 24-28 juin 2019

Lieux : Université de Tours, Site Tanneurs, Salle Thélème, Tours, France ; Château du Clos-Lucé, Amboise, France ; Domaine National de Chambord, France

Inscription et informations sur la page du colloque.