Archives par mot-clé : genre

Candidature – doctorant – The Freedom of the Streets. Gender and Urban Space in Europe and Asia (1600-1850)

Appel à candidature :

Titre : VIDI-project “The Freedom of the Streets. Gender and Urban Space in Europe and Asia (1600-1850)”

Lieu : Amsterdam / Edo

Date limite de réponse à l’appel : 15/12/2016

Résumé/argument : Deux postes dans le cadre du projet VIDI de Danielle van den Heuvel, « The Freedom of the Streets. Gender and Urban Space in Europe and Asia (1600-1850) ». L’un des projets à Amsterdam comme étude de cas, l’autre Edo.

Source de l’info :

Amsterdam : http://www.uva.nl/en/about-the-uva/working-at-the-uva/vacancies/item/16-465-phd-candidate-gender-and-urban-space-in-amsterdam.html

Edo: http://www.uva.nl/en/about-the-uva/working-at-the-uva/vacancies/item/16-466-phd-candidate-gender-and-urban-space-in-edo.html

Journées d’étude – 19-20/05/2016 – Que faire du genre quand on étudie la littérature et l’histoire ?

Silvia Mostaccio et Damien Zanone ont le plaisir de vous inviter à la double journée d’études doctorales organisée les 19 et 20 mai 2016 autour de la question : « Que faire du genre quand on étudie la littérature et l’Histoire ? ». Ces journées sont le résultat d’une collaboration entre le GREG (Groupe de Recherches en Études de Genre) et les centres de recherche CRI et LaRHis (la journée s’inscrit dans le programme d’activités de l’École doctorale « Langues, Lettres et Traductologie » ED3 et « histoire, histoire de l’art et archéologie » ED4). La journée du 19 mai, sur les liens entre genre et littérature, est coordonnée par Damien Zanone ; celle du 20 mai, sur les liens entre genre et histoire, par Silvia Mostaccio.

Deux conférences ouvrent ces journées :

  • Christine PLANTÉ, prof. de Littérature à l’Université Lyon 2 : « La littérature française du XIXe siècle, un champ propice à la réflexion du point de vue du genre ? » le 19/5/2016 de 9h15 à 10h15 au Collège Socrate, Salle Ladrière (UCL, Louvain-la-Neuve).
  • Xenia VON TIPPELSKIRCH, prof. d’Histoire à l’Université Humboldt (Berlin) : « Genre, intersectionnalité et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au delà » le 20/5/2016 de 9h15 à 10h15 au Sénat Académique, Halles Universitaires (UCL, Louvain-la-Neuve).

Inscriptions : si vous prévoyez de participer à une journée complète, merci de le signaler à Stéphanie Lorent pour le mardi 17 mai 2016, 12h.

Programme :

Jeudi 19 mai, 9h-17h30
La littérature française du XIXe siècle, un champ propice à la réflexion du point de vue du genre ?
Salle Jean Ladrière (Collège Socrate)

La journée du 19 mai 2016 est organisée comme une rencontre autour de Christine Planté, Professeure à l’Université Lyon 2, à l’occasion de la réédition de La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur (Éditions du Seuil, 1989 ; Presses universitaires de Lyon avec un nouvel encadrement critique, 2015). Dans la postface de cette réédition, Christine Planté constate que « l’on assiste, après la Révolution française, à une redéfinition simultanée de la littérature –dans ses limites, ses fonctions et ses hiérarchies– et des rôles et modèles sexués ». Cette remarque servira de point de départ à la réflexion. Le XIXe siècle littéraire français, longtemps considéré comme celui des « grands écrivains » au sens de « grands hommes » mythologisés par les manuels scolaires, oppose-t-il une résistance particulière à une interrogation du point de vue du genre ? Le romantisme, en même temps qu’il malmène les cadres anciens de séparation entre les genres littéraires, occasionne-t-il un renouvellement des représentations des rapports entre les sexes ? La démocratisation de la lecture conduit-elle à faire évoluer les discours sur le public en différenciant entre lecteurs et lectrices ? Y a-t-il des mécanismes repérables de négation des « grandes écrivaines » et de leur relégation à l’arrière-plan de la mémoire littéraire ? Ces questions et d’autres animeront les discussions.
Responsable : Damien ZANONE, Professeur à l’UCL (damien.zanone@uclouvain.be)

9h – 9h15 : accueil par Damien Zanone, organisateur de la journée et directeur du Centre de recherche sur l’Imaginaire et par Silvia Mostaccio, responsable du Groupe de Recherche en Études de Genre de l’UCL
9h15 – 10h15 : conférence de Christine Planté (Université Lyon 2) : La Petite Sœur de Balzac : une relecture du point de vue du genre
10h15 – 10h45 : pause
10h45 – 12h : table ronde animée par Audrey Lasserre (Univ. Paris 3). Discussion autour et à partir de La Petite Sœur de Balzac entre Christine Planté et des doctorant-e-s : Myriam Dreesen (UCL), Laetitia Hanin (UCL), Guillaume Milet (Univ. Lyon 2), Margherita Romengo (UCL), Marie-Pier Tardif (Univ. Lyon 2 et UQAM) et Maxime Triquenaux (Univ. Lyon 2).
12h – 13h30 : déjeuner
13h30 : Isabelle Matamoros (Université Lyon 2) : Entre études littéraires et histoire culturelle : la lecture des femmes au prisme du genre
14h : Damien Zanone (UCL) : Heurs et malheurs d’un être de papier : la “femme romanesque”
14h30-14h45 : pause
14h45 : Annette Keilhauer (Université Erlangen-Nürnberg) : L’écriture de soi au XIXe siècle : réflexion sur un genre genré, entre stéréotypes et tabous
15h15 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris 4) : La création d’une féminité monstrueuse dans Le Jardin des supplices d’Octave Mirbeau
15h45-16h : pause
16h : Stéphane Gougelmann (Université de Saint-Étienne) : Identifier les personnages d’homosexuels dans les romans français du XIXe siècle
16h30 : Michael Rosenfeld (UCL et Université de Strasbourg) : Autobiographies et autofictions homosexuelles à la fin du XIXe siècle
17h : Yannick Chevalier (Université Lyon 2) : Représenter littérairement le genre dans un contexte militant : la politisation des identités

Vendredi 20 mai, 9h-17h30
Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà
Salle du Sénat académique (Halles Universitaires)

La journée doctorale du 20 mai 2016, est organisée autour de Xenia von Tippelskirch, Professeure d’Histoire à l’Université Humboldt de Berlin, qui interviendra sur Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà : il s’agira de s’interroger sur le dialogue possible entre la catégorie de l’intersectionnalité (proposée par Crenshaw) et l’historiographie plus ancienne sur l’époque moderne. Dans quels contextes pouvons-nous présupposer une prépondérance de la catégorie du genre ? Suivra la présentation d’une étude de cas qui permettra de montrer l’interrelation de catégories d’analyses différentes (genre, âge, religion, état, couche sociale) et de poser des questions théoriques sur le jeu d’interdépendances. La deuxième partie de la journée sera consacrée aux interventions de jeunes chercheurs autour d’un aspect spécifique de leur recherche en cours, qu’ils aimeraient présenter et discuter avec madame von Tippelskirch et les autres intervenants.
Responsable : Silvia MOSTACCIO, Professeure à l’UCL (silvia. mostaccio@uclouvain.be)

9h – 9h15 : Silvia Mostaccio et Damien Zanone, accueil et introduction à la journée
9h15 – 10h00 : conférence de Xenia von Tippelskirch (Université Humboldt de Berlin) : Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà
10h00-10h30 : questions/réponses
10h30 – 10h50 : pause
10h50 – 11h20 : Margherita Romengo (UCL) : Genre et accès à la publication imprimée au XVIe siècle
11h20-11h50 : Jasmina Cornut (Univ. de Lausanne) : Femmes d’officiers au service étranger : implications, enjeux et stratégies de l’absence en Suisse romande, XVIIe-XIXe siècles
11h50-12h20 : Sarah Barthélemy (UCL – EHESS) : Quels modèles sociaux pour des études historiques de genre et de religion ?
12h20 – 13h50 : déjeuner 13h50-14h20 : Caroline Muller (Univ. De Reims) : Hommes, masculinité et entrée en religion
14h20-14h50 : Charles Melebeck (UCL) : Scoutisme et patronages : masculinité, tolérance, intolérance dans la pédagogie catholique belge au XXe siècle
14h50-15h20 : Olivier Worré (UCL) : Les commissaires européens. Un regard genré
15h20-15h40 : pause
15h40-16h10 : Ghaliya Djelloul (UCL) : L’ordre moral urbain depuis l’enjeu de la mobilité de femmes résidant en périphérie d’Alger. Religion, politique et patriarcat dans l’Algérie contemporaine
16h10-16h40 : Yannicke de Stexhe (UCL) : Les dynamiques de reconnaissance et d’effacement révélées par et présentes au sein du mouvement social Black Lives Matter
16h40 : mémoires d’histoire UCL en cours (Marie-Eve Carton-Delcourt et Alexia Kruppa)
17h30 : fin des travaux

affiche journée genre et littérature et histoire 2016

CFP – Genre et engagement en temps de guerre, XVIe – XXIe siècles

« Genre et engagement en temps de guerre, XVIe – XXIe siècles » Bibliothèque municipale de Lyon – 24 et 25 novembre 2016

Date de réponse : 15 mai 2016

Longtemps considérée sous un angle strictement militaire et masculin, la guerre est désormais l’objet d’une importante production historiographique en études de genre. Entendu comme un « système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin) », le genre se révèle profondément heuristique pour étudier les périodes de guerre. Il remet ainsi en question des dichotomies longtemps considérées comme allant de soi, telles que les diptyques front et arrière, militaire et civil, ou encore soldat et victime de guerre, qui viennent par ailleurs se surimposer aux dichotomies plus « classiques » de l’histoire des femmes et du genre telles que nature/culture ou public/privé, permettant ainsi de mettre en évidence la diversité des expériences féminines et masculines de la guerre.

En dépassant le masculin neutre pour révéler la multiplicité des figures et des postures, le genre permet de réinterroger la définition, les modalités et les lieux de l’engagement, quel que soit le champ d’action pris en considération (civil ou militaire, religieux ou laïque, politique, syndical, économique, social, associatif, artistique ou intellectuel, etc.). Dans un contexte particulier de « crise » liée à l’état de guerre, le genre de l’engagement se voit en effet souvent naturalisé – il est des rôles d’hommes et des rôles de femmes –, ou à l’inverse remis en question – la guerre créant des espaces de liberté pour les unes ou les autres. « Catégorie utile d’analyse historique », le genre permet également de questionner les rapports de pouvoir qui se jouent dans les formes, les qualifications et la reconnaissance des engagements en temps de guerre.

À la confluence des recherches actuelles sur les lois genrées de la guerre et le genre des mobilisations collectives, ce colloque entend ainsi interroger le genre de l’engagement en temps de guerre dans une visée trans-périodique, pluridisciplinaire et à partir de cas concrets. Il s’agira notamment d’envisager différents types de conflits européens et extra-européens dans une perspective comparatiste, la guerre étant entendue dans son acception la plus large (il sera donc possible d’étudier, entre autres, les mouvements révolutionnaires, nationalistes, les guérillas, ou le terrorisme).

Les propositions de communication pourront s’articuler autour des différents axes thématiques suivants :

1. S’engager en temps de guerre : une transgression des normes de genre ? Définition, modalités et limites

  • Qu’est-ce que l’engagement? Existe-t-il des degrés d’engagement, des conceptions ou perceptions de l’engagement qui diffèrent selon des critères genrés ? Les motivations et/ou justifications de l’engagement sont-elles genrées ? L’engagement constitue-t-il une transgression des assignations identitaires genrées ou au contraire une performance du genre ?
  • Dans un contexte de guerre, quelles formes et modalités d’engagement peut-on voir apparaître ? Les répertoires, modalités et lieux d’actions diffèrent-ils selon le sexe et/ou le genre ?
  • Dans quelle mesure les attentes, les acceptations ou les représentations socio- sexuées pèsent-elles sur les formes de l’engagement en temps de guerre ? Sur la perception de l’engagement comme légitime ou, au contraire, illégitime ? La société donne-t-elle la même valeur aux engagements des hommes et des femmes ?

2. Aux racines de l’engagement en temps de guerre : un apprentissage genré ?

Le genre influence-t-il l’entrée en militantisme ? Les lieux de socialisation et de politisation qui précèdent l’engagement sont-ils genrés ?

  • Quelle est la part du contexte familial et des aspirations personnelles dans l’engagement des hommes et des femmes ?
  • Dans quelle mesure un contexte de guerre peut-il modifier, voire bouleverser, les modes de socialisation et de politisation ?

3. L’après-guerre au prisme du genre et de l’engagement

    • Les ruptures ou transgressions opérées en temps de guerre sont-elles éphémères, à effet retard ou pérennes? Les engagements en temps de guerre peuvent-ils modifier durablement les rapports sociaux de sexe ?
    • Dans quelle mesure le genre a-t-il une influence sur les conséquences biographiques de l’engagement ?
    • Observe-t-on un prolongement des engagements en dehors des contextes de guerre ou, au contraire, les sorties de guerre entraînent-elles un désengagement militant ? Ces processus sont-ils genrés ?

Modalités de soumission des propositions de communication :

Les communications proposées devront s’inscrire dans l’une des trois thématiques exposées ci-dessus. Chaque proposition fera l’objet d’une lecture en double aveugle par le comité scientifique. Les actes du colloque pourront faire l’objet d’une publication.

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 15 mai 2016 à l’adresse suivante : genre.engagement@gmail.com. Elles comprendront un résumé d’une page maximum (comportant un titre provisoire) ainsi qu’une courte biographie incluant vos coordonnées et rattachements institutionnels.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à écrire au comité d’organisation du colloque (genre.engagement@gmail.com).

Comité scientifique : Peggy Bette (ingénieure de recherche à l’université Rennes 2, chercheuse associée au Centre de recherches historiques de l’Ouest), Isabelle Clair (chargée de recherche en sociologie au CNRS, Laboratoire Genre, Travail, Mobilités), Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’IEP de Lyon, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes), Julie Le Gac (post-doctorante, coordinatrice de l’axe genre du Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), Frédérique Matonti (professeure de science politique à l’Université Paris 1, Centre de recherches politiques de la Sorbonne), Silvia Mostaccio (professeure d’histoire à l’Université Catholique de Louvain, directrice du Laboratoire de recherches historiques), Marianne Thivend (maîtresse de conférences en histoire à l’Université Lyon 2, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes), Marion Trevisi (maîtresse de conférences en histoire à l’Université de Picardie Jules Verne, Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits), Anne Verjus (directrice de recherche en science politique au CNRS, laboratoire Triangle), Clémentine Vidal-Naquet (post-doctorante, secrétaire générale du Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), Fabrice Virgili (directeur de recherche en histoire au CNRS, laboratoire Sorbonne – Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), Mercedes Yusta Rodrigo (professeure à l’Université Paris 8, membre de l’Institut universitaire de France), Michelle Zancarini- Fournel (professeure d’histoire émérite à l’Université Lyon 1, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes).

Comité d’organisation : Anne Charmasson-Creus (Bibliothèque municipale de Lyon), Marie Derrien (Université Lyon 2, LARHRA), Fanny Giraudier (Université Lyon 2, LARHRA, Bibliothèque municipale de Lyon), Charlotte Gobin (Université Lyon 2, LARHRA), Anne-Cécile Hyvernat-Duchêne (Bibliothèque municipale de Lyon), Guillaume Morand (Bibliothèque municipale de Lyon), Sylvie Tomolillo (Bibliothèque municipale de Lyon).

Séminaire – Aurélia Pouch – La comédienne au XVIIe siècle : jeux et enjeux d’une profession

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

La comédienne au XVIIe siècle : jeux et enjeux d’une profession

Oratrice : Aurélia Pouch (Paris-Sorbonne)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 8 janvier 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

Publication – Citoyennes des champs

Citoyennes des champs

Les femmes de Beaumont-du-Périgord pendant la Révolution française

Pauline Moszkowski-Ouargli

Comment les femmes des campagnes ont-elles vécu la Révolution française ? Loin de Paris, dans un bourg rural du Périgord, les Beaumontaises prennent la parole, pétitionnent et s’organisent. À partir de fonds conservés aux Archives départementales de la Dordogne, mais également aux Archives nationales, Pauline Moszkowski-Ouargli suit la pénétration de la Révolution française dans les territoires ruraux et comment la pratique de la langue française, la justice ou l’éducation devinrent alors des nouveaux enjeux quotidiens.

Avec le soutien de l’association Mnémosyne.

2015

Format : 17,5 x 25 cm
Nombre de pages : 204 p.
ISBN : 978-2-7535-4144-3
Disponibilité : en librairie
Prix : 18,00 €

CFP – Pratiques sexuelles et pratiques sexuées à l’âge séculier : Religiosité et performance de genre dans la vie intime et affective des (non) croyant-e-s

Pratiques sexuelles et pratiques sexuées à l’âge séculier : Religiosité et performance de genre dans la vie intime et affective des (non) croyant-e-s

Date : Paris, 19 mai 2016
Lieu :
Campus Condorcet – EHESS, EPHE, INED, Paris 8, Université Lyon 2

Dans les dernières décennies, les sciences sociales ont été confrontées à plusieurs transformations importantes du champ du religieux : la pluralisation du paysage religieux et la diffusion de nouvelles formes de spiritualités, la perte de pouvoir régulateur des grandes institutions religieuses, le développement des accommodements individuels, etc. L’observation de ces évolutions a revivifié le débat autour de la notion de « sécularisation » (Berger, 1999 ; Monod, 2002 ; Tschannen, 1992) : plutôt que comme un processus linéaire et inéluctable de disparition du religieux, il serait à penser comme une profonde reconfiguration des modalités du croire (Hervieu-Léger, 1999 ; Rochefort, 2014 ; Willaime, 2004).

Tous les domaines de l’existence sont touchés par ces transformations du religieux qui caractérise « l’âge séculier » (Taylor, 2011). La sexualité des individus – croyant-e-s ou non – constitue un domaine dans lequel les effets de ces mutations apparaissent particulièrement sensibles. En effet, jusqu’à une période récente, la religion (en France, principalement la religion catholique) encadrait strictement la sexualité des fidèles, à partir de rites, d’interdits ou par la mise en place et le respect d’une éthique sexuelle spécifique (Bozon, 1999 ; Flandrin, 1986 ; Maître et Michelat, 2002). De manière indirecte, elle structurait, aussi, celle des non-croyant-e-s, par l’influence du droit, notamment (Feuillet-Liger et Portier, 2012). C’était alors principalement la confession qui assurait ce contrôle de la sexualité, « l’explosion discursive » autour de la sexualité permettant de connaître, surveiller et contrôler les corps et les esprits (Foucault, 1976).

Qu’en est-il aujourd’hui ? Que reste-t-il de cette force régulatrice des comportements intimes que possédaient les religions instituées ? De nombreuses études montrent que les individus construisent leurs rapports à leur foi, aux institutions et aux normes religieuses sur le mode du « bricolage » (Bastide, 1970 ; Hervieu-Léger, 1999 ; Mary, 1993). Loin d’être passifs et passives, les croyant-e-s se réapproprient les normes et injonctions religieuses. Ils et elles possèdent une capacité d’agir (agency) qui leur est propre et qui les conduit à réinterpréter ces normes (Rochefort et Sanna, 2013 ; Sevegrand, 1995).

Ces considérations générales ne s’appliquent cependant pas à l’ensemble des croyant-e-s de façon uniforme : il faut notamment remarquer l’importance des effets de genre (Mathieu, 2013), qui sont particulièrement présents sur les questions sexuelles. Les nombreuses études et enquêtes sur la sexualité montrent bien que malgré un rapprochement certain sur plusieurs points, les pratiques, relations et représentations sexuelles des hommes et celles des femmes diffèrent encore par bien des aspects : que l’on pense par exemple aux violences sexuelles, aux représentations associées à l’homosexualité, à l’articulation entre désir amoureux et rapport sexuel (Bajos et Bozon, 2008 ; Jaspard et Chetcuti, 2007 ; Maître et Michelat, 2002 ; Rault et Hamel, 2014).

Le parti pris de cette journée d’étude est d’interroger l’articulation entre religion(s) et sexualité(s) en partant non pas des normes religieuses, mais des pratiques – religieuses et sexuelles –, qui sont inévitablement sexuées. Ce renversement de perspective constitue, selon nous, une manière de poser un regard nouveau sur ces objets de recherche. Par ailleurs, l’intérêt porté au paradigme de la « sécularisation » conduit à interroger à la fois les pratiques, plus ou moins sécularisées, des croyant-e-s mais aussi à se placer du point de vue des non croyant-e-s. Le choix de ne pas imposer de définition stricte de la (des) religion(s) participe de cette même préoccupation, conduisant à multiplier les approches et à offrir un panorama large de ce qu’est le religieux aujourd’hui. Nous souhaitons croiser de multiples points de vue théoriques, disciplinaires (sociologie, histoire, sciences du religieux, linguistique, etc.) et méthodologiques (entretiens, observations ethnographiques, statistiques, archives historiques,  analyse des discours, etc.). Les trois axes définis ci-après sont présentés à titre indicatif.

AXE I : Catégories, identités et enjeux intersectionnels

Ce premier axe propose deux perspectives différentes de l’articulation entre pratiques sexuelles et appartenance confessionnelle.

La première questionne, dans leurs dimensions épistémologique et méthodologique, les notions de « catégorie(s) » et d’« identité(s) » (religieuses comme sexuelles) et la manière dont leur construction – qu’elle soit le fait du ou de la chercheur-e, de l’individu lui-même ou des groupes d’appartenance – évolue et se modifie. Il s’agit d’interroger leurs frontières, leurs fragilités et leurs remises en cause tout autant que leurs moments de consolidation et de renforcement. En effet, la question des critères de l’appartenance confessionnelle soulève de nombreuses interrogations (Hervieu-Léger, 1993), tout comme la question de l’imputation de croyances – entre autres : est-ce parce que l’on « appartient » (belonging) parce que l’on « croit » (believing) ? Et est-ce parce que l’on pratique que l’on croit ? (Davie, 1990 ; Héran, 1986). La question des appartenances se pose également dans le domaine de la sexualité, notamment concernant l’orientation sexuelle, la manière de la définir (et de se définir) et de l’exprimer (Beltzer et Bajos, 2008). Même quand elle ne se pose pas pour les individus, autrement dit dans le cadre de la sexualité considérée comme « banale » (hétérosexuelle et s’inscrivant dans le cadre d’une relation de couple), cette question de l’appartenance est toujours sous-jacente (Bozon, 2013). Cette réflexion invite également à interroger les enjeux de légitimité scientifique du ou de la chercheur-e : dans les recherches sur le religieux, comment traiter des catégories théologiques ou des discours (normatifs) des représentant-e-s des institutions religieuses ? Pour celles sur la sexualité, comment se positionner face aux savoirs médicaux et aux catégories « médicalisées » ?

Cette première perspective s’articule avec une autre, qui  envisage les différentes appartenances à l’aune de rapports de pouvoir impliquant des hiérarchies entre individus mais aussi entre groupes. Le concept d’ « intersectionnalité » (Crenshaw, 1991 ; Dorlin, 2005 ; Kergoat, 2005) permet non seulement de penser l’imbrication du genre et de la religion, mais aussi de penser comment ces relations s’inscrivent dans un maillage complexe d’appartenances et de rapports de pouvoir liés à la race, à la classe ou à l’âge (Guénif-Souilamas et Macé, 2004 ; Hamel, 2006 ; Mossuz-Lavau, 2002).

AXE II : Religion(s) et sexualité(s) au prisme de la « performance »

Nous souhaiterions également proposer, dans le cadre de cette journée d’étude, une réflexion sur la pertinence du concept de « performance » pour analyser les pratiques genrées et/ou sexuelles des croyant-e-s et non croyants-e-s, mais aussi les modalités de leur religiosité. L’apport théorique de Judith Butler, élaboré dans le cadre d’une réflexion sur les identités de genre, peut en effet s’appliquer de façon particulièrement féconde à la problématique de l’identité confessionnelle et de l’appartenance communautaire. Le concept de « performance » est défini comme le processus par lequel sont construites et reconstruites en permanence ces identités sur le modèle de rôles appris, intériorisés et joués, mais aussi comme le moyen de les subvertir en révélant, par la parodie, les mécanismes sociaux qui amènent les individus à considérer comme évidentes des réalités qui ne le sont nullement (Butler, 1990).

Cette approche permet donc de questionner la manière dont des rôles et identités de genre s’expriment et se (re)construisent dans un contexte religieux – on pense par exemple au cas des servantes d’autel étudié par Céline Béraud (2012) ou encore à l’étude de l’ordination des femmes à la prêtrise dans l’Église d’Angleterre menée par Églantine Jamet-Moreau (2012) –  mais aussi la manière dont des identités religieuses peuvent être « performées » par certaines pratiques sexuées ou sexuelles : incarnation de modèles spécifiques de masculinité ou de féminité, formes de vie conjugale ou célibat, respect de normes encadrant l’exposition du corps et la sexualité (Ben Dridi, 2013 ; Tricou, 2015a). De même que la vie religieuse peut être,  pour les clercs comme pour les laïcs, l’occasion de créer, renforcer ou subvertir des identités de genre, la sexualité et les rôles sociaux de sexe constituent parfois un lieu d’expression, d’affirmation, de revendication (mais aussi, parfois, d’invisibilisation) de sa spiritualité et de son appartenance à une communauté de croyant-e-s.

La réflexion sur la performance est aussi l’occasion de s’interroger sur ce qui, dans le domaine de la vie religieuse comme dans celui de la vie sexuelle au sens le plus large du terme, est montré, « démontré », exposé publiquement – et sur ce qui ne l’est pas. Ce que l’on donne à voir de soi-même par des pratiques performatives (que celles-ci prennent la forme d’actions ou de discours) est toujours une identité mise en scène, qui peut recouvrir et masquer (volontairement ou non) d’autres soi. Ces derniers s’expriment parfois dans des contextes sociaux différents : la notion d’intimité s’impose comme une catégorie centrale pour penser l’intersection entre les pratiques sexuées et sexuelles et la religion. Les distinctions classiques de l’interactionnisme entre la « scène » (frontstage) et les « coulisses » (backstage) et la notion de « distance au rôle » qui peut être adoptée dans certains contextes (Goffman, 1959) trouvent ici une application particulièrement pertinente.

AXE III : Dispositifs d’accommodement: entre pratiques et discours

Nous nous intéresserons dans ce troisième axe aux différents discours et pratiques qui caractérisent les trajectoires  religieuses et sexuelles (Bozon, 2013 ; Combessie et Mayer, 2013). Le champ des pratiques sexuelles a longtemps été perçu comme difficile à saisir : le caractère intime de la sexualité la repoussait hors d’atteinte du regard du ou de la chercheur-e et l’objet même était considéré comme relevant du domaine de la médecine, de la psychologie ou de la sexologie (Bozon, 1999 ; Clair, 2013). Observer la sexualité des individus soulève de nombreuses difficultés et paradoxes : il s’agit d’« observer l’inobservable » (Bozon, 1995) et de « dire sans nommer » (Bozon, 1999). En effet, si on ne peut connaître la sexualité qu’à partir des discours et du langage, celui-ci se révèle souvent être métaphorique ou détourné. Par ailleurs, la foi, et plus généralement les croyances religieuses, ont elles-aussi été perçues comme difficilement analysables et observables avec les outils classiques des sciences sociales. Celles-ci comptabilisaient uniquement les pratiques conformes, comme la fréquentation des cultes (Héran, 1986 ; Poulat, 1956). Ces difficultés n’empêchent pas cependant d’aller étudier le plus intime, comme en attestent de nombreux travaux récents, que l’on pense aux recherches d’Albert Piette sur l’acte de croire (1999), aux travaux de Raewyn Connell sur les masculinités (1995), à l’enquête ethnographique d’Isabelle Clair sur Les jeunes et l’amour dans les cités (Clair, 2008) ou encore aux enquêtes quantitatives sur la sexualité (la dernière datant de 2006 ; voir Bajos et Bozon, 2008). Cependant l’articulation entre les sphères de la croyance et de la sexualité reste largement à penser.

Les systèmes religieux entendent proposer une lecture globale du monde et de la vie quotidienne des croyant-e-s : l’intime devient ainsi un lieu du sacré, particulièrement investi par le religieux après le tournant des années 1960 (Portier, 1997). Les discours des autorités religieuses produisent des cadres, définissent des normes qui visent à induire un certain rapport au corps et aux sexualités. Ces injonctions sont diffusées par le biais de différents supports : des pratiques religieuses spécifiques (par exemple la confession), des discours oraux (prêches et sermons), des textes (littérature religieuse et livres sacrés), mais aussi de manière vulgarisée dans les films, romans et les différents médias à disposition des individus, comme la télévision, la radio, les magazines ou encore Internet (Douyère, 2015 ; Tricou, 2015b). Comment les croyant-e-s s’approprient-ils/elles la parole des autorités religieuses sur la sexualité ? Quel est leur degré de connaissance de celle-ci ? De quelle manière, et dans quelle mesure, se conforment-ils aux normes produites par les autorités religieuses ? Comment les individus non-croyants appréhendent-ils les normes religieuses ? Sont-elles connues et reconnues par eux, et par quels canaux le sont-elles ? Sous quelles modalités sont-elles jugées ?

Le respect des prescriptions des autorités en matière de morale sexuelle peut apparaître comme une forme de distinction spirituelle, voire de « virtuosité » (Hervieu-Léger, 1999). Les discours des autorités peuvent ainsi être relayés, et parfois amplifiés, par les fidèles eux-mêmes. A l’inverse, ceux-ci peuvent choisir de ne pas se conformer aux normes édictées par les autorités – ou choisir de ne s’y conformer que partiellement (Ben Dridi, 2013 ; Sevegrand, 1995). Quelles sont alors leurs logiques de justification ? Quel est le sens de ce qui pourrait apparaître comme la transgression d’une norme sacrée ? Entre accommodement, compromis, bricolage et braconnage, nous nous pencherons sur les libertés prises par les individus et sur les discours qu’ils tiennent (ou ne tiennent pas) à ce sujet.

Le rapport et surtout la distance entre les normes et les pratiques constituent un axe de réflexion classique en sociologie de la sexualité comme en sociologie des religions. Mais les discours peuvent être compris sous un angle différent : non pas les discours de l’institution, mais ceux que les croyant-e-s tiennent eux-mêmes sur leurs propres expériences au sein desquels le discours institutionnel devient un réservoir de sens dans lequel puiser, une ressource mobilisable parmi d’autres. Nous posons alors la question, non du décalage ou de la conformité des pratiques des fidèles aux normes édictées par les appareils religieux, mais de la construction de ce que disent les croyant-e-s eux/elles-mêmes des pratiques sexuelles (les leurs et celles des autres), sans forcément mobiliser explicitement l’argument religieux. La notion de « capacité d’agir » (agency) (Butler, 2008 ; Mahmood, 2005 ; Rochefort et Sanna, 2013) pourra être ici mobilisée, les sujets pouvant agir, ou choisir de ne pas agir, en rapport aux normes auxquels ils font face et dans les limites constitutives de leur subjectivité.

Comité scientifique :

Marion Maudet (porteuse du projet), doctorante EHESS-GSRL/IRIS
Romain Carnac, doctorant EPHE-GSRL / Rennes 1
Caroline Muller, doctorante, Université Lyon 2 / LARHRA
Josselin Tricou, doctorant Paris 8 / LEGS /

Conditions de soumission :

Les propositions peuvent atteindre 3000 signes. Celles-ci sont à accompagner d’une courte présentation biographique et à envoyer au plus tard le 15 janvier 2016 aux adresses suivantes : romain.carnac@gmail.com ; marion.maudet@gmail.com ; josselintricou@gmail.com ; ccarolinemuller@gmail.com.

Si votre proposition s’inscrit dans un des trois axes décrits ci-dessus, merci de le préciser dans la proposition.

Les réponses seront communiquées au plus tard le 15 février 2016.

Colloque – 08-09/10/2015 – Femmes à la cour de France – charges et fonctions (Moyen Âge – XIXe siècle)

Femmes à la cour de France – charges et fonctions (Moyen Âge – XIXe siècle)

Date : 8-9 octobre 2015
Lieu : Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou (Paris IVe, France)

Argumentaire
Ce colloque pluridisciplinaire et transchronologique a pour objet le statut et les fonctions des femmes à la cour de France : les dames des suites d’honneur, les épouses des grands officiers et ministres, les officiers féminins des maisons royales, les marchandes et autres femmes qui ont séjourné de manière régulière ou irrégulière à la cour.

Nous proposons d’étudier l’évolution de leur présence à la cour et les fonctions qu’elles y occupaient ainsi que l’impact de leur présence sur les structures et la vie quotidienne de l’entourage royal. Les engagements des femmes, leurs objectifs, leurs stratégies et leur marge de manœuvre, constituent un autre volet, comme leur rôle dans la gestion des intérêts familiaux et des carrières curiales ainsi que leur mécénat architectural, artistique et culturel. Nous nous interrogeons aussi sur la représentation et l’imaginaire qui s’attachent aux femmes de la cour dans la littérature et l’historiographie.

Inscription

Inscription gratuite obligatoire : http://cour-de-france.fr/article3761.html

Programme

Jeudi 8 octobre 2015

  • 9h : accueil
  • 9h15 : Caroline zum Kolk, IEA de Paris, Cour de France.fr, Introduction

Les maisons féminines de la cour

Présidence : Murielle Gaude-Ferragu, Université Paris 13

  • 9h30 : Aubrée David Chapy, Université Paris-Sorbonne, La « Cour des Dames » d’Anne de France et de Louise de Savoie : émergence d’un nouvel espace de pouvoir
  • 10h00 : Fanny Giraudier, Université Lumière Lyon II, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), Une cour sans reine : parcours et statuts des femmes à la cour de France en l’absence de reine (1589-1600)
  • 10h30 : Charles Eloi-Vial, Université Paris IV, Bibliothèque nationale de France, La Maison de l’impératrice Marie-Louise face au déclin de l’Empire
  • 11h00 : Pause

Femmes et réseaux

Présidence : Kathleen Wilson-Chevalier, American University of Paris

  • 11h30 : Daniela Cereia, Université de Turin, Centro di Ricerca sulle Istituzioni e le Società Medievali (CRISM), Femmes à la cour de Marguerite de Bourbon et Claudine de Brosse, comtesses de Bresse (1471-1497)
  • 12h00 : Antoine Rivault, Université Rennes 2, Fondation Thiers, Le clan de la duchesse d’Étampes : pouvoir et fortune d’une favorite royale à la Renaissance (1525-1575)
  • 12h30 : Brian Sandberg, Northern Illinois University, “Je ne vis jamais cette cour plus plein de tourment” : Noblewomen and Confessional Parties at the French Court during the French Wars of Religion
  • 13h00 : Pause déjeuner
  • 14h30 : Mathilde Pérain, Université d’Angers, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, L’influence des épistolières du comte d’Argenson, ministre de Louis XV, à la cour de France
  • 15h00 : Benoît Carré, Université Charles de Gaulle Lille 3, Femmes, pensions et autres grâces royales à la cour de Versailles au XVIIIe siècle

Maîtresses et favorites

Présidence : Henriette Goldwyn, New York University

  • 15h30 : Pascal Firges, Institut historique allemand Paris, Extra-marital alliances? Concubinage and Power at the French Court in the Seventeenth and Eighteenth Centuries
  • 16h00 : Pause
  • 16h30 : Flavie Leroux, EHESS, Centre de recherches historiques (CRH), Laboratoire de démographie et d’histoire sociale (LaDéHiS), L’intégration des maîtresses royales au « système de la cour » (1661-1691)
  • 17h00 : Véronique Garrigues, FRAMESPA, Les clairs-obscurs de Françoise de Foix, dame de Chateaubriant (1494-1537) : Revisiter l’image d’une favorite royale (XVIe-XIXe s.)
  • 17h30 : Fin

Vendredi 9 octobre 2015

  • 9h15 : Accueil

Les femmes et les Arts

Présidence : Sheila Folliot, George Mason University, Medici Archive Project

  • 9h30 : Diane Brochier, Université François Rabelais de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Les dames d’Azay-le-Rideau et de Chenonceau (1513-1560)
  • 10h00 : Elizabeth L’Estrange, University of Birmingham, Anne de Graville (v. 1490-1540) : une écrivaine et bibliophile à la cour de la reine Claude
  • 10h30 : Kathleen Wilson-Chevalier, American University of Paris, Dames de compagnie et la mise en scène du pouvoir au tournant du XVIe siècle
  • 11h00 : Pause
  • 11h30 : Pauline Ferrier, Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier, Habiter Versailles : réflexion sur le logement des femmes des ministres au temps de Louis XIV
  • 12h00 : Youri Carbonnier, Université d’Artois, Centre de Recherche et d’Études ‘Histoire et sociétés’ (CREHS), Les Demoiselles de la Musique du roi (1661-1792)
  • 12h30 : David Hennebelle, Université d’Artois, Centre de Recherche et d’Études ‘Histoire et sociétés’ (CREHS), « Devenez Lulliste, Ramiste ou Vacarmiste ». Marie-Antoinette et la musicomanie féminine à la cour de France
  • 13h00 : Pause déjeuner

Charges et fonctions

Présidence : Fanny Cosandey, EHESS, CRH-LaDéHiS

  • 14h30: Sharon Farmer, University of California, The Life and Times of an Early Fourteenth-Century Royal Furnisher: Jeanne la Fouacière, Merchant of Fine Linens
  • 15h00 : Elisabeth Narkin, Duke University, Les charges et le personnel féminin de la cour des enfants (XVe – XVIIe siècle)
  • 15h30 : Oliver Mallick, chercheur indépendant, « Le principal passage pour aller à la ville de Dom Anna ». Mme de Beauvais et la charge de la première femme de chambre (1646-1666)
  • 16h00 : Pause
  • 16h30 : Pascale Mormiche, Université de Cergy-Pontoise, Les nourrices des Enfants de France (XVIIe-XVIIIe siècle)
  • 17h00 : Kathleen Wilson-Chevalier : Conclusion

Discussion finale