Archives par mot-clé : littérature

Publication – Poétique de l’extase France, 1601-1675

Clément Duyck, Poétique de l’extase. France, 1601-1675, (Lire le XVIIe siècle, 53), Paris, Classiques Garnier, 2019

ISBN: 978-2-406-08132-6

4ème de couverture :

Qu’y a-t-il de commun à l’extase des saints et des poètes, des sorciers et des prophètes, de la théologie et de la mélancolie, des philosophes et des illuminés qui vocifèrent leurs cantiques ? Un excès qui poétise les corps, les comportements, la langue et les savoirs, leur imprimant la marque d’une loi autre que celle dont ils sont jugés. Une défaillance du sens, qu’une littérature composée de récits (auto)biographiques, de traités de spiritualité et de poésie lyrique a voulu prendre en charge en France au XVIIe siècle, avant que l’extase ne soit définitivement reléguée aux franges des bienséances et de la religion.

 

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Candidature – 1 post-doctorant : Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (1500-1700)

Appel à candidature pour 1 chercheur post-doc à l’Université catholique de Louvain dans le cadre du projet ARC Schol’Art : Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700)

Date limite de candidature : 31 mars 2019

Consultez la description du projet.

Deux profils sont envisagés :

1. Chercheur·se post-doctoral·e boursier.e, en situation de mobilité internationale (ne pas avoir résidé ou exercé son activité principale en Belgique pendant plus de 24 mois au cours des trois
dernières années qui précèdent l’octroi de la bourse), avec une ancienneté de maximum 6 ans depuis l’obtention du titre de docteur.
Durée de l’engagement : jusqu’à deux ans et demi.
Taux d’occupation : 100%

Le·la candidat·e, titulaire d’un doctorat dans un des domaines du projet ou similaire, aura un excellent bagage en philosophie des Temps Modernes ainsi qu’en néo-latin, et un intérêt marqué pour le domaine des lettres et des arts.

Il·elle développera un projet personnel situé au croisement de la philosophie scolastique et de la théorie littéraire ou artistique des années 1500-1700.

Par ailleurs, il·elle assistera à toutes les activités liées au projet Schol’Art, s’intégrera dans l’équipe et apportera son expertise en participant aux échanges scientifiques. Certaines tâches liées au projet collectif lui seront également confiées (par exemple la direction d’un volume d’actes).

Une grande ouverture d’esprit et une capacité à sortir de son domaine de spécialité sont
demandées.

2. Chercheur·se post-doctoral·e sous contrat
Durée de l’engagement : jusqu’à 3 ans ; Taux d’occupation : 50%
Le·la candidat·e, titulaire d’un doctorat dans un des domaines du projet ou similaire, aura une excellente maîtrise de la langue latine, et notamment du latin scolastique. Il·elle aura pour tâche d’aider les autres membres de l’équipe dans l’exploitation des corpus en latin,
notamment en repérant les passages pertinents pour les différents dossiers de recherche (à la demande des autres membres ou de manière proactive) et en fournissant des résumés et des traductions de travail. Il·elle assistera également aux activités liées au projet Schol’Art et s’intégrera dans l’équipe en participant aux échanges scientifiques. Des capacités rédactionnelles et de synthèse, ainsi qu’une grande ouverture d’esprit sont souhaitées.

Comment postuler ?

Les dossiers de candidature sont attendus pour le 31 mars 2019 aux trois adresses suivantes :
aline.smeesters@uclouvain.be
agnes.guiderdoni@uclouvain.be
ralph.dekoninck@uclouvain.be

Ils se présenteront sous la forme d’un fichier pdf unique contenant les éléments suivants :
• Une lettre de motivation (en français)
• Un bref CV (en français ou en anglais)
• Pour le profil 1, une ébauche de projet de recherche personnel à mener dans le cadre du post-doctorat (une à deux pages en français ou en anglais)
• Pour le profil 2, un échantillon de traduction personnelle (en français) d’une page d’un traité de philosophie scolastique pour lequel aucune traduction en langue moderne n’est disponible à ce jour (nous contacter préalablement pour fixer le choix du document)
• Les noms et adresses e-mail de deux personnalités de référence

Les candidat·e·s retenu·e·s seront contacté.e.s avant le 15 avril

Congrès annuel de la Renaissance Society of America

Congrès annuel de la Renaissance Society of America

Date: 22-24 mars 2018

Lieu: Etats-Unis, Nouvelle-Orléans

3 sessions organisées par le GEMCA :

  • « Exploring Early Modern Sacerdotal Masculinities: Towards a Religious History of Gender » (session organisée par Silvia Mostaccio et Jean-Pascal Gay, avec Fernanda Alfieri, Silvia Mostaccio et Jean-Pascal Gay).
  •  « The Invention of Opera. Metric, Theory, and Performance » (session organisée par Luca Zuliani et Alessandro Metlica, avec Alessandro Metlica, Enrico Zucchi et Tobia Zanon).
  •  « Quid est secretum?: On the Visual Representation of Mystery and Secrecy » (session organisée par James Clifton et Walter Melion, avec Lee Palmer Wandel, Walter Melion et Celeste A. Brusati)

Publication – Physicae et theologicae conclusiones

Otto van Veen, Physicae et theologicae conclusiones (1621), présenté sous la direction d’Aline Smeesters, Agnès Guiderdoni et Ralph Dekoninck, traduction par Aline Smeesters, Turnhout, Brepols (« Imago Figurata: Text and Editions », vol. 1), 2017

ISBN : 978-2-503-56966-6

Résumé :

Le peintre Otto Vaenius (Leyde 1556 – Bruxelles 1629) n’a longtemps été connu que comme le maître de Rubens. Depuis quelques décennies, le regain des études emblématiques a remis à l’honneur ses recueils d’emblèmes à succès. Mais certains de ses ouvrages plus confidentiels restent encore largement méconnus. Tel est le cas des Physicae et theologicae conclusiones (1621), un petit opuscule d’une vingtaine de pages publié dans des circonstances mystérieuses, qui se propose rien moins que de résoudre « par des notes et des figures » le problème de la prédestination et du libre arbitre. Mais l’intérêt de l’opuscule va bien au-delà de l’enjeu théologique : par l’invention d’un langage visuel inédit et déroutant (à mi-chemin entre le géométrique et le figuratif, entre le diagramme et l’emblème), l’ouvrage offre une étonnante clé de lecture à l’ensemble de l’œuvre de Vaenius, et constitue en même temps un témoignage frappant de la créativité d’une époque en pleine mutation épistémologique. La présente édition propose une reproduction en fac-similé de cet opuscule rarissime ainsi que, pour la première fois, une traduction intégrale en langue française. Le texte est précédé d’une introduction nourrie, fruit d’une collaboration entre cinq chercheurs croisant des approches historiques, littéraires, artistiques et sémiotiques. Les Conclusiones sont ainsi remises dans le contexte de leur époque, au cœur des querelles théologiques mais aussi au croisement de deux courants de pensée majeurs qui ont imprégné la réflexion de Vaenius, le néo-stoïcisme de Juste Lipse et l’alchimie de Paracelse.

Rencontres doctorales – Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe siècles)

Première journée des rencontres doctorales co-organisées par L’Unité de recherches (UR) « Transitions. Moyen Âge et première Modernité » de l’Université de Liège, le laboratoire TRAME de l’Université de Picardie Jules Verne et le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de l’Université François Rabelais de Tours.

Avec une conférence de la Prof. Marion Uhlig (Université de Fribourg) intitulée « Barlaam et Josaphat (XIIIe-XVIIe siècles) : transmissions et métamorphoses  » (30 janvier, à 18h00)

Titre: « Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe siècles) »

Dates: 30-31 janvier 2018

Lieu: Liège, Université de Liège, Site du 20-Août, Salle Wittert (R/120, A1, aile des Jésuites)

Programme: Séminaire-doctoral-2018

Présentation d’une publication – Intrecci virtuosi. Letterati, artisti e accademie tra Cinque e Seicento

Présentation par Silvia Ginzburg et Emilio Russo, coordonnée par Renzo Bragantini, à l’Academia Belgica de Rome.

Titre: « Intrecci virtuosi. Letterati, artisti e accademie tra Cinque e Seicento« , édité par Carla Chiummo, Antonio Geremicca et Patrizia Tosini.

Date: 14 décembre 2017 (17h00)

Lieu: Rome, Academia Belgica, Via Omero 8

Conférence – Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du « Sabinus » (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer

Conférence de Madame Sabine Schmitz, Professeure à l’Université de Paderborn, Allemagne – Chercheure invitée de l’Institut INCAL

Titre: « Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du Sabinus (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer »

Date: 5 décembre 2017 (12h45-14h00)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, ERAS 61

 

Journée d’étude – ARC Schol’Art « Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700) »

Journée de lancement du projet d’action de recherche concertée Schol’art: « Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700)« 

Lieu: Louvain-la-Neuve, Place Cardinal Mercier, Salle Ladrière

Date: 01 décembre 2017 (9h-17h30)

Kick-off ScholArt programme

Cette journée d’étude accueillera une conférence plénière de Jacob Schmutz (Paris-Sorbonne): « Voir, imaginer, prier: pourquoi les théories scolastiques de la connaissance sont-elles représentationnalistes? »

Trois ateliers de recherche seront également organisés:

Premier atelierPenser l’art en termes aristotéliciens (ou platoniciens?) Avec Colette Nativel (Paris 1), Virginie Leroux (EPHE), Margaux Dusausoit (UCL) et Élise Gérardy (UCL)

Deuxième atelierAutour de l’anthropologie scolastique: l’homme/l’artiste dans le monde et face à Dieu. Avec Silvia Mostaccio (UCL), Antonio Geremicca (ULiège) et Sophie Lenaerts (UCL).

Troisième atelierDialogue et débat, universel et particulier, vraisemblable et probable dans la littérature et la philosophie. Avec Jean-Pascal Gay (UCL), Anne Rolet (U. de Nantes) et Laurence Boulègue (U. de Picardie).

Le lancement du projet s’accompagne enfin de la mise en ligne d’un site internet, destiné à s’enrichir durant les prochaines semaines.

CFP – Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas (16e-17e s.)

« Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles » 
Journée d’étude du Centre de recherche et d’Etudes Histoire et Sociétés (CREHS)

Lieu: Université d’Artois, Maison de la Recherche, Arras (France)
Date de l’événement: 10/11/2017
Date limite de réponse à l’appel : 01/10/2017

Argumentaire

Le programme de recherche pluridisciplinaire La Renaissance dans les Provinces du Nord a été lancé en 2015 avec pour objectif d’étudier, en croisant la diversité des sources, approches et thématiques, la singularité des provinces septentrionales de la France et celles des anciens Pays-Bas (Artois, Brabant, Flandres, Hainaut, Picardie), carrefour d’influences et creuset artistique, à une époque à la fois d’intenses conflits politiques et religieux mais aussi de foisonnement culturel, celle de la Renaissance, considérée sur le temps long, fin XVe – mi-XVIIe siècle.

Deux journées d’études ont déjà eu lieu (6 novembre 2015 et 4 novembre 2016). La première a permis de mettre en place un groupe de travail réunissant différents acteurs de la recherche sur la Renaissance dans les Provinces du Nord (enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants, post-doctorants, conservateurs de musée…). La deuxième fut consacrée à Échanges, hybridité et créativité dans les anciens Pays-Bas, xvie-xviiesiècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité.

La journée d’études se propose d’interroger ces réformes dans leurs spatialités, temporalités et dimensions spécifiques. En ce sens, les communications peuvent porter sur les thématiques suivantes :

  • Historiographie
  • Religion et théologie
  • Congrégations religieuses
  • Arts et cultures
  • Chambres de rhétorique
  • Sociétés urbaines et rurales et réformes religieuses
  • Politique et réformes religieuses
  • Contacts, mobilités, et échanges transfrontaliers

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à soumettre pour le 1er octobre 2017 au plus tard (charles.girydeloison@univ-artois.fr) et devront comporter, outre le titre, le nom et la qualité de l’intervenant un court résumé. Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 30 minutes.

Contact : Pr Charles GIRY-DELOISON, EA 4027 CREHS, Université d’Artois, Maison de la Recherche, 9 rue du Temple, BP 10665, 62030 Arras cedex, France.

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).