Archives par mot-clé : journée d’étude

Journée d’étude – Portes ouvertes. Variations sur l’ARS TARSIATA

Journée organisé par le Service et Technologie des arts plastiques (Temps modernes) et avec les interventions d’Alexandra BALLET (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Lucia AQUINO et Elena BUGINI (ULiège/Transitions),

Titre : Portes ouvertes. Variations sur l’ARS TARSIATA

Date : 27 avril 2018,  à partir de 9h30

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A3, Salle Wittert

Journée d’étude : « Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire »

Journée d’étude annuelle du groupe de contact Documents rares et précieux : Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire

Date : 17 avril 2018

Lieux : Parkroom, Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles

En cette année académique 2017-2018, l’Université de Liège et l’Université de Gand commémorent chacune le bicentenaire de leur fondation. Ce n’est cependant pas leur seul point commun : ces deux institutions abritent en effet les pôles patrimoniaux les plus significatifs du Nord et du Sud du pays. L’occasion était belle de prendre appui sur ces deux dépôts (universitaires) d’exception pour aller à la rencontre d’autres bibliothèques belges dont les richesses – présentées ici sous des angles inédits – méritaient tout autant un éclairage de premier plan. Cinq collections seront ainsi mises à l’honneur, le 17 avril 2018 à la Bibliothèque royale de Belgique, lors de la prochaine journée d’étude du groupe de contact du FNRS « Documents rares et précieux ». Les bibliothèques patrimoniales de Gand et de Liège, bien sûr, mais aussi la Réserve précieuse de la Société archéologique de Namur, la collection d’autographes du Musée de Mariemont ou encore la célèbre Bibliothèque des ducs de Bourgogne, berceau de ce qui deviendra la future Bibliothèque royale de Belgique. Un focus sur les liens entretenus par cette dernière avec ses homologues de Liège et de Gand, via des réseaux bibliothéconomiques et bibliophiliques, permettra ainsi de boucler la boucle.

Consultez l’affiche et le programme.

Journée d’étude – Marquer la ville, affirmer l’identité. Pratiques culturelles et espaces religieux nationaux (Italie et anciens Pays-Bas espagnols XVIe-XVIIe siècles)

Journées d’étude organisée par Marie-Alexis COLIN (ULB), Emilie CORSWAREM (ULiège/Transitions), Charles-Yvan ELISSÈCHE (ULB) et Jorge MORALES (ULiège/Transitions)

Titre: Marquer la ville, affirmer l’identité. Pratiques culturelles et espaces religieux nationaux (Italie et anciens Pays-Bas espagnols XVIe-XVIIe siècles)

Date: 8 mars 2018 (10h-16h)

Lieu: Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 39 Avenue Franklin Roosevelt, salle Spaak (R 39)

Journées d’étude – Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance

Journées d’étude de l’Institut des Hautes Etudes de Belgique « Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance » et exposition virtuelle.

Dates: 20-21 décembre 2017

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Argument:

Le 13 mai 1717 naissait à Vienne Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, la fille aînée de l’empereur Charles VI. Peu préparée à l’incroyable destin qui allait s’imposer à elle, la jeune archiduchesse fut appelée à régner sur un immense empire pendant près de quarante ans. Elle fut ainsi la souveraine de nos régions, les Pays-Bas autrichiens, qu’elle gouverna depuis Vienne, secondée dans sa tâche par son beaufrère le prince Charles de Lorraine en sa qualité de gouverneur général.

Désireux de promouvoir de nouvelles activités en relation avec sa vocation de transmission d’un savoir d’excellence, l’Institut des Hautes Etudes de Belgique organisera les 20 et 21 décembre prochains une manifestation scientifique internationale qui s’interrogera sur l’exercice de la souveraineté à distance. Comment l’impératrice se tenait-elle informée des affaires relatives aux « provinces belgiques », ces pays si éloignés du centre de la monarchie ? Comment les réformes furent-elles conduites sous son règne ? Comment la souveraine était-elle représentée dans les Pays-Bas ? Une collaboration étroite avec les archives de l’Académie Royale de Belgique, les Archives Générales du Royaume et la Bibliothèque Royale de Belgique nous permettra de mettre en avant les traces, sources et témoins laissés dans nos dépôts d’archives et dans l’espace public par ce pouvoir caractéristique des monarchies complexes d’Ancien Régime : la réalisation d’une exposition virtuelle, diffusée sur le site dédié à l’événement, permettra de renvoyer le public aux documents originaux conservés dans ces différentes institutions.

L’organisation de ces journées d’étude bénéficie de l’appui de l’IHEB, du FNRS, de l’ARB, du Centre de recherche SociAMM (et du Groupe d’Étude du XVIIIe siècle) au sein de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles, et de l’Université de Namur.
Les exposés se feront dans le cadre prestigieux de l’Académie Royale de Belgique, lieu idéal pour comprendre l’insertion du pouvoir dans la Cité. Créée sous le règne de Marie-Thérèse -, les lettres patentes qui ordonnent sa fondation seront exposées au public – l’Académie s’inscrit encore aujourd’hui dans le quartier Royal construit à la même époque pour héberger les principales institutions gouvernementales et judiciaires de la capitale des Pays-Bas autrichiens.

Comité organisateur :
Valérie André
Michèle Galand,
Isabelle Parmentier

Comité scientifique :
Valérie André (FNRS-ULB, ARB),
Michèle Galand (ULB),
Marc Libert (AGR),
Christophe Loir (ULB),
Isabelle Parmentier (UNamur),
Claude Sorgeloos (KBR)

Exposition virtuelle :
«URL:http://www.mtpba.be»

Personne de contact :
Madame Valérie André
vandre@ulb.ac.be

PROGRAMME

20 décembre 2017

17h30
Accueil des participants

18h00
Introduction
Valérie André, FNRS-ULB, et Michèle Galand, ULB

L’Académie thérésienne : soutenir les lettres et les sciences
Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Belgique

18h30
Conférence plénière
Impératrice et mère : Marie-Thérèse et Marie-Christine, gouvernante des Pays-Bas autrichiens
Catriona Seth (Université d’Oxford)

19h45
Réception

21 décembre 2017

9h30
Accueil des participants

Journée d’étude présidée par Isabelle Parmentier (UNamur)

L’inauguration de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Thomas Cambrelin (ULB)

Les correspondances diplomatiques
Jean-Charles Speeckaert (Paris IV Sorbonne-ULB)

Une réforme manquée : Marie Thérèse et le droit naturel à Louvain
Ivo Cerman (Université de Bohême de Sud)

Les réformes de la police à Bruxelles : impulsion de Vienne ou initiative locale ?
Catherine Denys (Université de Lille 3)

La représentation de Marie-Thérèse dans les villes des Pays-Bas
Klaas Van Gelder (Université de Vienne-U-Gent)

La scène viennoise et les comédiens et danseurs de Bruxelles
Jean-Philippe Van Aelbrouck (CFWB)

Publications autour de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Claude Sorgeloos (Bibliothèque Royale de Belgique)

Conclusions : Bruno Bernard (ULB)

Inscription souhaitée :

– Première journée

– Deuxième journée

 

Journée d’étude – ARC Schol’Art « Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700) »

Journée de lancement du projet d’action de recherche concertée Schol’art: « Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700)« 

Lieu: Louvain-la-Neuve, Place Cardinal Mercier, Salle Ladrière

Date: 01 décembre 2017 (9h-17h30)

Kick-off ScholArt programme

Cette journée d’étude accueillera une conférence plénière de Jacob Schmutz (Paris-Sorbonne): « Voir, imaginer, prier: pourquoi les théories scolastiques de la connaissance sont-elles représentationnalistes? »

Trois ateliers de recherche seront également organisés:

Premier atelierPenser l’art en termes aristotéliciens (ou platoniciens?) Avec Colette Nativel (Paris 1), Virginie Leroux (EPHE), Margaux Dusausoit (UCL) et Élise Gérardy (UCL)

Deuxième atelierAutour de l’anthropologie scolastique: l’homme/l’artiste dans le monde et face à Dieu. Avec Silvia Mostaccio (UCL), Antonio Geremicca (ULiège) et Sophie Lenaerts (UCL).

Troisième atelierDialogue et débat, universel et particulier, vraisemblable et probable dans la littérature et la philosophie. Avec Jean-Pascal Gay (UCL), Anne Rolet (U. de Nantes) et Laurence Boulègue (U. de Picardie).

Le lancement du projet s’accompagne enfin de la mise en ligne d’un site internet, destiné à s’enrichir durant les prochaines semaines.

CFP – Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe – XVIIe)

Deuxième volet d’un cycle de journées doctorales internationales organisées par l’UR Transitions – Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège, le Laboratoire Trame de l’Université de Picardie Jules Verne, et le Centre d’Étude supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours

Titre : Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe – XVIIe)

Lieu : Amiens. Logis de Roy

Date : 29-30 mai 2018

Pour plus d’informations :

Journées doctorales internationales – Amiens – 29 et 30 mai 2018 – Quel lieu choisir – FR&EN

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Journées d’étude – 06-07/04/2017 – Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Lieu: Université de Franche-Comté. Faculté des Lettres. Grand salon 18, rue Chifflet. 25000 Besançon
Date de l’événement: 6-7 avril 2017

Argumentaire

René Taveneaux a révélé l’action de Rome, après le concile de Trente, pour contenir le flux protestant puis reconquérir les terres perdues, en concentrant ses efforts «autour d’un axe correspondant à l’ancien tracé carolingien qui, parti de l’Italie, prenait l’Europe en écharpe, par le Milanais et la Franche-Comté, atteignait les Pays-Bas et la mer du Nord».

  1. Maintes expériences de vie consacrée féminine ont eu pour terre de naissance et d’expérimentation certaines régions situées sur la «dorsale catholique» (chanoinesses du Saint-Sépulcre, chanoinesses de la Congrégation Notre-Dame, ursulines de Dole, tiercelines, bénédictines réformées de la Paix Notre-Dame, capucines de Flandre…). Mais c’est l’ordre de l’Annonciade céleste qui dessine de manière la plus évidente cette ligne de front avec des monastères établis du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux comme autant de citadelles de prières face à la menace protestante. Le choix délibéré par les acteurs féminins, religieuses ou semi-religieuses, apostoliques ou contemplatives, de la «dorsale catholique» comme espace privilégié d’implantation et de développement d’une reconquête et d’une réforme spirituelles demeure toutefois à confirmer. Il sera éclairant d’interroger et de comparer les récits de fondations de l’ensemble des communautés évoquées ci-dessus pour y découvrir les raisons qui ont pu les déterminer à élire ce couloir pour y développer leurs projets et de repérer les traces d’une prise de conscience de missions communes et particulières à accomplir en fonction de cette situation aux portes du protestantisme. On se penchera évidemment sur le profil des figures de proue, fondatrices d’ordres ou de maisons comme Alix Le Clerc, Anne de Xainctonge et Claudine de Boisset, Marguerite Borrey et Cristina Madruzzo, Florence de Werquignoeul… On se demandera notamment quelles ont été leurs facultés d’adaptation à une réalité de terrain et leurs aptitudes à répondre aux besoins spécifiques d’une région. Les circonstances entourant le déploiement de ces communautés religieuses seront également analysées avec soin. Il conviendra notamment de préciser les types de stratégies mises en place par les intéressées pour s’intégrer à un «appareil défensif savant et méticuleusement agencé, des tiné à lutter contre toute infiltration s’exerçant aux frontières» (Taveneaux), et y porter un projet de réforme intérieure ou à destination de la société. Par ailleurs, on ne manquera pas de faire état des difficultés rencontrées et des échecs encourus, en analysant leurs causes et leurs effets. Seront non seulement prises en compte les oppositions ponctuelles à la fondation de certains couvents mais aussi les condamnations plus radicales de certains projets ambitieux comme celui de Mary Ward et de ses «jésuitesses». Cette zone d’entre-deux constituera ainsi un terrain d’observation des interactions entre ces mondes féminins et leurs entourages respectifs ainsi que de la circulation des personnes qui collaborent à leurs projets (ou les contrecarrent). On sera donc attentif au rôle de tous les acteurs/actrices impliqués dans ces processus de fondation (autorités civiles et religieuses, autres réguliers, bienfaiteurs/trices laïques, réseaux familiaux…), en s’interrogeant sur ce qui, dans leurs manières d’agir, pourrait éventuellement apparaître comme une spécificité de l’espace considéré. Si politique d’expansion spécifique de la part de certains ordres il y eut, il sera intéressant de la comparer avec celle d’autres ordres qui n’ont pas limité leurs fondations à cette zone (Carmel déchaussé, Visitation…). On ne saurait en effet ignorer que ce fut une grande partie de l’Europe qui se couvrit d’institutions nouvelles axées sur la participation active des femmes à l’effort de reconquête spirituelle voulue par l’Église Afin de confirmer ou  non l’hypothèse de stratégies d’implantation sur ce limes, l’on se demandera si leurs établissements y furent plus nombreux qu’ailleurs. Les individualités les plus dévotes et combatives n’étaient-elles pas tentées de s’y retrouver? On ne manquera pas non plus de rapprocher l’histoire de ces implantations avec celle de certains ordres masculins qui semblent eux-aussi y avoir été particulièrement présents.
  1. Dans le prolongement des enquêtes menées sur les spécificités de ce territoire en matière d’expériences religieuses, on s’intéressera en outre aux processus qui amènent des établissements installés de longue date sur ces terres à se positionner de manière originale en faveur ou en marge des réformes en cours (chapitres nobles, bénédictines, cisterciennes, franciscaines, chartreuses…). Les réformes entreprises y présentent-elles des caractéristiques particulières, propres aux régions envisagées? Y sont-elles reçues et appliquées de la même manière qu’ailleurs? La résistance de certaines communautés reposent-elles sur des arguments spécifiques? Portent-elles sur des points particuliers (clôture, rapport au monde, juridictions, régularité, dévotions…)? On se penchera notamment à nouveaux frais sur les chapitres nobles, eux aussi massés sur ces frontières et dont il faut reconsidérer de fond en comble l’histoire à l’époque de la Réforme catholique. Comment justifient-ils leur existence dans ce contexte et donc leur résistance à des tentatives brutales de réforme de leurs établissements (nécessaires adaptations aux contraintes sociales)?
  1. Enfin, on examinera également les processus de fondation et les modes de fonctionnement de congrégations ou de compagnies (Dames de la Charité, Dames de la Purification) qui permettent à des laïques de se mettre au service de la Réforme catholique tout en restant attachées aux différents devoirs de leurs états respectifs. On dressera ainsi un bilan des recherches menées en archives sur ces institutions féminines, qui devrait permettre, avec la collaboration d’autres chercheurs, de confirmer ou non l’hypothèse d’une stratégie d’implantation sur cette ligne de front et d’apprécier l’investissement spécifique de ces femmes dans les œuvres de la Réforme catholique.

Jeudi 6 avril

Présidence: Anne WAGNER (U. FRANCHE-COMTÉ)

14h Accueil

14h15-15h Introduction par Corinne MARCHAL et Marie-Élisabeth HENNEAU

15h-15h10 Mot d’accueil par Paul DIETSCHY, directeur du Centre L. Febvre

15h10-15h40 Bertrand MARCEAU (EFR) Une frontière politico-religieuse? Les cisterciennes de la Dorsale catholique au XVIIe siècle

15h40-16h10 Marie-Élisabeth HENNEAU (U. Liège) L’implantation des monastères féminins sur la Dorsale: un choix délibéré de «Contre-Réforme»?

16h10-1630 Pause

16h30-17h Andreas NIJENHUIS-BESCHER (U. Savoie-Mont-Blanc) Des femmes au front confessionnel. Les klopjes néerlandaises aux confins de la catholicité tridentine

17h-17h30 Jean-Marc LEJUSTE (U. Lorraine) La novice face à son choix de vie, l’engagement religieux dans les diocèses lorrains XVIe–XVIIIe s.

17h30-18h Discussions

Vendredi 7 avril

Présidence: Philippe MARTIN (U. Lyon 2)

9h-9h30 Odon HUREL (CNRS) Le parcours de Catherine de Bar sur la Dorsale catholique

9h30-10h Fabienne HENRYOT (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne) Élisabeth de Brème, en religion Benoîte de la Passion

10h-10h15 Pause

10h15-10h45 Julie PIRONT (FNRS /U. Liège) Bastions de pierres et de prières aux marges de la catholicité: objectifs, méthode et premiers résultats de la comparaison architecturale de couvents féminins établis dans les villes frontalières (1597-1677)

10h45-11h15 Bénédicte GAULARD (U. Bourgogne) Contrer la Réforme par l’image. La décoration des couvents féminins comtois aux XVIIe et XVIIIe s.

11h15-11h35 Discussions

Déjeuner

Présidence: Christophe Leduc (U. Artois)

13h30-14h Céline Drèze (U.C.Louvain) Les pratiques liturgiques chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame: le reflet d’une spécificité de la Dorsale catholique?

14h-14h30 Corinne MARCHAL (U. Franche-Comté): Les dames nobles de Franche-Comté confrontées à l’esprit de Trente (XVIIe-XVIIIe s.)

14h30-15h Discussions

15h-15h45 Conclusions par Odon HUREL et Hugues DAUSSY

Source de l’info: ULg

Journée d’étude – 16-17/03/2017 – Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut

Journées d’étude CERMUS

Titre : « Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Mercier, salle Jean Ladrière (A124, conseil ISP)
Date de l’événement : 16-17/03/2017

Argument

En mettant en place des dispositifs de connaissance et de reconnaissance de revendications politiques, communautaires et/ou religieuses, la « culture du spectacle » constitue un vecteur de structuration sociale dont l’importance n’est sans doute plus à rappeler. Celle-ci se déploie bien au-delà des espaces scéniques.
Loin de rester cantonnée aux théâtres, elle envahit la rue, les foires, les salons, les églises, mais également les représentations intellectuelles. Or si les formes spectaculaires se donnent à voir, elles se donnent aussi bien souvent à entendre. Processions, ducasses, entrées, représentations théâtrales, sont autant d’événements dont l’objet visuel se double d’une nécessaire dimension sonore. En prenant l’ancien comté de Hainaut pour terrain d’observation, ces journées d’étude entendent tirer profit d’un territoire dont les caractéristiques socio-économiques se distinguent de celles des grands centres habituellement pris en considération. Faiblement urbanisé, largement dominé par une économie rurale, le Hainaut ne dispose d’aucune des institutions–princières, épiscopales, universitaires ou parlementaires –propices au développement de grands événements spectaculaires. Et pourtant, situé au croisement de grandes routes commerciales, occupant une place sensible dans l’échiquier religieux et géopolitique de l’Europe d’Ancien Régime, zone de contact entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, le Hainaut se présente comme un territoire où le spectacle revêt une importance cruciale puisque celui-ci permet d’affirmer la nature des changements et des résiliences opérés à chaque convulsion de son histoire mouvementée. Plus généralement, sa position aux marges de plusieurs centres politiques et culturels offre l’opportunité d’appréhender les conditions de formation du spectaculaire au sein d’une culture frontalière.
Ces journées sont organisées par le CERMUS (UCL) dans le cadre du projet de recherche « Musiques en Hainaut – XVIIe-XVIIIe siècles », en collaboration avec le projet inter-universitaire « La société du spectacle – la fête baroque entre Italie et anciens Pays-Bas, 1585-1685 ».

Source de l’info : GEMCA

Journée d’étude – 28/04/2017 – Religieux, religieuses et marguilliers architectes : un métier et des oeuvres à redécouvrir (17e-18e s.)

Religieux, religieuses et marguilliers architectes : un métier et des œuvres à redécouvrir (17e-18e s.)

Lieu : Lyon, Institut des Sciences de l’Homme, salle Elise Rivet
Date de l’événement : 28/04/2017

Argument :

Journée organisée par Julie Piront et Adriana Sénard dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » à l’ Institut des Sciences de l’Homme, Lyon 7e, salle Elise Rivet

Dans la continuité des recherches entreprises récemment sur les pratiques architecturales des ordres religieux en milieu urbain à l’époque moderne, cette journée se propose d’interroger l’activité des religieux(-ses) et marguilliers architectes à la lumière de sources restées majoritairement inédites. Soucieux de dépasser l’approche monographique et stylistique, les intervenants envisageront les différentes facettes de la profession ainsi que les œuvres de ces hommes et de ces femmes méconnus, sans oublier les questions méthodologiques que ce sujet soulève.

Source de l’info : LARHRA

Journée d’étude – 21/12/2016 – Sismicité historique, histoire du paysage et résilience environnementale

Sismicité historique, histoire du paysage et résilience environnementale

Lieu : Observatoire royal de Belgique
Local : Salle méridienne, avenue circulaire, 3 à Uccle (B-1180 Bruxelles)
Date : le mercredi 21 déc. 2016, 9h30-17h

En l’honneur de Pierre Alexandre
Organisation : Th. Camelbeeck (ORB) et I. PARMENTIER (UNamur) HEnRI (Histoire de l’Environnement) – Réseau Interdisciplinaire
Groupe de contact FNRS

Voir l’affiche de l’événement

Journée d’étude co-organisée par l’Observatoire royal de Belgique et le Pôle d’histoire et de sociologie environnementales de l’UNamur (PolleN)

Entrée gratuite mais inscription préalable : isabelle.parmentier@unamur.be

Journée d’étude – 17/06/2016 – Étudier, enseigner et préserver l’œuvre d’art – Éloge de l’interdisciplinarité – Hommage à Catheline Périer-D’Ieteren

Étudier, enseigner et préserver l’œuvre d’art – Éloge de l’interdisciplinarité
Hommage à Catheline Périer-D’Ieteren
Lieu : Université libre de Bruxelles, Bâtiment A, auditoire A.Y.2.108

Date : 17 juin 2016

Programme

09h00-09h30 : Accueil des participants
09h30-09h50 : Introduction
Valentine Henderiks / Nicole Gesché / Françoise Rosier / Sacha Zdanov
09h50-10h10 : Un panneau inconnu du Maître à la Vue de Sainte-Gudule
Véronique Bücken (Chef de section peinture ancienne, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique)
10h10-10h30 : La plus ancienne représentation de l’Aula magna ? Une lecture du décor architectural du cycle bruxellois de la légende de sainte Barbe (c. 1470-1480)
Didier Martens / Michel Fourny (Professeur, Université libre de Bruxelles / Archéologue, collaborateur scientifique à la Société royale d’Archéologie de Bruxelles)
10h30-10h50 : Le catalogue raisonné des paysages de Denijs van Alsloot, addenda et réflexions méthodologiques
Sabine van Sprang (Conservatrice de la peinture flamande 1550-1650, Musées royaux des Beaux Arts de Belgique)
10h50-11h10 : Pause café
11h10-11h30 : Encore le retable de Güstrow ! Données nouvelles sur la conception de ses volets peints
Sacha Zdanov (Doctorant, ULB (Mini-ARC))
11h30-11h50 : Deux retables brabançons à Milan
Myriam Serck (Restauratrice de sculptures, Directeur honoraire, Institut royal du Patrimoine artistique)
11h50-12h10 : Le retable d’Errenteria, étude et intervention
Maite Barrio (Responsable de l’atelier de restauration Albayalde Conservación y Restauración de Obras de Arte, San Sebastian)
12h10-12h30 : Discussion
12h30-14h00 : Lunch sur place
14h00-14h20 : Les cartons, entre peinture et tapisserie. Autour de la restauration du carton de saint Paul (Musées de la Ville de Bruxelles)
Cécilia Paredes (Coordinatrice documentation, direction des Monuments et des Sites, Région Bruxelles-Capitale)
14h20-14h40 : Étude technologique d’un exceptionnel tableau d’Artemisia Gentileschi figurant « Marie Madeleine en extase »
Christina Currie (Chef du Département Photographie et Imagerie scientifique, Institut royal du Patrimoine artistique)
14h40-15h00 : Manet fait escale à l’IRPA
Marie-Annelle Mouffe (Restauratrice de peintures indépendante, collaboratrice scientifique à l’Institut royal du Patrimoine artistique)
15h00-15h20 : Discussion
15h20-15H40 : Pause café
15h40-16h00 : Le Connoisseurship et la restauration
Ségolène Bergeon (Conservateur général du patrimoine, honoraire ; Fellow of the International Institute for Conservation)
16h00-16h20 : La chapelle du Bildchen à Vianden
Muriel Prieur (Restauratrice, Musée national d’Histoire et d’Art de Luxembourg)
16h20-16h40 : Discussion
16h40-17h00 : Le revers de la médaille : une étude de cas
Catherine Antomarchi / Gaël de Guichen (Directeur, Unité Collections, ICCROM / Conseiller auprès du Directeur général de l’ICCROM)
17h00 – 18h45 : Remise du Liber amicorum et verre de l’amitié
Inscription souhaitée avant le 30 mai 2016 à l’adresse suivante : christine.boulanger@spdg.be
Source : koregos

Journées 23-26/05/2016 – Le printemps de l’histoire

Le printemps de l’histoire
7e édition

Dates: lundi 23 au jeudi 26 mai 2016, tous les soirs de 18h à 20h (entrée gratuite)
Lieu: Classes du Patrimoine (BIP)- Place Royale 11 1000 Bruxelles
Organisateurs: Chloé Deligne, Paulo Charruadas, Thibault Jacobs, Shipé Guri

Argument
Du 23 au 26 mai, cette septième édition du Printemps de l’histoire abordera une fois encore des thèmes relatifs à l’histoire de Bruxelles en lien avec les résultats des travaux récents de jeunes chercheurs francophones et néerlandophones. Cette année, il sera question de l’enseignement au 19e siècle, des institutions d’accueil pour personnes âgées aux 18e et 19e siècles ainsi que des dernières fouilles archéologiques à l’église Notre-Dame du Sablon et sur le site de Tour et Taxis. Le dernier soir sera consacré à une visite guidée de l’exposition « Renaissance d’une œuvre d’exception :le carton de tapisserie de Pieter Coecke » au Musée de la Ville de Bruxelles (réservation obligatoire à brucites@ulb.ac.be). »

Source : ULB