Archives par mot-clé : exposition

Exposition – BAROQUE BOOK DESIGN

Baroque Book Design – Exposition

Dates : du 28 septembre 2018 au 6 janvier 2019

Lieu : Musée Plantin-Moretus, Vrijdagmarkt 22, 2000 Anvers

Toutes les informations sur la page de l’exposition.

Présentation :

LE LIVRE BAROQUE, UNE COCRÉATION RÉUSSIE DE BALTHASAR MORETUS ET PETER PAUL RUBENS

Le 16e siècle a vu naître de nombreux livres d’un genre nouveau grâce essentiellement aux éditeurs comme ceux de la famille Plantin-Moretus. Ils n’avaient de cesse de présenter et d’ordonnancer différemment les nouvelles connaissances et les nouvelles idées de l’époque. Ils réfléchissaient à la meilleure façon de présenter un texte, d’améliorer l’équilibre entre le texte et l’illustration, de réinventer la page de titre… C’est ainsi qu’est né le livre tel qu’il existe encore grosso modo aujourd’hui.

Balthasar I Moretus a fait considérablement évoluer l’architecture livresque en impliquant les plus grands artistes de son temps dans la conception des livres. Il a par exemple confié à Peter Paul Rubens les illustrations de son nouveau livre de prières. Erasmus Quellinus, Karel de Mallery, Peeter de Jode et Abraham Van Diepenbeeck ont eux aussi conçu des pages de titres et des illustrations pour Balthasar Moretus.

L’ÉDITEUR ACTUEL, METTEUR EN SCÈNE

Aujourd’hui encore, l’éditeur joue le rôle de metteur en scène dans le renouvellement de l’architecture livresque. L’exposition du Musée Plantin-Moretus explique les ressemblances entre la façon d’opérer de Balthasar Moretus et celle de l’éditeur contemporain. Le regard que jette un éditeur contemporain de premier plan sur le livre pour réinventer sans cesse le livre en collaboration avec les artistes.

UNE HISTOIRE D’AMITIÉ ET DE COLLABORATION

L’exposition met en scène l’amour pour le métier d’éditeur et explique comment il s’y prend pour encourager l’artiste, l’imprimeur et le concepteur d’hier et d’aujourd’hui à créer un produit hors pair. Le musée essaie de transmettre cette passion aux visiteurs en organisant des lectures, des ateliers, des visites de collection et des ateliers. Le Kunstendag voor Kinderen (Journée de l’Art pour Enfants) et le Dag van de wetenschap (Journée des Sciences) sont l’occasion d’inviter concepteurs et imprimeurs à se retrousser les manches avec le public.

Exposition – Spa, c’est dans la boîte

Exposition au Musée d’Ansembourg

Titre: Spa, c’est dans la boîte

Dates: 18/05-16/09/2018

Lieu: Liège, Musée d’Ansembourg

Présentation:

Cette exposition rend hommage à la donation du pharmacien colonel Louis Pironet faite récemment à la Ville de Liège et à ses institutions muséales.

Parmi les quelques sept cents Bois de Spa rassemblés durant plusieurs décennies par Louis Pironet, ce sont les ouvrages les plus exceptionnels, voire insolites, qui sont montrés pour la première fois au public.

Le visiteur peut ainsi déambuler au sein du Musée d’Ansembourg afin de découvrir ou re-découvrir des boîtes, qu’elles soient à quadrille ou à thé, voire des bibelots qui ont fait la réputation de Spa et ce, depuis 1675 à nos jours.

En définitive, c’est la synthèse des arts décoratifs appliqués à la tabletterie qui est montré dans le plus bel écrin patrimonial qu’il soit.

« Bois de Spa » ou « Jolités de Spa »

On appelle « Bois de Spa » ou « Jolité de Spa » tout ouvrage, utilitaire ou décoratif, de formes variées, en bois -peint, verni, tourné- fabriqué à Spa, du XVIIe siècle à nos jours.

L’origine de cette fabrication se situe, aux XVIe et XVIIe siècles, dans la confection de cannes ou de bâtons dont se munissaient les curistes pour circuler plus aisément.

Dès le XVIIIe siècle, Spa, comme station mondaine, devient le berceau de cet artisanat qui se répand dans l’Europe entière. Aussi, les ouvrages en bois reproduisent souvent les fontaines et la vue des sites visités par les buveurs d’eau dits les « bobelins » ou les curistes.

Ces petits objets de tabletterie sont destinés à une clientèle de qualité, exigeante et éclectique, celle des curistes et de l’aristocratie européenne, en guise de souvenirs.

Ainsi naissent des bibelots parmi lesquels des boîtes à thé, à couture, à gants, à fards, voire à perruques ainsi que des boîtes à quadrille. Le terme quadrille est issu d’un ancien jeu de cartes qui se joue à quatre. La boîte à quadrille se compose d’une boîte contenant quatre petites d’égale grandeur destinées à recevoir les cartes et les marques de jeu.

Exposition – Vêtements sacrés. Sacrés vêtements

Exposition itinérante consacrée aux textiles liturgiques, conçue par le CIPAR et les membres du projet Ornamenta Sacra, avec l’aide des étudiants de master en histoire de l’art de l’UCL.

Dates et lieux :

  • 21 juin – 31 août 2018 : Basilique Notre-Dame de Basse Wavre
  • 23 juin – 9 septembre 2018: Eglise Saint-Loup de Namur
  • 30 juin – 29 juillet 2018: Cathédrale Saint-Paul de Liège
  • 24 juin – 25 novembre 2018: Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance

L’exposition tournera ensuite dans différentes églises patrimoniales de Wallonie.

Présentation de l’exposition

 

Exposition – La Meuse au coeur de notre histoire

Titre : La Meuse au coeur de notre histoire

Dates : du 27 juin au 20 octobre 2018

Lieu : Archéoforum, Place Saint-Lambert, 4000 Liège

Un fleuve, c’est la vie, le mouvement, les échanges, l’énergie. La Meuse, comme beaucoup d’autres fleuves, a toujours attiré les hommes. Pour son approvisionnement en eau potable et pour ses ressources poissonneuses qui en faisaient un véritable garde-manger. La Meuse permet aussi les échanges à courte et longue distance au moyen d’embarcations adaptées au cours du fleuve. Elle offre également l’énergie nécessaire aux différentes activités artisanales et industrielles menées par les hommes vivant au bord de l’eau. Des périodes les plus anciennes, ce sont les traces de ponts, d’embarcadères, de digues et de moulins qui nous parviennent. L’homme est néanmoins au centre de l’exposition, avec ses besoins multiples ; il est acteur de changement et va transformer durablement la physionomie du fleuve et ce, depuis le Moyen Âge.

Toutes les informations sur le site de l’Archéoforum de liège.

Exposition et Conférences – « Empreintes » et « Livre et Liège »

Exposition et cycle de conférences organisés par l’Université de Liège, en partenariat avec la Cité Miroir.

Exposition: « Empreintes.« 

Dates: 21 avril – 20 juillet 2018

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Argument:

Cette exposition, organisée en partenariat avec la Cité Miroir et mettant en valeur les collections des Bibliothèques de l’Université de Liège, revient sur le rôle de l’écrit dans notre société et dans l’Histoire. Si l’écrit a permis à l’homme de transmettre son savoir au fil des siècles, c’est aussi un acteur de l’histoire.

Les savoirs se construisent avec le temps, se modifient, se contredisent, s’appuient. Ils sont constitués de faits, mais aussi d’idées, d’opinions, de pensées. Ils sont le fruit de la réflexion ou des recherches d’un ou plusieurs homme(s), ou de femme(s), à une époque donnée. Etant humains par nature, ils ont été conçus dans un contexte donné et avec un objectif particulier. L’écrit, au fil des siècles, se veut le reflet de cette multiplicité, de ces évolutions.

Nos Bibliothèques ne sont pas qu’une vitrine des connaissances accumulées avec le temps, au travers d’œuvres précieusement conservées. A travers chaque écrit, elles ont capturé un fragment, une trace de chacune de ces circonstances uniques, particulières, où l’Homme a changé le cours de son histoire.

Dans un parcours vous emmenant à la découverte de pièces uniques des collections des Bibliothèques de l’ULiège, l’exposition aborde huit enjeux de l’écrit dans l’Histoire : quels sont ces savoirs qui ont franchi les siècles ? Comment l’Homme a-t-il conservé la mémoire de sa propre histoire ? Comment l’écrit a-t-il permis aux autorités de légitimer leur(s) pouvoir(s) ? Comment a-t-il aussi permis aux voix contradictoires de se faire entendre, de résister ? Comment la science s’est-elle construite par le biais de l’écrit ? Comment l’homme a-t-il mis par écrit son état de la connaissance du monde, au fil de ses explorations ? Quels apports mutuels entre l’Art et l’écrit ? Croyances, religions : quelles autres formes de savoirs ont ainsi été véhiculées par l’écrit ?

Cycle de conférences: « Livres et Liège« 

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Dates et programme:

Argument:

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences, intitulé « Livres & Liège ». Mis sur pied, à la Cité Miroir, en partenariat avec l’Unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité Transitions et avec la participation de membres de l’Unité de recherches Traverses, il ambitionne de revisiter l’histoire de Liège au travers de quatre grandes révolutions médiatiques : l’ère du manuscrit, l’apparition de l’imprimerie, l’avènement de la presse locale et l’édition contemporaine à l’heure du numérique.

Toutes les conférences ont lieu à 20h à la Cité Miroir, Place Xavier Neujean, 4000 Liège. Le prix d’entré est fixé à 5 €.

Exposition – Haute Lecture de Colard Mansion. Renouveau du texte et de l’image dans la Bruges médiévale

Titre : Haute Lecture de Colard Mansion. Renouveau du texte et de l’image dans la Bruges médiévale

Dates :  1er mars – 3 juin 2018

Lieu : Groeningemuseum, Bruges

Présentation :

Cette exposition vous plonge droit au coeur du Bruges du XVe siècle, la ville de Charles le Téméraire et de Hans Memling. À cette époque, Bruges, ville cosmopolite et dynamique, est célèbre pour sa production de livres. Les livres de luxe occupent une place centrale dans le commerce international et la culture bourguignonne.

Personnage incontournable de cet univers de livres : Colard Mansion, éditeur de livres de luxe. À l’origine homme de beaux manuscrits, il s’empare rapidement du tout nouveau média que constitue le livre imprimé. Mansion imprime les incunables les plus prestigieux de son époque, caractérisés par une typographie inédite et des illustrations particulières. Il imprime principalement des textes français qui n’avaient jamais été édités auparavant.

L’exposition fait la part belle à la beauté inégalée de l’œuvre imprimée de Mansion. Des exemplaires provenant de bibliothèques des quatre coins du monde côtoient les incunables de la Bibliothèque municipale de Bruges et de la Bibliothèque nationale de France. Jamais autant d’incunables de Mansion n’avaient été rassemblés au sein d’une même exposition.

L’œuvre de Colard Mansion marie tradition et innovation et se compose non seulement d’impressions, de manuscrits et de miniatures, mais aussi d’estampes. Pendant la visite de l’exposition, le visiteur se familiarisera avec les pratiques de l’atelier de Colard Mansion ainsi que celles des copistes, estampiers et autres artistes.

L’exposition jette un regardé clairant sur l’œuvre magistrale de Mansion. Mais l’homme derrière cette production artistique inégalée se montre plutôt réticent à livrer ses secrets. Nous ne disposons que de très peu d’éléments sur sa collaboration avec le premier imprimeur anglais, William Caxton. Et qu’advint-il de lui en 1484 ? Ici encore, le mystère reste entier. Il disparaîtra aussi soudainement qu’il est arrivé à Bruges. Personne ne sait d’où il venait ni où il a disparu. Ses livres permettront-ils d’élucider cette énigme?

L’exposition ‘Haute Lecture by Colard Mansion’ vous invite au voyage dans une ville du monde pleine d’effervescence, où se fabriquent de nouveaux livres pour un nouveau monde. Immergez-vous, le temps d’un après-midi, dans le Bruges du XVe siècle et repartez avec un trésor d’histoires.

Exposition – Spanish Still Life

Titre: Spanish Still Life. Velazquez, Goya, Picasso, Miro,…

Dates: 23 février – 27 mai 2018

Lieu: Bruxelles, Bozar/Palais des Beaux-Arts

Présentation:

Les natures mortes dans la peinture : un exercice d’imitation pour peintres manquant d’ambition ? Plus depuis que les artistes avant-gardistes se sont intéressés au genre pour introduire des changements radicaux dans le domaine de la peinture. Cette rétrospective dresse, pour la première fois, le portrait de quatre siècles de natures mortes et vous propose de découvrir les plus belles pièces : des premiers bodegónes du XVIIe siècle aux expérimentations formelles de Picasso, Dalí, Miró ou autres oeuvres plus récentes d’artistes espagnols en passant par les interprétations personnelles de Velázquez et de Goya.

Journées d’étude – Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance

Journées d’étude de l’Institut des Hautes Etudes de Belgique « Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance » et exposition virtuelle.

Dates: 20-21 décembre 2017

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Argument:

Le 13 mai 1717 naissait à Vienne Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, la fille aînée de l’empereur Charles VI. Peu préparée à l’incroyable destin qui allait s’imposer à elle, la jeune archiduchesse fut appelée à régner sur un immense empire pendant près de quarante ans. Elle fut ainsi la souveraine de nos régions, les Pays-Bas autrichiens, qu’elle gouverna depuis Vienne, secondée dans sa tâche par son beaufrère le prince Charles de Lorraine en sa qualité de gouverneur général.

Désireux de promouvoir de nouvelles activités en relation avec sa vocation de transmission d’un savoir d’excellence, l’Institut des Hautes Etudes de Belgique organisera les 20 et 21 décembre prochains une manifestation scientifique internationale qui s’interrogera sur l’exercice de la souveraineté à distance. Comment l’impératrice se tenait-elle informée des affaires relatives aux « provinces belgiques », ces pays si éloignés du centre de la monarchie ? Comment les réformes furent-elles conduites sous son règne ? Comment la souveraine était-elle représentée dans les Pays-Bas ? Une collaboration étroite avec les archives de l’Académie Royale de Belgique, les Archives Générales du Royaume et la Bibliothèque Royale de Belgique nous permettra de mettre en avant les traces, sources et témoins laissés dans nos dépôts d’archives et dans l’espace public par ce pouvoir caractéristique des monarchies complexes d’Ancien Régime : la réalisation d’une exposition virtuelle, diffusée sur le site dédié à l’événement, permettra de renvoyer le public aux documents originaux conservés dans ces différentes institutions.

L’organisation de ces journées d’étude bénéficie de l’appui de l’IHEB, du FNRS, de l’ARB, du Centre de recherche SociAMM (et du Groupe d’Étude du XVIIIe siècle) au sein de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles, et de l’Université de Namur.
Les exposés se feront dans le cadre prestigieux de l’Académie Royale de Belgique, lieu idéal pour comprendre l’insertion du pouvoir dans la Cité. Créée sous le règne de Marie-Thérèse -, les lettres patentes qui ordonnent sa fondation seront exposées au public – l’Académie s’inscrit encore aujourd’hui dans le quartier Royal construit à la même époque pour héberger les principales institutions gouvernementales et judiciaires de la capitale des Pays-Bas autrichiens.

Comité organisateur :
Valérie André
Michèle Galand,
Isabelle Parmentier

Comité scientifique :
Valérie André (FNRS-ULB, ARB),
Michèle Galand (ULB),
Marc Libert (AGR),
Christophe Loir (ULB),
Isabelle Parmentier (UNamur),
Claude Sorgeloos (KBR)

Exposition virtuelle :
«URL:http://www.mtpba.be»

Personne de contact :
Madame Valérie André
vandre@ulb.ac.be

PROGRAMME

20 décembre 2017

17h30
Accueil des participants

18h00
Introduction
Valérie André, FNRS-ULB, et Michèle Galand, ULB

L’Académie thérésienne : soutenir les lettres et les sciences
Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Belgique

18h30
Conférence plénière
Impératrice et mère : Marie-Thérèse et Marie-Christine, gouvernante des Pays-Bas autrichiens
Catriona Seth (Université d’Oxford)

19h45
Réception

21 décembre 2017

9h30
Accueil des participants

Journée d’étude présidée par Isabelle Parmentier (UNamur)

L’inauguration de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Thomas Cambrelin (ULB)

Les correspondances diplomatiques
Jean-Charles Speeckaert (Paris IV Sorbonne-ULB)

Une réforme manquée : Marie Thérèse et le droit naturel à Louvain
Ivo Cerman (Université de Bohême de Sud)

Les réformes de la police à Bruxelles : impulsion de Vienne ou initiative locale ?
Catherine Denys (Université de Lille 3)

La représentation de Marie-Thérèse dans les villes des Pays-Bas
Klaas Van Gelder (Université de Vienne-U-Gent)

La scène viennoise et les comédiens et danseurs de Bruxelles
Jean-Philippe Van Aelbrouck (CFWB)

Publications autour de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Claude Sorgeloos (Bibliothèque Royale de Belgique)

Conclusions : Bruno Bernard (ULB)

Inscription souhaitée :

– Première journée

– Deuxième journée

 

Publication – Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie

« Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie »
Catalogus bij de tentoonstelling in de Leuvense Universiteitsbibliotheek, 20 oktober 2016 – 17 januari 2017, Louvain, Leuven University Press, 2016.

ISBN : 9789462700932

Date de publication : 10/2016

Direction de l’ouvrage/Auteur : Dirk Sacré – Erik De Bom – Demmy Verbeke – Gilbert Tournoy

Résumé :

Vijfhonderd jaar geleden legde Dirk Martens in Leuven Utopia ter perse. Om de verjaardag van dit meesterwerk van Thomas More (1477/78–1535) passend te vieren organiseert de Leuvense Universiteitsbibliotheek in het najaar van 2016 een tentoonstelling. Die biedt een portret van More als humanist, staatsman en polemist, belicht zijn contacten met de Nederlanden en staat stil bij zijn terechtstelling en postume faam. Daarnaast gaat de tentoonstelling uitgebreid in op Utopia zelf en tal van bekende en minder bekende utopische werken. Prikkelende essays over al deze onderwerpen en gedetailleerde beschrijvingen van de tentoongestelde objecten vindt de lezer in de bundel Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie. En voor wie nóg meer wil, bevat het boek ook een aantal extra lemmata die de context schetsen en meer werken voorstellen.

Table des matières (si disponible) :

— Woord vooraf

— D. Sacré, Ephemerides Moricae

Deel I: Thomas More

— M. Laureys, Liefde voor de letteren, gedrevenheid voor de staat, overgave aan God. Het leven van Thomas More

— J. Papy, De twee pennen van kanselier-literator Thomas More. Humanistische literatuur en ‘New Learning’ in het

Engeland van Hendrik VIII

— J. Papy, De orthodox Thomas More in de polemische stormen van de Reformatie. Van religieuze pennenstrijd

tot schavot

— G. Latré, De Engelstalige werken van Thomas More

— G. Tournoy, Terechtstelling en postume faam van Thomas More

— Catalogusnotities 1 t.e.m. 48

Deel II: Thomas More en de Nederlanden

— D. Sacré, Thomas More en de Nederlanden

— Catalogusnotities 49 t.e.m. 88

Deel III: Utopia en de utopische traditie

— E. De Bom, Het ongrijpbare Utopia. Zoektocht naar de ideale samenleving van Nergensland

— E. De Bom – T. Van Houdt, Van atopie tot utopie, van eutopie tot dystopie. Enkele krachtlijnen van de utopische traditie

— Catalogusnotities 89 t.e.m. 120

— Afkortingen

— Literatuurlijst

— Index nominum

Source (site éditeur) : KULeuven

Exposition – Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Lieu: Liège, Grand Curtius (Feronstrée 136)
Date de l’événement: Du 02/02/2017 au 30/04/2017

Commissariat scientifique assuré par Annick Delfosse (Transitions) et Cécile Oger (Réseau des Bibliothèques – Transitions)

Cette exposition a pour point de départ un très bel exemplaire de l’édition francfortoise de la traduction de la Bible par Luther (1561), connue sous le nom de Bible palatine, dont l’illustration a été confiée au graveur allemand Virgil Solis. Cet exemplaire sert de point de départ au développement de plusieurs thématiques en lien avec la réforme (les révision et traduction des textes bibliques, l’utilisation intensive par Martin Luther et de son entourage de l’imprimerie et de la gravure, le rapport complexe de Martin Luther à l’image et son recours à une production satyrique de plus en plus féroce, la production du graveur allemand Virgil Solis…). 

Source de l’info: Transitions

Exposition – Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Exposition

Titre : Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Lieu : Bruxelles, Maison d’Érasme

Date de l’événement : 07/12/2016 – 09/04/2017

« Au prix de veilles à peine croyables » : en ces quelques mots, Érasme évoque le travail colossal qu’il a fourni pour rafraîchir, rééditer et retraduire le texte du Nouveau Testament. Son édition critique en grec – et nouvelle traduction latine –, parue en 1516, constitue à ses yeux son œuvre la plus importante. Il fallait en effet de l’audace pour concurrencer le texte millénaire de la Vulgate. Il fallait même de la bravoure pour y joindre une série de notes critiques sur les cérémonies religieuses, la vie monastique, le culte des reliques, le mariage et autres institutions d’une société en mouvement.

Source de l’info : Erasmus House