Archives par mot-clé : publication

PARUTION – Un discours comparatif sur les corps naturel et politique

Éditeur scientifique : Bernard Graciannette 

Résumé : Au temps de Jacques Ier Stuart, Edward Forset, défenseur la monarchie absolue, construit le modèle d’une société fascinée par la figure du prince souverain et rassemblée par une communauté d’intérêts matériels, où les troubles sont regardés comme des maladies et où les magistrats agissent comme des médecins.

Informations

PARUTION – Le Problème de la liberté dans le constitutionnalisme britannique

Un ouvrage de Céline Roynier.

Résumé : Comment expliquer la résistance du Royaume-Uni à la conception « continentale » des droits de l’homme ? Cet ouvrage répond à cette interrogation en suggérant que c’est dans la pensée juridique anglaise du XVIIe siècle que s’est fixée cette conception anglaise particulière de la liberté.

Informations

événement scientifique – Lancement du livre « Cartographie et pouvoir. L’ Atlas de Jacques de Deventer »

L’ Atlas de Jacques de Deventer

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, Jacques de Deventer a réalisé, à la demande de Philippe II, les plans de plus de 250 villes des Pays-Bas espagnols. L’ouvrage expose en quoi cet atlas, généralement interprété comme document militaire, fut en réalité influencé par des questions d’ordre politique. Profil du cartographe, franchises urbaines et organisation politique des anciens Pays-Bas jouèrent un rôle essentiel dans la construction de cette cartographie urbaine. Les caractéristiques de ces plans sont également étudiées afin de mieux cerner la place qu’ils occupent au sein de l’histoire de la cartographie. Vision de la ville, perception de l’espace ou procédés de représentation sont autant d’aspects analysés. Ils permettent de comprendre que, malgré un résultat troublant de modernité, cette collection est largement tributaire des codes de son époque et relève plus du document politique que militaire.

Lancement du livre

Venez assister au lancement de l’ouvrage Cartographie et pouvoir au XVIe siècle : l’Atlas de Jacques de Deventer. Une interprétation novatrice de l’atlas de Jacques de Deventer, l’un des trésors de KBR.

Date : 18 février 2020, 17h30 – 20h00

Lieu : KBR, Salle de lecture Cartes et Plans 

Réservation obligatoire

Parution – Le discret langage du pouvoir. Les mentions de chancellerie du Moyen Âge au XVIIe siècle

Titre : “Le discret langage du pouvoir. Les mentions de chancellerie du Moyen Âge au XVIIe siècle” (Canteaut O. (dir.))

Les chancelleries ont souvent apposé, au gré de leur travail, de brèves mentions dans les marges des actes qu’elles émettaient. Cet ouvrage démontre que ces notes, malgré leur sècheresse toute bureaucratique, sont au cœur d’enjeux juridiques et politiques essentiels pour les pouvoirs de la fin du Moyen Âge et de la première modernité.

Pour plus d’informations  : http://www.chartes.psl.eu/fr/publication/discret-langage-du-pouvoir

Publication – « Es plantar un mundo nuevo ». Légiférer aux anciens Pays-Bas (XIIe-XVIIIe siècle)

Jean-Marie Cauchies, « Es plantar un mundo nuevo ». Légiférer aux anciens Pays-Bas (XIIe-XVIIIe siècle), Bruxelles : Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2019

ISBN : 978-2-8031-0676-9

Toutes les informations sur le site de l’Académie royale de Belgique

Argumentaire :

Qu’est-ce que « la loi », qui « légifère » dans les anciens Pays-Bas ?
Les normes édictées par les princes territoriaux du Moyen Âge puis les souverains des Temps modernes répondent-elles à des besoins hic et nunc ou s’inscrivent-elles dans des programmes de gouvernement ? Quels individus et quelles institutions sont-ils associés à leur création, à leur interprétation, à leur diffusion ? Comment sont-elles portées à la connaissance des sujets auxquels elles s’appliquent ? Telles sont les questions encore très actuelles qu’aborde ce livre en balayant plus de six siècles d’histoire.

Publication – Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs de la première modernité (1500-1700)

Nicolas Cordon, Édouard Degans, Elli Doulkardidou-Ramantani et Caroline Heering (dir.), Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs de la première modernité (1500-1700), Rennes : PUR, 2019

ISBN: 978-2-7535-7740-4

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Argumentaire

Les études réunies ici s’intéressent aux dispositifs d’encadrement, réels ou feints, imaginés par les artistes pour délimiter, articuler, transfigurer les différentes parties de leurs décors, tout en conditionnant l’expérience et la réception du message proposé aux sens. Trop souvent considéré par l’histoire de l’art comme un ornement accessoire destiné à embellir objets et images, le motif du cadre trouve dans les décors de la première modernité (1500-1700) un champ d’application aussi vaste que fécond, et permet de penser l’œuvre dans son ensemble comme un système unitaire organisant, parfois de façon étonnamment ludique, plusieurs niveaux de représentation et d’artifice.

Publication – Rubens et la musique

F. Guilloux, C. Drèze (eds.), Rubens et la musique, Turnhout : Brepols, 2019 (Epitome musical).

ISBN : 978-2-503-58456-0

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Argumentaire :

Ouvrage collectif et interdisciplinaire interrogeant sous divers angles le rapport de Rubens et son œuvre à l’art musical

Quelle était la culture musicale de Pierre Paul Rubens (1577-1640) ? Les archives et les témoignages directs restent évasifs et laconiques sur la question. Son œuvre pictural comporte en revanche de nombreux éléments qui permettent non seulement de restituer l’univers sonore du peintre mais également d’apprécier sa haute maîtrise des codes iconographiques contemporains. Pour la première fois, cet ouvrage collectif jette un regard neuf sur la production du doctus pictor, ses sources d’inspirations, ses influences et ses dispositifs iconographiques en matière de musique et, plus largement, contribue à une meilleure connaissance de l’iconographie musicale des xvie et xviie siècles.

Publication – Poétique de l’extase France, 1601-1675

Clément Duyck, Poétique de l’extase. France, 1601-1675, (Lire le XVIIe siècle, 53), Paris, Classiques Garnier, 2019

ISBN: 978-2-406-08132-6

4ème de couverture :

Qu’y a-t-il de commun à l’extase des saints et des poètes, des sorciers et des prophètes, de la théologie et de la mélancolie, des philosophes et des illuminés qui vocifèrent leurs cantiques ? Un excès qui poétise les corps, les comportements, la langue et les savoirs, leur imprimant la marque d’une loi autre que celle dont ils sont jugés. Une défaillance du sens, qu’une littérature composée de récits (auto)biographiques, de traités de spiritualité et de poésie lyrique a voulu prendre en charge en France au XVIIe siècle, avant que l’extase ne soit définitivement reléguée aux franges des bienséances et de la religion.

 

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Publication – Une mer jalousée Contribution à l’histoire de la souveraineté (Méditerranée, XVIIe siècle)

Guillaume Calafat, Une mer jalousée 
Contribution à l’histoire de la souveraineté (Méditerranée, XVIIe siècle), Paris : Seuil, 2019

EAN : 9782021379365

Résumé :

Comment disait-on le droit sur les mers à l’époque moderne ? Par quels dispositifs les pouvoirs politiques dotés d’une façade maritime tentaient-ils de faire respecter un pouvoir de « juridiction », entendu comme un « droit de dire le droit », sur un espace liquide particulier ? Ces questions sur la liberté, la communauté et l’empire des mers ont donné lieu à une grande controverse juridique livrée à l’échelle du globe. Une mer jalousée propose d’en faire l’histoire à partir de l’observatoire méditerranéen. De la mer Adriatique aux mers du Levant, du golfe du Lion aux littoraux nord-africains, l’enquête décline à différentes échelles, depuis les bureaux des juristes jusqu’aux ponts des navires, un large éventail de conceptions concurrentes des limites maritimes et des eaux « territoriales ». Ce faisant, l’ouvrage revient, au carrefour de l’histoire, du droit et de la philosophie, sur des notions juridiques cardinales de la pensée politique moderne, telles que la « propriété », l’« occupation », la « possession » et la « souveraineté ». Guillaume Calafat les inscrit dans une généalogie de longue durée embrassant l’histoire antique et médiévale, les textes du droit romain et leurs commentaires médiévaux, les lois byzantines comme la normativité musulmane. Une mer jalousée s’appuie ainsi sur une centaine de textes imprimés à propos de la domination des mers, en les croisant avec des libelles manuscrits, des atlas, des cartes, des traités, des gravures, afin de brosser le portrait d’une mer au statut disputé et incertain.

Guillaume Calafat est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Institut d’histoire moderne et contemporaine). Ses recherches portent sur la Méditerranée de l’époque moderne, et notamment sur les échanges marchands et maritimes entre Europe occidentale et monde ottoman.

Publication – Emotion de Dieu. Attributions et appropriations chrétiennes (XVIe-XVIIIe siècles)

C. Bernat, F. Gabriel (ed.), Émotions de Dieu. Attributions et appropriations chrétiennes (XVIe – XVIIIe siècle), Brepols, Turnhout, 2019

ISBN : 978-2-503-58367-9

Résumé :

Si le grand mouvement d’histoire des émotions est maintenant très développé et reconnu, un angle mort persiste : il s’intéresse aux émotions des hommes, non à celles de Dieu. Tel est le cœur de ce volume qui couvre une période clef de la thématisation des passions.

Parler de Dieu suppose de lui attribuer des qualités qui montrent combien sa nature diverge de celle de l’homme. De sa perfection découlent notamment l’impassibilité et l’immutabilité. Dès lors, comment parler d’émotions de Dieu, puisque les mouvements, le dérèglement et l’altération qu’elles présument renvoient, dès l’Antiquité, à la faiblesse et à la passivité humaines ? Ces émotions divines traversent pourtant bien l’Ancien Testament, qui présente un Dieu tour à tour affligé, offensé, en colère, aimant et prenant pitié de ses créatures. Ces anthropomorphismes doivent-ils être lus de manière allégorique, comme la preuve d’une inadéquation sémantique et d’une intention pédagogique ? Est-ce parce que ce sujet résiste que le vaste courant d’histoire des émotions l’a délaissé ? L’implication affective du Fils a pourtant été décisive pour appréhender la spécificité chrétienne et l’empathie divine comme source de consolation suprême. Notre volume se situe à l’intersection de ce double angle mort thématique de l’histoire des émotions, et chronologique de l’histoire de la théologie de la souffrance de Dieu qui néglige l’époque moderne. Il propose d’élargir l’enquête aux gestes sociaux dans lesquels les émotions de Dieu sont impliquées. En quel sens peut-on parler d’émotions divines ? Par qui, dans quels cadres et à quelles intentions sont-elles mobilisées ? À quels titres sont-elles révélatrices de la difficulté à penser la divinité ? Les embarras narratifs, ontologiques, exégétiques et confessionnels auxquels donnent lieu ces émotions divines se déploient ici dans des cadres théologiques, homilétiques, littéraires, et plus largement oratoires, théâtraux et guerriers.