Archives par mot-clé : journée d’étude

CFP – L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)

Journées d’études le Jeudi 15 juin et le vendredi 16 juin 2023  à la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS –  Espace Baïetto) à Lille

Ces deux journées d’étude intitulées L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600) s’inscrivent dans le cadre d’un ERC Advanced Grant AGRELITA Project (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities, 2021-2026) sous la direction de Catherine Gaullier-Bougassas. 

Argumentaire 

En 1176, Chrétien de Troyes exprime l’idée d’un héritage dont le berceau serait la Grèce, origine de la « chevalerie » et de la « clergie », dans le célèbre prologue du Cligès : « Ce nos ont nostre livre apris / qu’an Grece ot de chevalerie / le premier los et de clergie » (v. 28-30). Le but d’un tel discours est de s’appuyer sur des origines pour créer une continuité à travers le recours à la translatio imperii et studii, et ainsi légitimer et célébrer le pouvoir et le savoir contemporain à la lumière d’un passé grec. Mais Chrétien de Troyes ne donne pas de contenu précis à ces origines grecques. De nombreux auteurs de l’Europe pré-moderne s’attellent ensuite à leur représentation : ils s’approprient et/ou inventent des origines grecques, puisque ces dernières peuvent renvoyer à des données héritées et souvent réinterprétées, ou bien être fantasmées. En effet, entre 1100 et 1600, dans les lettres et les arts, le passé grec a permis de créer différents types d’origines. Un exemple est celui de la figure d’Hercule exploitée à travers une grande partie de l’Europe occidentale, dans les images comme dans les textes, pour diverses visées politiques, nationales et dynastiques, sociales et culturelles. Comme l’a souligné Claude-Gilbert Dubois dans l’introduction de son ouvrage, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental (Bordeaux, 2009), se tisse un réseau référentiel autour du triangle formé par le territoire, le personnage et la communauté qui recourent à une origine grecque. Des études sur les origines gentium dans le Haut Moyen Âge, notamment celles de Alheydis Plassman, Origo gentis. Identitäts- und Legitimitätsstiftung in früh- und hochmittelalterlichen Herkunftserzählungen (Berlin, 2006) et de Magali Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850) (Paris, 2007), ont porté sur les liens entre écriture de récits d’origines et création de sentiments d’appartenance à une communauté.
Si les origines grecques contribuent souvent à une justification politique, elles peuvent aussi poursuivre d’autres desseins, particulièrement dans les récits et les images d’invention ou d’instauration d’une donnée culturelle, artistique, scientifique ou sociale, d’une institution politique,
juridique ou intellectuelle. Pour donner quelques exemples, pensons à l’origine des arts libéraux, de la peinture, de la fable, des universités, des académies… Des liens étroits existent ainsi entre origine(s) et héritage, et invitent à interroger la notion d’origine / d’origines en la distinguant de
celle, plus générale, d’héritage, et en étudiant les sens qu’elle recouvre pour les auteurs et les artistes de l’Europe pré-moderne.

Ces journées d’études envisagent ainsi d’explorer les emplois, les fonctions et les finalités des discours sur les origines grecques et la polysémie de ce concept entre 1100 à 1600, dans les cultures textuelles, visuelles et matérielles européennes, autour des questions suivantes : comment la notion d’origine /d’origines est-elle alors pensée par les auteurs et les artistes ? Qu’est-ce qui à la fois l’unit et la distingue de l’héritage ? Pourquoi les Grecs ? Quelle(s) Grèce(s) sont pensées comme des origines ?  De qui et de quoi sont ces origines ? Quelles modalités de représentation et quels processus d’appropriation apparaissent ? Dans quels buts et pour quels publics ?

Thématiques

Afin de cerner ces enjeux, les propositions pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

  • Formations identitaires et légitimation de formes de gouvernement et d’institution : mythes d’origines de peuples, de villes, de communautés, de dynasties, d’organismes politiques, judiciaires,
    intellectuels, professionnels
  • Les origines grecques dans les inventions artistiques, scientifiques et techniques, les origines des langues et étymologies grecques, les origines grecques de formes et de genres littéraires,
  • La translatio imperii et la translatio studii, leur mise en scène et leurs interactions
  • Les représentations visuelles des origines, leurs commanditaires et leurs destinataires : peintures, sculptures, tapisseries, arts décoratifs, illustrations des manuscrits et imprimés, arts éphémères (tournois, fêtes, théâtre, processions, entrées royales et impériales…), héraldique,
  • Les relations et les oppositions entre processus de création ou récréation et actes archéologiques, à partir de témoignages matériels, traces écrites, inventions, imitations, « faux ».

Intéressé(e)? 

Les propositions sont à adresser (titre et dix lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 1 er juin 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas à l’adresse suivante : catherine.bougassas@univ-lille.fr Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité ». Les articles seront à rendre pour le 30 septembre 2023.

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

 

 

 

Journée d’étude – Sculptures anciennes : regards croisés sur les méthodes d’analyse

À l’occasion de l’exposition “Formes du salut”, le Musée L, en partenariat avec l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), organise une journée d’étude consacrée aux différentes méthodes d’analyse dans l’approche de la statuaire religieuse ancienne.

Date : 17 mars 2022 (de 9h00 à 17h30)

Lieu : Musée L de Louvain-la-Neuve

Inscription :  publics@museel.be
 
Argumentaire
 

Avant d’être appréciées pour leur valeur esthétique ou historique et figées sur des socles muséaux, les sculptures en bois polychromé présentées dans l’exposition Formes du salut ont été des objets de dévotion. Pour remplir cette fonction, elles furent, pendant plusieurs siècles, réparées, parfois fortement remaniées, ou encore repeintes pour être remises au goût du jour. De l’arbre dans lequel elles ont été taillées aux pigments utilisés pour les polychromer, elles portent en elles les souvenirs de l’usage des matériaux et de l’évolution des techniques depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours.

Ces caractéristiques particulières expliquent la complexité des méthodes d’analyse dont ces témoins ancestraux font l’objet aujourd’hui: comparaisons morphologiques, datations dendrochronologiques, recherches en archives, études techniques, investigations physico-chimiques, analyses iconographiques, contextuelles, etc.

Sous les regards des chercheurs de différentes disciplines, ces traces prennent sens et fournissent une grande richesse d’informations. Elles permettent de documenter les différents usages de ces statues ou encore de nous éclairer sur la production d’artistes restés anonymes.

En réunissant des experts autour de cette thématique, cette journée sera l’occasion d’envisager la très grande variété des approches méthodologiques. Au-delà de l’aspect didactique fondé sur des études de cas, cette rencontre permettra également de faire le point sur les limites de ces méthodes d’analyse et sur leurs perspectives d’avenir. Cette journée s’adresse à un public élargi: experts, étudiants, amateurs et curieux

Programme complet

9h : accueil, café
9h45 – Discours introductifs
  • Anne Querinjean, Directrice
  • Geert Van Oyen, Doyen de la TECO
  • Bruno Delvaux, Président de la Fondation Sedes Sapientiae

Chairwoman : Géraldine Patigny, IRPA – Recherche en Histoire de l’Art et Inventaire

  • 10h15 : Jordi Camps i Sòria, Museu Nacional d’Art de Catalunya – Conservador en cap Àrea de Medieval : Méthodes d’étude et de classification de la sculpture romane sur bois en Catalogne. L’exemple des crucifix et des Descentes de croix.
  • 10h35 : Marjan Debaene, M Leuven – Hoofd Collecties & Coordinator ARDS The platform for medieval sculpture (EN) : Researching medieval sculpture : the case of Leuven Late Gothic sculpture
  • 10h55 : séance de questions pour les 2 orateurs

11h20 : pause-café

Chairwoman : Marianne Decroly, ENSAV-La Cambre – Enseignante en conservation-restauration de la sculpture

  • 11h40 : Claire Dumortier, Musée Art & Histoire – Conservateur honoraire : Approche critique des documents d’archives pour la connaissance des sculptures en bois sculpté brabançonnes des XVe et XVIe siècles.
  • 12h00 : Michel Lefftz, UNamur : L’analyse morphologique de la sculpture : des clefs pour regarder et pour attribuer.

12h20 : séance de questions pour les 2 orateurs

12h40-13h40 – Lunch

13h40-14h35 – Visite guidée de l’exposition

Chairman : Benoit Van den Bossche, ULiège – Unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité

  • 14h40 : Emmanuelle Mercier, IRPA – Responsable atelier des sculptures en bois polychromé : De la hache au pinceau : l’apport de l’étude technique des sculptures en bois polychromé
  • 15h00 : Pascale Fraiture, IRPA – Responsable du laboratoire de dendrochronologie, et Christophe Maggi, IRPA – collaborateur scientifique, laboratoire de dendrochronologie :  « Décod-âge » du bois des sculptures : la dendrochronologie

15h20 : séance de questions

15h40 : pause-café

Chairman : Ralph Dekoninck, UCLouvain – directeur du Centre d’Analyse Culturelle de la première modernité (GEMCA)

  • 16h00 : Ruben Suykerbuyk, Museum Boijmans Van Beuningen de Rotterdam – Conservateur Art ancien (EN) : La vie d’un objet de culte : le cas du Saint Léonard à Zoutleeuw (c. 1350-1620)
  • 16h20 : Delphine Steyaert, ULB – Centre de recherches Histoire, Arts et Culture des Sociétés anciennes, médiévales et modernes : Vierges à l’Enfant médiévales restaurées par les Bressers-Blanchaert: entre réfections à l’identique et inventions, méthodes de travail et motivations religieuses
  • 16h40 : Corinne Van Hauwemeiren, CONSERVART – Dr. Histoire de l’art – Conservateur-restaurateur de sculpture en bois polychromé : De la méthode ? Pour quoi faire ? Le cas particulier du corpus nord-catalan des Vierges romanes et gothiques

17h00 : séance de questions

17h30 : Fin

 

LES ANIMAUX COMME MATRICES MNÉMOTECHNIQUES ET EXÉGÉTIQUES DE L’ANTIQUITÉ AU XVIE SIÈCLE

La seconde journée d’étude “Les animaux comme matrices mnémotechniques et exégétiques de l’Antiquité au XVIe siècle”, se déroulera les 15 et 16 décembre prochains à l’Université Catholique de Louvain avec Raphaël Demès (ULille), Angélique Ferrand (UNantes) et Antoine Paris (UBordeaux). La journée d’étude comme la conférence plénière de Raphaël Demès auront lieu au format hybride, en présentiel et en distanciel.  

Celles et ceux qui souhaitent participer en distanciel pourront recevoir le lien de connexion, au plus tard la veille de l’événement, en s’inscrivant sur les formulaires suivants : 

Argumentaire

Les deux journées d’étude s’intéresseront aux modalités selon lesquelles les animaux, par leur corporéité, leur variété ou encore leur capacité de transformation, pris dans leur globalité ou décomposés en fonction de leurs parties, ont pu servir de matrices mnémotechniques et exégétiques à des fins didactiques, spirituelles, parénétiques, axiologiques, épistémiques ou encore généalogiques. D’une part, en effet, les corps des animaux fournissent à qui veut se souvenir une structure solide et fiable pour localiser mentalement des idées sous la forme de textes et d’images, puis, selon le principe de l’art de la mémoire formulé dè l’Antiquité, les retrouver dans l’ordre dans lequel il les a mémorisées. D’autre part, et à l’appui de l’art de la mémoire, les corps des animaux disposent d’une efficacité symbolique et sociale considérables, qui en font des outils utiles aux exégètes pour examiner en profondeur des objets textuels et/ou visuels à des fins épistémiques ou spirituelles.

L’objectif de ces journées sera de proposer des réflexions d’ordre général, d’examiner des études de cas et de s’interroger sur l’évolution de la manière dont les corps des animaux constituent des matrices mnémotechniques et/ou exégétiques, capables de produire ou de mettre au jour des réseaux de sens dans des textes, des images et/ou des iconotextes. Dans la prédication médiévale, il est fréquent, par exemple, que l’introduction d’un discours soit associée à la tête de l’animal, chaque partie de son développement à une ou plusieurs de ses pattes, et sa conclusion, à sa queue. De même, les nageoires, les ailes, les cornes, les bois ou encore la langue de certains animaux, mais aussi les vermines, les créatures aux extrémités serpentines, les gueules léonines et les animaux d’inspiration mythologique sont autant de modèles susceptibles de constituer des lieux et/ou des images de mémoire, comme dans le cas de figures animales associées à des constellations à des fins mnémotechniques dès l’Antiquité grecque. Les extrémités du corps de l’animal, ses particularités, mais aussi son hybridité constituent ainsi des réservoirs inépuisables d’astuces, de modèles, de symboles utiles aux mnémotechniciens et aux exégètes.

Informations

Journée d’étude – Journée d’étude en hommage à Jean-François Gilmont. Une brève histoire de la censure

Le groupe de contact « Documents rares et précieux » organise une journée d’étude en hommage à Jean-François Gilmont. Elle aura lieu le 24 novembre de 9h à 12h à la Bibliothèque royale de Belgique/KBR (Salle Panorama, 6ème étage – Entrée Gutenberg). Les thématiques des présentations s’axent autour de la “censure”.

Programme
09:00 — Accueil et introduction
09:10 — Alexandre Vanautgaerden (Warwick University), « Les trois vies de Jean-François Gilmont »
09:30 — Renaud Adam (Arenberg Auctions), « La censure au XVIe siècle dans les anciens Pays-Bas »
10:00 — Michel Fincoeur (Bibliothèque royale de Belgique/KBR), « La censure pendant l’occupation »
10:45 — Pause café
11:15 — Présentation des recherches du groupe de contact FNRS « Documents rares et précieux »
12:00 — Fin de séance

Entrée gratuite. Nombre de places limité à 50. Réservation obligatoire pour le 19 novembre à l’adresse aleuna.macarenko@uliege.be

Rencontre organisée par le Groupe de contact FNRS Documents rares et précieux, dans le cadre du cycle de conférences en hommage à Jean-François Gilmont. En collaboration avec : Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan (resp. Edoardo Barbieri et Luca Rivali) ; Académie royale de Belgique (resp. Alexandre Vanautgaerden) ; CESR de Tours (resp. Chaiara Lastraioli et Alexandre Vanautgaerden) ; et la Bibliothèque royale de Belgique/KBR. 

Informations

Journée d’étude annuelle du GEMCA – L’indéterminé

Affiche

La journée d’étude annuelle du GEMCA portera sur le thème de l’indéterminé. Elle aura lieu en ligne le 20 janvier 2021, de 9h15 à 16h30. L’inscription est obligatoire avant le 19 janvier (14h) via ce lien.

Programme

9h15-9h45 : Agnès GuiderdoniIntroduction

9h45-10h30 : Hélène LeblancLes modes du vague. Analogue, équivoque, impropre, quasi : que nous apprennent les scolastiques ?

10h30-10h45 Pause

10h45-11h30 : Maud HagelsteinPoétique de l’histoire et écriture au neutre. Blanchot, Michelet, Michon.

11h30-12h15 : Carl HavelangePoétique et méthode de l’indétermination. A propos d’une chronique ouvrière au XIXe siècle [sujet à confirmer]

12h15-14h Pause

14h-14h45 : Jean-Pascal GayLes théologiens catholiques de l’âge classique et l’indétermination. Entre règne de l’opinion et resserrement de l’espace du doute : les contradictions de l’herméneutique confessionnelle.

14h45-15h30 : Silvia MostaccioL’indéterminé qui rassure : hermaphrodisme et dévotions au cœur de la violence baroque.

15h30-16h15 : Laura MarinDe quoi le visuel est-il le nom chez Georges Didi-Huberman ?

16h30 Fin des travaux

Journée d’étude – Step by Step : Visualizing and Asserting Power in Netherlandish Joyous Entries

A study day about the Joyous Entries of the (Spanish) Netherlands and current interdisciplinary research, held at Antwerp’s Rubenianum (Kolveniersstraat 20).

On 17th April 2020, the 385th anniversary of the Joyous Entry of Cardinal-Infant Ferdinand of Spain into Antwerp, which had taken place on this day in 1635, the study day will focus on these ephemeral, spectacular, and artistically ingenious events – which in 1635 had been designed by Peter Paul Rubens – that shaped and transformed the early modern cities of the Spanish Netherlands. This event brings together the leading scholars of this field of art and ritual history whose contributions have made it possible to gain a deeper understanding of the early modern festivities held in the Netherlands to assert and negotiate power between the ruler and the ruled. Together with (young) colleagues and specialists from adjacent disciplines, we aim to discuss the challenges and chances of studying such significant moments of history.

Date : 17 avril 2020

Lieu : Rubenianum (Kolveniersstraat 20,  2000 Anvers)

Programme et informations supplémentaires

Journée d’étude du GEMCA – L’INDÉTERMINÉ

Journée annuelle du GEMCA sur le thème de l’indéterminé. 

Date : 29 mai 2020

Lieu : UCLouvain, Salle du Conseil FIAL

Argumentaire : 

Si l’on dresse un inventaire des nombreux sujets et concepts abordés par les chercheurs et chercheuses du GEMCA ces dernières années, on constate qu’ils se rejoignent sur un point, à savoir la difficulté à les définir, ou plutôt, l’impossibilité à trouver une définition qui épuise leur sens et leur opérativité. En effet, si l’on reprend la liste de ces sujets, quelque chose échappe toujours de la figure, de la figurabilité, de l’expérience, du baroque, de l’idole, du cadre, de la
mystique, de la symbolique, du neutre etc. Plus encore, tenter absolument de les définir et, par là même, de leur donner une rationalité exhaustive, les vide de sens et annihile leur efficacité. Ils
semblent articuler une pensée en partie indéterminée dans laquelle réside cependant leur puissance herméneutique, s’appuyant sur un imaginaire ou sur des effets perceptifs. La difficulté à
laquelle nous confrontent ces concepts est ainsi double : non seulement ils échappent à notre compréhension rationnelle, mais ils nous imposent aussi de conserver leur part d’indétermination,
faute de quoi il devient impossible de les utiliser et leur opérativité nous échappe tout court. De cette manière, on a pu s’intéresser à ce
que l’on voit sans voir, à ce qui surgit des marges sans se donner tout à fait, à ce qui se définit toujours en creux par ce qui n’est
pas et qui n’existe que par le déni d’un discours, à des altérités paradoxales qui n’existent qu’en renversant ou inversant des
images, à ce qui se situe dans l’interstice des textes et des images, dans l’interstice des mots. La figure, qui a été le point de
départ de notre projet de centre, est certainement un des exemples les plus parlants, dans ses dimensions en apparence
contradictoires de conciliation de réalités ou de pôles en opposition. Dans son prolongement, la figurabilité tente de rendre compte de la part indicible et invisible des œuvres, qui est pourtant bien présente dans la saisie qu’on en fait. Les intervenant·e·s seront invité·e·s à faire réagir leurs objets de recherche avec cette notion d’indéterminé et à observer ce qui se découvre de nouveau, dans quelle mesure cette expérience permet une autre compréhension de ces objets.

Journée d’étude – Réflexions autour d’une methodologie pour aborder les sources d’une histoire de l’antiquarisme

Titre : ” Réflexions autour d’une méthodologie pour aborder les sources d’une histoire de l’antiquarisme”

Date : 3 octobre 2019

Lieu : Bavay, Forum Antique

Pour visualiser le programme et pour de plus amples informations : https://modernum.hypotheses.org/files/2019/09/plaquette-3-10-2019_V6_validée.pdf

La destruction du patrimoine de l’époque moderne : récits anciens et enjeux actuels

La prochaine journée d’étude du réseau ModerNum sera consacrée au patrimoine. Les réflexions s’articuleront autour de deux pôles : la matinée sera consacrée à la perte du patrimoine durant l’époque moderne ; tandis que l’après-midi proposera une réflexion sur les enjeux de la conservation du patrimoine moderne.

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique (Bruxelles)

Date : 26 avril 2019

Contact : modernum.info@gmail.com

Pour plus d’informations, voir l’argumentaire ci-dessous : 

Journée d’étude – La vraisemblance dans les théories des arts et des lettres au premier âge moderne

Journée d’étude organisée par le Centre d’Analyse Culturelle de la Première Modernité (GEMCA) : La vraisemblance dans les théories des arts et des lettres au premier âge moderne

Date : 12 juin 2018

Lieu : Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Salle du Conseil FIAL – Place Blaise Pascal 1

Vous trouverez sur ce site le programme de l’événement.

Journée d’étude – GEMS Research Day

Journée d’étude organisée par le GEMS – Group for Early Modern Studies

Titre: GEMS Research Day

Date: 31 mai 2018

Lieu: Gand, Ghent University, Plateau building

Argument:

On 31 May, GEMS will organize its first Research Day in cooperation with RELICS. During that day, we will discuss together some topical questions concerning the state of scholarly research today, especially in regard to issues that concern younger scholars, like the current state of PhD and postdoc research, publishing strategies and more in general about what actually motivates us in doing research and which role research plays in our lives.

Anyone who is interested in these issues is invited to take part in the morning and/or afternoon programme of this research day, with a workshop about PhD research in the morning and a panel discussion and interview with Kate Belsey in the afternoon, about publication strategies and the state of scholarship in 2018.

PLEASE REGISTER for this research day by conforming your attendance to: gems_ugent@yahoo.com Please indicate in your message if you would like to take part in the morning programme, the afternoon programme, or both.

Programme:

Simon Stevin Room (Plateau building)

10:30-13:00: Workshop about PhD research in 2018: three colleagues who are now in the final stage of their PhD projects will tell about how their research developed over time, what decisions they made in their research, also in regard to their academic network, attendance of conferences and publication of papers and how they see their scholarly future after taking their PhD. Presentations by: Delphine Calle, Michiel Van Dam (both UGent) and Frederik Knegtel (University of Leiden)

13:00-14:00: Lunch

Jozef Plateau Room (Plateau building)

14:00-15:30: Publish or publish? Panel discussion with: Neil Badmington (Cardiff University, author and journal editor Barthes Studies), Tiffany Boussard (journal editor Early Modern Low Countries), Erika Gaffney (publisher Amsterdam University Press) and Teodoro Katinis (UGent, author).

The panel will discuss, from different perspectives (authors, journal editors, academic publishers), different issues that determine the current publication culture in humanities scholarship. How do publishers go about in their selection of books and edited collections? Which advice can they give to young scholars new to the scene? How do publishers and journal editors deal with peer-review processes, with electronic publications, with Open Access requirements, with the bibliometric ‘imperative’,…? What advice can experienced scholars, who have published internationally, give to younger scholars in the field, with respect to article submissions and/or book proposals?

15.30-16.00: Coffee break

Jozef Plateau Room (Plateau building)

16.00-17.30: What Do We Mean by Research? (And why do we do it?)

Research forms a substantial component of an academic’s duties and takes up the majority of a PhD student’s time. It is easy to take this for granted. But what do we mean by research and why do we allot it a major role in our lives?

In an informal discussion chaired by Prof. Catherine Belsey, questions might include the following. What motivates research? Curiosity, fame, promotion, changing the world? Does research in the humanities make a difference? If no further research took place in our field, would it matter? If so, why?

Does research influence teaching? Does teaching influence research? Or are the two skills independent of one another? Since they compete for attention, are they in conflict?

Where does a research project start? From a puzzle, a hypothesis, desire for a fuller picture, discontent with existing views? What defines good research?

17.30-….: Wine and Beer Reception

 

Journée d’étude – La vraisemblance

Journée d’étude du GEMCA

Titre: La vraisemblance

Date: 12 juin 2018

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, Salle du Conseil FIAL

Argument:

La journée du GEMCA est traditionnellement l’occasion de donner la parole à nos membres autour d’un thème transversal. Cette année, le choix s’est porté sur la notion de vraisemblance qui prend une importance capitale dans la théorie littéraire (mais aussi artistique) moderne à partir de la redécouverte de la Poétique d’Aristote. La vraisemblance implique l’adhésion mentale du lecteur/spectateur aux faits ou objets, même irréels et même impossibles, qui lui sont présentés dans le cadre de la fiction. Le paragone des arts, la définition et la codification des genres littéraires, les débats sur le style et les figures ou encore le souci de plaire au public ont tous partie liée avec le vraisemblable. Cette notion entre aussi en dialogue avec d’autres notions relevant au premier chef de la philosophie, comme la probabilité en morale, ou encore les êtres de raison en métaphysique.

CFP – Portraits et représentations des anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)

Appel à contributions pour la journée d’étude Portraits et représentations des anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) organisée par le Centre de recherche et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS) de l’Université d’Artois.

Lieu: Arras

Dates de l’événement : 8 et 9 novembre 2018

Date limite de l’appel à contribution : 30 juin 2018

Détails de l’appel ici.

À une époque où les dimensions du monde connu s’élargissent, où les théories de la perspective se répandent, où, parallèlement, la science optique se développe et crée de nouveaux instruments de mesure profitant à la cartographie, cette journée propose d’interroger les Portraits et représentations des anciens Pays-Bas (villes et campagnes) qui recouvrent bien des domaines et une multitude de formes.

Journée d’étude – Portes ouvertes. Variations sur l’ARS TARSIATA

Journée organisé par le Service et Technologie des arts plastiques (Temps modernes) et avec les interventions d’Alexandra BALLET (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Lucia AQUINO et Elena BUGINI (ULiège/Transitions),

Titre : Portes ouvertes. Variations sur l’ARS TARSIATA

Date : 27 avril 2018,  à partir de 9h30

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A3, Salle Wittert