Archives par mot-clé : histoire de l’art

Candidature Post-doctorat – Republics on the Stage of Kings. Representing Republican State Power in the Europe of Absolute Monarchies (late 16th – early 18th century)

Trois positions de post-doctorat dans le cadre de l’ERC dirigé par Prof. Alessandro Metlica à Padoue

Titre du projet ERC: Republics on the Stage of Kings. Representing Republican State Power in the Europe of Absolute Monarchies (late 16th – early 18th century)

Trois postes à pourvoir pour les cas suivants:

Date limite de l’appel: 9 mai 2018 (13.00)

Lieu: Padoue, Università degli Studi di Padova, Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari

Appels sur le site de l’Université de Padoue

Colloque – Nouveaux regards sur les saisies patrimoniales en Europe à l’époque de la Révolution française

Séminaire d’histoire de l’art de l’IRPA n° 19.

Titre: Nouveaux regards sur les saisies patrimoniales en Europe à l’époque de la Révolution française

Dates : 30-31 mai 2018.

Lieu : Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA-KIK)

Programme

Inscriptions

Argument:

Régulièrement réapparaît çà et là une remise en question des notions de sécularisation et de décontextualisation des œuvres d’art qui ont présidé à la création, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, des musées modernes. Cette remise en cause conduit à considérer, dans la foulée de Quatremère de Quincy, que l’œuvre d’art ne peut être appréciée que dans son contexte d’origine. D’où le risque de vouloir réécrire notre passé en reconsidérant les transferts patrimoniaux qui ont, de tous temps, jalonné l’histoire.

Le cas sans doute le plus révélateur est celui des saisies révolutionnaires à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle, époque cruciale pour l’éveil de la conscience patrimoniale. Aujourd’hui encore, les passions restent vives en certaines contrées jadis dépouillées de nombreux chefs-d’œuvre. Diverses voix se font par exemple entendre en Belgique pour dénoncer les exactions opérées par les troupes françaises et pour réclamer le retour d’œuvres emportées en 1794-1795. Cette réapparition de revendications faisant fi du principe de non-rétroactivité se situe dans la lignée de la rétrocession de biens artistiques aux familles juives spoliées par les nazis autant que des recommandations de l’UNESCO en faveur de la restitution d’objets culturels enlevés par les anciennes puissances coloniales.

Poser la question de ces transferts de patrimoine à la fin du XVIIIe siècle sous le seul angle des spoliations apparaît toutefois réducteur, car ce serait oublier combien l’appropriation des œuvres culturelles par la nation française procédait alors d’une ambition universelle de libération et de promotion de l’art aux fins d’éducation pour tous les citoyens. Cette ambition démocratique s’est construite sur la notion émergente de patrimoine relevant de l’appropriation collective.

Dans la foulée de l’inventaire scientifique que dresse l’IRPA des peintures et des sculptures spoliées par les révolutionnaires français dans les Pays-Bas autrichiens et la principauté épiscopale de Liège, un colloque de deux jours est organisé par la même institution pour réévaluer de la manière la plus large les circonstances historiques, politiques et artistiques de ces prélèvements révolutionnaires à travers l’Europe, ainsi que leurs antécédents et répercussions immédiats. La thématique est élargie à l’ensemble du patrimoine culturel concerné, et non pas seulement aux œuvres d’art.

Comité scientifique

Arnout Balis, ere-professor aan de Vrije Universiteit Brussel en voorzitter van het Centrum Rubenianum Antwerpen

Christina Ceulemans, ere-algemeen directeur van het KIK-IRPA

Hilde De Clercq, algemeen directeur a.i. van het KIK-IRPA

Bruno Demoulin, professeur à l’Université de Liège (Groupe d’étude du XVIIIe siècle et des révolutions de l’ULg) et président du Conseil scientifique des Archives générales du Royaume

Hans Feys, adviseur van de Afdeling Cultureel Erfgoed van de Vlaamse Gemeenschap

André Gob, professeur honoraire de muséologie à l’Université de Liège et président du Conseil des musées de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Pierre-Yves Kairis, chef de département a.i. à l’IRPA-KIK

Christophe Loir, professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles

Jacques Lust, diensthoofd  externe communicatie van het Federaal Wetenschapsbeleid

Gaëtane Maës, maître de conférences HDR en histoire de l’art à l’Université de Lille 3

Caroline Marchant, attachée à la Direction du Patrimoine culturel de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Bart Suys, raadgever Wetenschapsbeleid, kabinet staatssecretaris Zuhal Demir

Joost Vander Auwera, conservator/werkleider-geaggregeerde aan het Departement Oude Kunst van de Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België

Robert Van de Walle, hoofd van de juridische dienst van het Federaal Wetenschapsbeleid

Beatrijs Wolters van der Wey, wetenschappelijk medewerker bij het KIK-IRPA

Conférences – Docteur.e.s Honoris Causa de l’Institut INCAL (UCL)

Activités scientifiques précédant la cérémonie décernant les insignes de Docteur.e.s Honoris Causa de l’Institut des Civilisations, Arts et Lettres de l’Université catholique de Louvain aux Professeur.e.s Arlette Farge et Yves Citton

Date: 2-3 mai 2018

Lieu: Louvain-la-Neuve, Sénat académique / Salle du Conseil FIAL / Auditoires Socrate

Programme détaillé

Argument:

L’Institut des Civilisations, Arts et Lettres (INCAL) rassemble des chercheurs dans le domaine de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, des littératures classiques, médiévales, modernes et contemporaines. L’institut compte près de 300 chercheurs, tout statut confondu. Après une période de formation et de construction, l’institut a bâti sa cohérence en assumant et en valorisant sa diversité – diversité de méthodes, de corpus, de pratiques : un « unidivers » suivant le mot d’un écrivain français du 17e siècle.

Pour explorer et présenter cette « unidivers », le bureau de l’Institut a donc choisi d’honorer deux personnalités marquantes en leur décernant le titre de Docteur·e Honoris Causa Arlette Farge et Yves Citton. Cette cérémonie aura lieu le 3 mai 2018. La préférence a été accordée à des personnalités dont la démarche de recherche et l’engagement sont emblématiques des pratiques de la plupart des chercheurs·ses de l’Institut, des personnalités qui croisent les savoirs et réfléchissent sur la longue durée, par-delà les frontières disciplinaires et méthodologiques.

Les interrogations que portent Arlette Farge et Yves Citton, chacun à sa manière, à la fois sur leur démarche, sur leur engagement de chercheur·se et sur la pertinence de cette recherche en « humanities » dans nos sociétés contemporaines rencontrent celles qui sont soulevées de manière récurrente dans l’Institut et auxquelles sont confronté·es régulièrement notamment les jeunes chercheurs·ses. Leur ouverture au partage promet des échanges riches où chacun·e pourra trouver inspiration et encouragement.

Inscription aux activités

Conférence – La peinture française en Belgique. Sur la spécificité du foyer classicisant liégeois au XVIIe siècle

Conférence présentée par Pierre-Yves Kairis, organisée par Koregos.

Titre: « La peinture française en Belgique ». Sur la spécificité du foyer classicisant liégeois au XVIIesiècle.

Date: 26 mars 2018

Lieu: Bruxelles, Académie royale de Belgique, Palais des Académies

Argument et programme:

Traditionnellement, les peintres liégeois du XVIIe siècle sont rattachés à l’école dite flamande. Or, sous l’Ancien Régime, la Cité de Liège était la capitale d’une principauté épiscopale relevant de l’Empire et donc indépendante des Pays-Bas. Sur le plan artistique, cette principauté fut aussi souvent en marge des « pays belgiques ». Les peintres liégeois ont ainsi montré une large autonomie par rapport aux conceptions baroques rubéniennes qui dominaient alors dans nos régions.

Bertholet Flémal (1614-1675) fut sans conteste le parangon de ce foyer si original. Il domina la scène artistique liégeoise pendant le troisième quart du XVIIe siècle, véritable âge d’or de la peinture à Liège. Formé à Rome, dans le sillage de Nicolas Poussin, il séjourna à plusieurs reprises à Paris, où il travailla notamment pour la décoration de la salle du trône de Louis XIV aux Tuileries. Quatre ans à peine après sa mort, Joachim von Sandrart le qualifia de « Raphaël des Pays-Bas ».

Docteur en histoire de l’art de l’Université de Liège, maître de conférences invité au Collège de France, chef de département à l’IRPA, Pierre-Yves Kairis est également l’auteur d’un ouvrage consacré à Bertholet Flemal, ouvrage dont l’étendue et la qualité furent primées par l’Académie française.

Programme

18 h 00
Accueil

18 h 15
Mot d’accueil par Monsieur Marc Seminckx, Président du Conseil d’administration de Koregos

18 h 30
Conférence « La peinture française en Belgique ». Sur la spécificité du foyer classicisant liégeois au XVIIe siècle par Monsieur Pierre-Yves Kairis

Le lundi 26 mars à 18 h à l’Académie royale de Belgique, rue Ducale, 1 – 1000 Bruxelles

Entrée gratuite. Inscription souhaitée avant le vendredi 23 mars à l’adresse : info@koregos.org

Conférence – Analyse de l’œuvre graphique de Pieter Bruegel l’Ancien

Conférence de Joris Van Grieken (KBR, conservateur du Cabinet des Estampes), organisée dans le cadre des « Déjeuners de la recherche » de la Bibliothèque royale de Belgique

Titre: Bruegel mis à nu. Analyse de l’œuvre graphique de Pieter Bruegel l’Ancien

Date: 30 mars 2018 (13.00-14.00)

Lieu: Bruxelles, Bibliothèque royale, Park Room (2e étage)

Présentation:

Joris Van Grieken, conservateur du Cabinet des Estampes, commente les premiers résultats du projet FINGERPRINT.

Pour ce projet, une équipe de scientifiques soumet l’œuvre graphique de Bruegel à une analyse minutieuse. Ils utilisent des méthodes empruntées à l’étude scientifique des œuvres d’art, à l’imagerie numérique et au traitement des images. La restauration fait aussi partie de ce projet. Un must pour tous les fans de Bruegel.

Conférence en néerlandais.

 

Colloque – Quid est secretum?: On the Visual Representation of Mystery and Secrecy in Early Modern Europe, 1500-1700

2018 Lovis Corinth Colloquium VIII  – Colloque international coorganisé par Walter Melion (Emory University), Agnès Guiderdoni (UCL) et Ralph Dekoninck (UCL)

Titre: ‘Quid est secretum?: On the Visual Representation of Mystery and Secrecy in Early Modern Europe, 1500-1700’

Date : 29-31 mars

Lieu: Etats-Unis, Atlanta, Emory University, Art History Department

Programme détaillé

Publication – Art et Patrimoine en Wallonie des origines à 1789

Philippe George, Art et Patrimoine en Wallonie des
origines à 1789. Essai de synthèse à la lumière des
collections américaines et européennes (Dossiers, 23),
Namur, IPW, 2017.

Date de publication: 2017

Argument:

L’objectif de cet ouvrage est de tenter une histoire de l’art en Wallonie de la Préhistoire à 1789 par l’approche des œuvres « wallonnes » conservées dans les collections américaines, mais aussi européennes, et de les associer aux œuvres-phares de Wallonie, en adéquation avec le patrimoine immobilier, cadre originel de leur création. Richement illustré notamment grâce à de nombreux clichés inédits provenant des grandes institutions américaines et européennes, cet essai de synthèse est une véritable invitation à la découverte d’une production artistique diverse et majeure qui a fait les beaux jours de l’Art occidental.

Conférence – Le riche cabinet de Madame : les collections artistiques de Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint

Conférence de Gilles Docquier, Conservateur au Musée royal de Mariemont, organisée à la Maison d’Érasme.

Titre: Le riche cabinet de Madame : les collections artistiques de Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint

Date: 21 mars 2018 (19h)

Lieu: Bruxelles, Maison d’Erasme

Argument:

Marguerite d’Autriche (1480-1530), gouvernante générale des Pays-Bas, rassembla une impressionnante collection de curiosités et d’œuvres d’art. C’est dans cet environnement stimulant et fécond que grandit le futur Charles Quint.

Entrée gratuite sur réservation : en ligne ou au 02 521 13 83.

Plus d’informations

Conférence – Combattre, célébrer, informer : histoire et usages du placard politique illustré au XVIe siècle

Conférence d’Estelle Leutrat (Université de Rennes 2) organisée dans le cadre du cycle de conférences 2017-2018 de Transitions

Titre: Combattre, célébrer, informer : histoire et usages du placard politique illustré au XVIe siècle

Date: 20 mars 2018 (18h)

Lieu: Liège, Université de Liège, Grand Physique (Bât. A1)

Congrès annuel de la Renaissance Society of America

Congrès annuel de la Renaissance Society of America

Date: 22-24 mars 2018

Lieu: Etats-Unis, Nouvelle-Orléans

3 sessions organisées par le GEMCA :

  • « Exploring Early Modern Sacerdotal Masculinities: Towards a Religious History of Gender » (session organisée par Silvia Mostaccio et Jean-Pascal Gay, avec Fernanda Alfieri, Silvia Mostaccio et Jean-Pascal Gay).
  •  « The Invention of Opera. Metric, Theory, and Performance » (session organisée par Luca Zuliani et Alessandro Metlica, avec Alessandro Metlica, Enrico Zucchi et Tobia Zanon).
  •  « Quid est secretum?: On the Visual Representation of Mystery and Secrecy » (session organisée par James Clifton et Walter Melion, avec Lee Palmer Wandel, Walter Melion et Celeste A. Brusati)

Exposition – Spanish Still Life

Titre: Spanish Still Life. Velazquez, Goya, Picasso, Miro,…

Dates: 23 février – 27 mai 2018

Lieu: Bruxelles, Bozar/Palais des Beaux-Arts

Présentation:

Les natures mortes dans la peinture : un exercice d’imitation pour peintres manquant d’ambition ? Plus depuis que les artistes avant-gardistes se sont intéressés au genre pour introduire des changements radicaux dans le domaine de la peinture. Cette rétrospective dresse, pour la première fois, le portrait de quatre siècles de natures mortes et vous propose de découvrir les plus belles pièces : des premiers bodegónes du XVIIe siècle aux expérimentations formelles de Picasso, Dalí, Miró ou autres oeuvres plus récentes d’artistes espagnols en passant par les interprétations personnelles de Velázquez et de Goya.

CFP – Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du XIVe au XVIIe siècle

Appel à contributions pour le colloque international  « Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du XIVe au XVIIe siècle » organisé par Mathilde Bert (UCL) et Laure Fragnart (ULg).

Date de l’événement: 28 et 29 septembre 2018

Date limite de l’appel à contribution: 1er mars 2018

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Résumé: Appel détaillé

Le colloque se propose d’interroger la notion d’émulation dans la pratique artistique au premier âge moderne, en faisant dialoguer les œuvres avec la théorie et l’historiographie de l’art. La manifestation sera organisée par Transitions (Université de Liège) et le GEMCA (Université catholique de Louvain). Les propositions de communication devront parvenir par courrier électronique à Mathilde Bert (mathildebert@gmail.com) et à Laure Fagnart (laure.fagnart@uliege.be) pour le 1er mars 2018.

 

Publication – Sculpture gothique aux confins du royaume de France. Les portails du XIIIe siècle de Thérouanne et de Saint-Omer

Benoît VAN DEN BOSSCHE et Ludovic NYS (dir.), Sculpture gothique aux confins du royaume de France. Les portails du XIIIe siècle de Thérouanne et de Saint-Omer, Lille, Université de Lille – Sciences humaines et sociales (Revue du Nord, hors série, coll. « Art et Archéologie », 25), 2017.

avec des contributions des membres de Transitions : Emmanuel JOLY, Marie LEKANE et Benoît VAN DEN BOSSCHE

ISBN: 

Date de publication: 2017

Résumé: 

En 1239 était rapportée processionnellement à Paris par saint Louis et son jeune frère Robert, mis en possession depuis peu du comté d’Artois, la sainte relique de la Couronne d’épines complète. Cet
événement majeur fut sans doute à l’origine du chantier du portail sud de la cathédrale de Thérouanne, démantelé en 1553 mais dont plusieurs éléments sculptés de grande qualité sont aujourd’hui
conservés à Saint-Omer, à Londres et aux États-Unis. Le célèbre Grand Dieu de Saint-Omer qui se trouvait sur le sommet de son couronnement, quoi qu’il en soit, est bel et bien le premier
exemple attesté d’un Christ du Jugement portant ladite Couronne. Ce chantier suscita lui-même une autre entreprise comparable vers 1250-1270 en l’espèce du portail sud de la collégiale audomaroise.
Les deux ensembles offrent un témoignage d’autant plus remarquable de la grande sculpture monumentale du XIIIe siècle qu’ils se situent à la pointe la plus septentrionale de l’aire de rayonnement de l’art gothique français à l’époque des Capétiens.

Sommaire