Archives par mot-clé : publication

Conférence – “Johann Schreck Terrentius – His European network and the origins of the Jesuit Library in Peking”, presentation du livre de Noël Golvers (KU Leuven) publié par Brepols.

La conférence aura lieu le 23 septembre à 18:00 à l’ Academia Belgica. La présentation sera suivie d’une discussion entre Sabina Brevaglieri (Humboldt Universität zu Berlin) et Elisabetta Corsi (Sapienza Università di Roma).

Durant la mission jésuite en Chine au XVIIe siècle, les sciences et les livres occidentaux ont joué un grand rôle dans la « persuasion » de l’intelligentsia chinoise (les « Litterati »). Johann Schreck Terrentius (1575-1630), médecin, alchimiste, pharmacien, botaniste, mathématicien, linguiste et surtout « encyclopédiste » (dans la tradition lulliste et ramiste), est l’un des premiers jésuites du XVIIe siècle à avoir reçu une formation scientifique et à posséder des compétences multiples.  Il étudie en Allemagne, en France et en Italie, où il est diplômé de la Faculté de médecine de Padoue, faisant ainsi la connaissance de François Viète à Paris (après sa mort, il sera également le diffuseur des manuscrits de l’algébriste en Italie), de Galilée à Padoue, de Giovanni Faber et de Federico Cesi à Rome, en tant qu’Accademico Linceo, et de nombreux autres scientifiques en Europe (l’algébriste Johann Faulhaber, Christophorus Clavius, etc.) Il a effectué une « peregrinatio academica » de dix ans (vers 1600-1610), puis, en tant que « socius » du missionnaire Nicolas Trigault (1615-1618), il a parcouru l’Europe méridionale et centrale à la recherche de livres et de rencontres.

La conférence se tiendra en italien.

En raison des restrictions liées au Coronavirus, cet événement est accessible uniquement sur réservation et l’admission sera conditionnée à la présentation du EU digital Covid Certificate (Green Pass). À l’intérieur, le port du masque est obligatoire et visiteurs sont tenus de respecter en tout temps une distance d’au moins un mètre entre eux. La salle à une capacité réduite respectant la distance physique prévue afin d’assurer la sécurité des visiteurs.
Pour réserver, veuillez contacter info@academiabelgica.it

Il sera également possible de participer à cet évènement sur la plateforme en ligne Zoom en utilisant le lien suivant:
https://us06web.zoom.us/j/85995197948?pwd=Nm9FTVN4Sjdsb3dYUmtQZWdiVEZ2Zz09
ID riunione: 859 9519 7948
Passcode: UdxDa1

Informations 

CFP – Savoirs en Prisme / Appel à contributions n° 17

Publier dans le n°17 de la revue Savoirs en Prisme qui portera sur la constitution d’une anthropologie à travers les Beaux-Arts aux XVIe-XVIIe siècles dans les territoires hispaniques.

Construction d’une anthropologie des arts et des savoirs dans la représentation (peinture, dessin, sculpture, et leur rapport à la littérature) dans le monde hispanique des XVIe et XVIIe siècles

Coordination par Florence Dumora et Florence Madelpuech Toucheron

Le présent numéro propose de réfléchir sur les représentations iconographiques en tant qu’elles reflètent / expriment une conscience historique, sociale et épistémique de la part de leurs auteurs, dans l’Espagne, l’Amérique coloniale, le Portugal et les Flandres, pendant les XVIe et XVIIe siècles. Cette interrogation visera à mettre en rapport le plus possible l’expression littéraire (textes théoriques ou réflexions artistiques présentes dans divers écrits) d’une telle conscience avec la production dans les Beaux-Arts.

L’on sait que la Renaissance (comprise avec ses prolongements) constitue une époque de réévaluation de la place de l’homme dans l’univers. La conscience de l’extension des capacités intellectuelles et spirituelles s’accroît alors à mesure que s’élaborent de nouveaux savoirs, autour d’objets, non pas nouveaux, mais sur lesquels la pensée se renouvelle. Dans cette même période, la peinture, le dessin, les plans et les cartes – quoique répondant à des motivations et à des buts très différents – se développent et sont théorisés ou bien sont issus de calculs et d’expériences exploratoires. Que disent-ils de ces nouveaux savoirs et comment le disent-ils, d’une aire géographique à l’autre du monde hispanique ? Que disent-ils de la société et de tout ce qui la structure ou, au contraire, la désorganise ? On pourra s’intéresser ainsi aux scènes de genre, aux métiers et corporations, aux jeux et aux fêtes incluant des figures de saints patrons à traiter d’un point de vue profane, désacralisé, eu égard à leur représentativité d’un lieu précis.

Si l’on se souvient que parmi les grands principes conceptuels qui régissent la pensée de l’époque figurent l’analogie et la concordia oppositorum mais aussi le perpetuum mobile et la transformation des êtres, on peut se demander dans quelle mesure ils ont influencé les arts iconographiques et ont été rendus visibles.

Axes d’étude

– le paysage, le paysage urbain y compris les cartes, plans, représentations emblématiques des villes

– arts du jardin

– la peinture historique (sauf les portraits des souverains en tant que tels)

– les métiers et les scènes de genre

– les portraits de bouffons

– les anges qui, par exemple, dans la peinture coloniale, présentent une identité de type analogique et les saints patrons (par exemple, restauration des saints patrons sculptés ou peints dans Peribáñez y el comendador de Ocaña, de Lope de Vega)

Bibliographie indicative

Ámbitos artísticos y literarios de sociabilidad en los Siglos de Oro, ed. Elena Martínez Carro y Alejandra Ulla Lorenzo, Kassel, Reichenberger, 2020, intro. p. 2

Baldassare Castiglione, El Cortesano, traduction par Joan Boscan de l’original en italien (1527), Madrid, Cátedra, 1994: pour la peinture voir p. 192-198.

Isabel Colón Calderón, Jardines y huertas en la novela corta del siglo XVII, Analecta Malacitana, 2014

Fernando Copello, «Marcos narrativos ajardinados en las colecciones de novelas cortas espanolas del siglo XVII», Actas del XVI Congreso de la AIH, Cervantes virtual: https://cvc.cervantes.es/literatura/aih/pdf/16/aih_16_2_062.pdf

Dominique de Courcelles (dir.), Nature et paysages. L’émergence d’une nouvelle subjectivité à la Renaissance, Publications de l’École nationale des Chartes, 2008 : https://books.openedition.org/enc/740

Craig Harbison, Renaissance dans les pays du Nord, Paris, Flammarion, coll. « Tout l’art », 1995 (titre original : The Art of the Modern Renaissance).

Geisler Eberhard (coord.), La Representación del espacio en la literatura española del Siglo de Oro, Barcelone, Anthropos, 2013

Christine Delfour et Joséphine Marie, Villes hispaniques et Paysages, n° 10, 2017 de L’Âge d’Or, https://journals.openedition.org/agedor/1309

Louis Marin, Études sémiologiques : écritures, peintures, Paris, Klincksieck, 1972

Louis Marin, De la représentation, Paris, Gallimard/ Le Seuil, 1994

Francisco Rico, El pequeño mundo del hombre, Barcelona, Ediciones Destino, 2005

Fernando Rodríguez de la Flor, Barroco. Representación e ideología en el mundo hispánico, Madrid, Cátedra, 2002

Francisco Calvo Serraller, La teoría de la pintura en el Siglo de Oro, Madrid, Cátedra, 1991

Jean-Michel Servet, « Au-delà des leçons de Gulliver et d’une anamorphose d’Holbein, penser les échelles en sciences sociales » dans Bernard Hubert et Nicole Mathieu (éds.), Interdisciplinarités entre natures et sociétés, actes du colloque de Cerisy, coll. Écopolis, vol. 26, Bruxelles, Peter Lang, 2016

Tzvetan Todorov, Eloge du quotidien, Paris, Le Seuil, coll. « Point », 1997 (édition originale, Paris, Adam Biro, 1993)

Tzvetan Todorov, Eloge de l’individu, Paris, Adam Biro, 2000

Gabrielle Van Zuylen, Tous les jardins du monde, Paris, Gallimard, 1994

Aspects pratique

Les propositions sont à remettre aux coordinatrices (ftoucheron.ulco@icloud.com et florence.dumora@univ-reims.fr) jusqu’au 30 novembre 2021 : (1) une proposition de 200 à 300 mots accompagnée nécessairement (2) d’une note bio-bibliographique n’excédant pas 10 lignes, (3) du laboratoire de rattachement et (4) de l’adresse mail de l’auteur ou autrice.

Les articles devront être envoyés fin mars 2022 accompagnés d’un résumé et de mots clefs en deux langues (français et anglais ou espagnol) et après évaluation seront renvoyés aux coordinatrices dans leur forme définitive pour le 15 novembre 2022 en vue d’une publication dans le courant du premier semestre 2023.

Les articles ne peuvent excéder 40 000 signes espaces comprises et les auteurs et autrices se tiendront aux normes typographiques indiquées sur le site de la revue https://savoirsenprisme.univ-reims.fr/index.php/sep/about/submissions

L’insertion de l’iconographie ne pourra excéder 3 documents. Il incombera aux auteurs et autrices de vérifier les droits de publication et de demander, si besoin est, un financement à leurs laboratoires respectifs. L’insertion de liens URL vers les sites des musées est une bonne solution, libre de droit et lisible.

Informations

PUBLICATION – Heraldic hierarchies. Identity, Status and State Intervention in Early Modern Heraldry

S. Thiry & L. Duerloo (eds.) Heraldic hierarchies. Identity, status and state intervention in Early Modern heraldry, Leuven University Press, 2021 (274p).

ISBN: 9789462702431

The social use and changing character of armorial display in the early modern period. Early modern heraldry was far from a nostalgic remnant from a feudal past. From the Reformation to the French Revolution, aspiring men seized on these signs to position themselves in a changing society, imbuing heraldic tradition with fresh meaning. Whereas post-medieval developments are all too often described in terms of decadence and stifling formality, recent studies rightly stress the dynamic capacity of bearing arms.

Heraldic Hierarchies aims to correct former misconceptions. Contributing authors rethink the influence of shifting notions of nobility on armorial display and expand this topic to heraldry’s share in shaping and contesting status. Moreover, addressing a common thread, the volume explores how emerging states turned the heraldic experience into an instrument of power and policy. Contributing to debates on social and noble identity, Heraldic Hierarchies uncovers a vital and surprising aspect of the pre-modern hierarchical world.

Contributors: Richard Cust (University of Birmingham), Dominique Delgrange (Lille), Luc Duerloo (University of Antwerp), Joseph McMillan (Alexandria VA), Camille Pollet (Université de Nantes), Antoine Robin (École Pratique des Hautes Études), Simon Rousselot (École Pratique des Hautes Études), Clément Savary (École Pratique des Hautes Études), Hamish Scott (Jesus College, Oxford), Steven Thiry (University of Antwerp), José Manuel Valle Porras (Universidad de Córdoba), Nicolas Vernot (Université de Cergy-Pontoise).

Informations

Publication – Flesh, Gold and Wood. The Saint-Denis altarpiece in Liège and the question of partial paint practices in the 16th Century

E. MercierR. De BoodtP.-Y. Kairis (eds.), Flesh, Gold and Wood. The Saint-Denis altarpiece in Liège and the question of partial paint practices in the 16th Century. Proceedings of the Conference Held at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, 22-24 October 2015, Turnhout, Brepols / Institut royal du Patrimoine artistique, 2021 (Scientia Artis, 18). 

The impressive altarpiece in the church of Saint-Denis in Liège is one of the most prestigious but also one of the most enigmatic witnesses to the rich Brabantine altarpiece production at the end of the Middle Ages. The interdisciplinary study carried out during its restoration at the Royal Institute for Cultural Heritage (KIK-IRPA) in Brussels between 2012 and 2014 allowed to resolve some of the questions involved and to propose new refreshing hypotheses. The attribution to the Borman, the most prestigious Brussels sculptor family, was refined, as was its dating in the early 1530s, when the vocabulary of Italian Renaissance began to invade the art of the Meuse banks simultaneously with the still well-anchored Gothic style.

This volume provides a broad platform for the exceptional character of the partial polychromy of the altarpiece, highlighted by the investigation conducted at the KIK-IRPA. This research was nourished by many comparative reflections. The abundant and varied studies presented here, mainly originate from an international conference held in October 2015. In addition, the restoration at KIK-IRPA, between 2016 and 2019, of some of the painted panels that initially adorned the shutters of the altarpiece, also allowed a beneficial reconsideration of the participation of the great Liège painter Lambert Lombard and some local workshop. Starting from an amazing work, they represent an important part of the artistic activity in Liège revived by Prince-Bishop Érard de La Marck.

Informations

Publication – The Bruegel Success Story

 

C. Currie (ed.), The Bruegel Success Story. Papers Presented at Symposium XXI for the Study of Underdrawing and Technology in Painting, Brussels, 12-14 September 2018 (Underdrawing and Technology in Painting. Symposia, 21), Peeters Publishers Leuven, 2021 (550 p.)

ISBN 9789042943322

The Bruegel Success Story. This small phrase evokes the brand invented by the great Pieter Bruegel the Elder (c. 1526/7–69), which was capitalised on by his two sons and many followers. It was the natural theme for a symposium that brought together art historians, scientists and connoisseurs to celebrate the art of Pieter Bruegel and his indelible influence on the generations that followed.
The idea for The Bruegel Success Story Colloquium took root at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, where Bruegel’s most enigmatic painting, the Dulle Griet, was being restored in preparation for the great Bruegel exhibition at the Kunsthistorisches Museum in Vienna in 2018-19.
The papers presented at the symposium that now appear as beautifully illustrated essays in this book are the fruit of research by both renowned experts and relative newcomers, all of whom have been profoundly touched by the art of Pieter Bruegel and his progeny.

Informations

Publication – Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum.

Hélène Leblanc, Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum, Paris, Vrin (Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie), 2021.

312 pages – 13,5 × 21,5 × 1,6 cm
ISBN 978-2-7116-2947-3 – février 2021

La scolastique tardive, au début du XVIIe siècle, est le théâtre d’un débat sur la définition du signe, qui se traduit par la division entre signum formale et signum instrumentale. Le premier est l’écho de la tendance médiévale à comprendre les concepts comme des signes. Le second correspond à une définition qui remonte à Augustin, selon laquelle le signe est une chose sensible qui doit être connue pour porter à la connaissance de quelque chose d’autre. Se démarquant de la voie qui avait fait de la seule Logique de Port-Royal le paradigme de la pensée sémiotique de l’Âge classique, cet ouvrage montre, à partir de ce débat scolastique, que le XVIIe siècle se caractérise globalement par une translatio, visible notamment chez Bayle, Gassendi et Hobbes, d’un modèle linguistico-psychologique à une sémiotique emblématique d’une mutation de la logique désormais ordonnée vers l’épistémologie.

Informations

Publication – Alimentation et maladie. Consultations à Padoue à l’aube des temps modernes

Daniel Droixhe (ULB-ULiège) a publié un ouvrage intitulé «Alimentation et maladie. Consultations à Padoue à l’aube des Temps modernes» dans la collection L’Académie en Poche + 152 p. 

L’ouvrage considère les rapports qu’entretiennent divers aliments et différentes maladies (AVC, épilepsie, hydropisie, hypocondrie, démence, etc.) dans les prescriptions publiées par des médecins de Padoue à la Renaissance. On prend en compte et on lie aux qualités des aliments tels qu’ils ont été définis par Galien les recommandations concernant le bœuf, le porc, le lièvre, la volaille, les oies et canards, les céréales, les légumes et herbes potagères, les produits laitiers, les œufs et le vin.

Daniel Droixhe a enseigné l’histoire de la langue française, la littérature wallonne et picarde à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Liège Il a créé la Société wallonne d’étude du XVIIIe siècle. Sa bibliographie compte environ 200 publications.

Informations

Conférence – Le dernier théologien ? Théophile Raynaud (v. 1583-1663), histoire d’une obsolescence

TH n°127 LE DERNIER THÉOLOGIEN ? Théophile Raynaud : Histoire d'une  obsolescence, Editions BEAUCHESNE

 

Jean-Pascal Gay (UCLouvain) animera le 31 mars entre 14h30 et 16h30 une rencontre sur Zoom autour de son livre Le dernier théologien ? Théophile Raynaud (v. 1583-1663), histoire d’une obsolescence (Paris : Beauchesne, 2018).

Après une présentation du livre par Agnès Guiderdoni, Silvia Mostaccio (UCLouvain) et Anne Régent (Paris 3) exposeront de quelle manière cette étude fait écho à leurs propres recherches.

Le formulaire d’inscription est accessible via ce lien.

 

Publication – Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, XVIe-XVIIIe siècles). Déclin ou renouveau ?

Philippe Desmette (USL-B) et François De Vriendt (Société des Bollandistes) ont publié un ouvrage collectif intitulé « Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, XVIe-XVIIIe siècles). Déclin ou renouveau ? » dans la collection Subsidia Hagiographica (vol. 98) de la Société des Bollandistes, XII + 284 p. 

Si tous les saints ont acquis valeur de témoins de la foi aux yeux des fidèles catholiques, leurs actes, leurs exemples et leurs messages ont été reçus de manière très diverse selon les époques. Les quatorze contributions de cet ouvrage envisagent l’évolution de la popularité des «vieux» saints médiévaux – premiers évêques, martyrs locaux, fondateurs et fondatrices d’abbayes, vierges inspirées, missionnaires antérieurs à l’an mil – à l’époque de la Réforme catholique, du XVI au XVIII siècle. Ces témoins des premiers siècles touchent-ils encore les cœurs et les âmes des fidèles, parfois plus d’un millénaire après leur disparition? Leurs miracles, leurs sanctuaires, leurs reliques suscitent-ils toujours l’adhésion? Leur ancienneté est-elle gage d’autorité ou désavantage par rapport aux saints modernes et à leurs valeurs ? Les réponses surgiront au détour de nombreux cas de figure choisis en France, dans les Pays-Bas habsbourgeois et le Saint-Empire. Celles-ci éclairent des domaines aussi variés que l’histoire intellectuelle et littéraire, les identités locales, les conceptions religieuses et les supports médiatiques offerts par l’imprimé, la gravure ou la peinture. À travers cette problématique, s’observe le dialogue entre deux âges d’or du catholicisme: celui des origines, à la geste souvent légendaire, et celui de la reconquête des esprits entreprise par l’Église, marqué par une efflorescence des arts et des rites, une volonté d’uniformisation de la liturgie et un essor de l’érudition.

Informations

Publication – Lepanto and Beyond. Images of Religious Alterity from Genoa and the Christian Mediterranean

L. Stagno, B. F. Llopis (eds), Lepanto and Beyond. Images of Religious Alterity from Genoa and the Christian Mediterranean, Leuven University Press, 2021 (325 p.)

ISBN 9789462702646

The Battle of Lepanto, celebrated as the greatest triumph of Christianity over its Ottoman enemy, was soon transformed into a powerful myth through a vast media campaign. The varied storytelling and the many visual representations that contributed to shape the perception of the battle in Christian Europe are the focus of this book. In broader terms, Lepanto and Beyond also sheds light on the construction of religious alterity in the early modern Mediterranean. It presents cross-disciplinary case studies  that explore the figure of the Muslim captive in historical documentation, artistic depictions, and literature. With a focus on the Republic of Genoa, the authors also aim to balance the historical scale and restore the important role of the Genoese in the general scholarly discussion of Lepanto and its images.

Informations

Publication – Flesh, Gold and Wood. The Saint-Denis altarpiece in Liège and the question of partial paint practices in the 16th Century. Proceedings of the Conference Held at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, 22-24 October 2015

E. Mercier, R. De Boodt, P.-Y. Kairis (eds.), Flesh, Gold and Wood. The Saint-Denis altarpiece in Liège and the question of partial paint practices in the 16th Century. Proceedings of the Conference Held at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, 22-24 October 2015, Institut royal du Patrimoine artistique, Scientia Artis 18, 2020 (483 pages)

ISBN 978-2-930054-40-7

Prix : 60 €

Le livre est en vente à l’accueil de l’IRPA et sur le site de Brepols.

L’imposant retable de l’église Saint-Denis à Liège constitue l’un des plus prestigieux mais aussi l’un des plus énigmatiques témoins de la riche production de retables brabançons à la fin du Moyen Âge. L’étude interdisciplinaire menée à l’occasion de sa restauration à l’Institut royal du Patrimoine artistique entre 2012 et 2014 a permis de résoudre certaines des questions et de proposer de nouvelles hypothèses vivifiantes. Son attribution à l’illustre atelier bruxellois des Borman a été affinée ainsi que sa datation au début des années 1530, au moment où les motifs de la Renaissance italienne commencent à envahir l’art des bords de la Meuse en parallèle avec un style gothique toujours bien ancré. Une large place a été accordée dans ce volume au caractère exceptionnel de la polychromie partielle du retable mis en exergue par l’étude conduite à l’IRPA et nourrie par de nombreuses réflexions comparatives. La restauration à l’IRPA, entre 2016 et 2019, d’une partie des panneaux peints qui ornaient les volets du retable a aussi permis une salutaire reconsidération de la participation du grand peintre liégeois Lambert Lombard et de l’un ou l’autre atelier local. Les études foisonnantes et diversifiées de spécialistes belges et étrangers rassemblées dans cet ouvrage présentent, à partir d’une œuvre étonnante, un pan important de l’activité artistique liégeoise revitalisée par le prince-évêque Érard de La Marck.

Table des matières

 

Publication – Christophe Plantin’s Correspondence

Dirk Imhof, Christophe Plantin’s Correspondence. Perspectives on Life and Work as a Publisher in 16th Century Europe, Ghent, Uitgeverij Academia Press, 2020. 252 pages

À l’occasion du 500ème anniversaire de l’éditeur humaniste Christophe Plantin, Dirk Imhof, conservateur au musée Plantin-Moretus d’Anvers, offre une nouvelle édition de sa correspondance.

In the sixteenth century, Antwerp was an important humanist center. It was the ideal environment for printer, publisher and book seller Christophe Plantin. Through his letters he kept in touch with a variety of correspondents: members of the Spanish court, book dealers, authors such as the scholar Justus Lipsius, the mapmaker Abraham Ortelius and the botanist Carolus Clusius, as well as his own daughters.

This book offers a selection of the letters that most capture the imagination and reveal the publisher annex businessman in full action: while recruiting authors, starting up a Bible edition, solving staff problems and much more. The collection of letters thus offers more insight into Plantin’s personal life as well as into the sixteenth-century zeitgeist, exploring themes that are still relevant today, such as international trade, war, censorship, reputation, father-daughter relationships…

Informations complémentaires sur le site de l’éditeur

Publication – Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique

R. Adam, J. Devaux, N. Henrard, M. Marchal, A. Velissariou (dir.), Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, Paris, Classiques Garnier, 2020, coll. Rencontres, 451, série Civilisation médiévale, n° 38.

 

Résumé

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

Table des matières
  1. LE PASSAGE DU MANUSCRIT À L’IMPRIMÉ
  • Paola Cifarelli, « Antoine Vérard, éditeur des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »
  • Paola Cifarelli, « Les Quinze Joies de Mariage, des manuscrits aux incunables »
  • Catherine Gaullier-Bougassas, « Des manuscrits aux imprimés du Roman de Philippe de Madien et du Roman de Florimont. Deux stratégies éditoriales »
  • Elisabetta Barale, « Le passage à l’imprimé des œuvres de Jean Miélot »
  • Danielle Quéruel, « Les Passages d’outremer de Sébastien Mamerot. Des manuscrits aux imprimés »
  1. LES LETTRES MÉDIÉVALES À L’AUBE DE L’ÈRE TYPOGRAPHIQUE. LA RÉCEPTION DES TEXTES MEDIÉVAUX PAR LES PREMIERS IMPRIMÉS
  • Maria Colombo Timelli, « Mises en prose et éditeurs « périphériques ». Quels titres pour quels lecteurs? »
  • Renaud Adam, « La réception imprimée de la littérature médiévale dans le comté de Hainaut (xve-xvie siècle) »
  • Muriel Ott, « La prose d’Ogier le Danois. Des trois premiers imprimés à deux éditions ultérieures »
  • Jonathan Dumont, « Au creuset des transitions littéraires et politiques. La tryumphante et solemnelle entree de Rémi Dupuis »
  • Christine Ferlampin-Acher, « L’édition de 1528 de Perceforest. « O magnifiques seigneurs […]. lisez et perlisez les chevaleureux gestes […] »
  • Marie-Madeleine Castellani, « Florimont dans l’imprimé lyonnais d’Olivier Arnoullet (1529) »
  • Sophie Lecomte, « Histoire éditoriale et réception de la mise en prose de Guy de Warwick au xvie siècle. Le cas de l’édition Bonfons »
  1. IMPRIMÉS ET TRADITION TEXTUELLE
  • Maria Colombo Timelli, « Les éditions d’Antoine Vérard, des témoins (pas) comme les autres? »
  • Adeline Desbois-Ientile et Anne Schoysman, « Éditer les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges »
  • Laura-Maï Dourdy, « Variance dans la tradition imprimée. Étude de la stratégie éditoriale de deux imprimeurs-libraires, Michel Le Noir et Nicolas Chrestien »
  • Barbara Ferrari, « Le rôle des imprimés dans l’édition d’une mise en prose manuscrite. La belle Hélène de Constantinople »
  • Matthieu Marchal, « Réflexions sur le remaniement d’une chanson de geste connu uniquement par des imprimés. Le cas de Florent et Lyon, mise en prose d’Othevien »

Informations supplémentaires sur le site de l’éditeur.

Publication – Le théâtre de la censure (16e et 21e siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique

Adam Renaud, Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2020

Résumé

Cet essai porte sur la censure des livres et, plus spécifiquement, sur sa mise en scène. Il ambitionne d’apporter des éléments de compréhension à un phénomène résolument contemporain par une mise en perspective avec la situation du XVIe siècle. Loin de verser dans un comparatisme historique simpliste, la volonté est de proposer des pistes de réflexions sur la problématique de la censure au début de l’ère numérique à l’aune d’une grille de lecture élaborée pour le XVIe siècle, qui connut l’un des plus grands épisodes « biblioclastes » de l’histoire européenne.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles). Ses travaux portent principalement sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne. Il a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) (2018).

L’ouvrage peut être commandé sous différents formats directement à partir du site de l’Académie Royale.

Renaud Adam a présenté les lignes de faîte de cet ouvrage dans un cours-conférence du Collège Belgique que vous pouvez réécouter ici.

PUBLICATION – Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Ouvrage publié sous la direction de Julie Piront et Adriana Sénard-Kiernan
 
Parution : 21/01/2020 
 

À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les ordres religieux, créations nouvelles ou réformes d’ordres anciens, se multiplient dans les villes de l’Europe catholique où ils bâtissent églises, collèges et monastères. Si l’apport des architectes laïcs à ces entreprises est bien connu, celui des religieux, et plus encore des religieuses, est resté au second plan de la production architecturale. Pourtant, ces hommes et ces femmes ont été les chevilles ouvrières de ces chantiers, concevant des projets, des plans ou des croquis d’architecture, surveillant les travaux et expertisant les édifices. Mettant leurs connaissances et leurs compétences au service de leur ordre – et parfois d’autres – ils et elles ont pleinement pris part à l’intense activité constructive qui caractérise les XVIIe et XVIIIe siècles.

Afin de réhabiliter les œuvres de ces hommes et de ces femmes, une journée d’étude s’est tenue en avril 2017 à l’Université de Lyon 3 dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » du LARHRA. Richement illustrées, les contributions de ce volume interrogent le métier des religieux et religieuses architectes en France, dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège. Si leurs formations restent pour la plupart méconnues, leurs talents sont attestés par l’étude de leurs carrières et de leurs réalisations (malheureusement fréquemment démolies ou transformées), mais aussi et surtout par les archives et les sources iconographiques. Éclairage complémentaire, la dernière contribution analyse le rôle des marguilliers dans la construction des églises paroissiales de Paris pour lesquelles les compétences des membres de la communauté ont également été mobilisées et mises à profit.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/node/6627