Archives par mot-clé : religion

Colloque – Ornamenta Sacra. Late Medieval and Early Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800)

Colloque – Ornamenta Sacra. Late Medieval and Early Modern Liturgical Objects in a European Context (1400-1800)

Date : 24-26 octobre 2019

Lieux : Bruxelles, KIK-IRPA ( Parc du Cinquantenaire 1 / Bruxelles / Cinquantenaire 1) et KU Leuven Justius Lipsiuscollege (Minderbroedersstraat 15, 3000 Louvain)

Retrouvez toutes les informations sur la page de l’IRPA.

Candidatures – 5 doctorats dans le cadre du projet “Innovation through Education: Pioneering Change in Law and Theology in Louvain’s Golden Age”

La KULeuven est à la recherche de candidats doctorants pour 5 recherches dans le cadre du projet “Innovation through Education: Pioneering Change in Law and Theology in Louvain’s Golden Age”

Consultez l’appel à candidatures pour plus d’informations sur ces projets.

Publication – Emotion de Dieu. Attributions et appropriations chrétiennes (XVIe-XVIIIe siècles)

C. Bernat, F. Gabriel (ed.), Émotions de Dieu. Attributions et appropriations chrétiennes (XVIe – XVIIIe siècle), Brepols, Turnhout, 2019

ISBN : 978-2-503-58367-9

Résumé :

Si le grand mouvement d’histoire des émotions est maintenant très développé et reconnu, un angle mort persiste : il s’intéresse aux émotions des hommes, non à celles de Dieu. Tel est le cœur de ce volume qui couvre une période clef de la thématisation des passions.

Parler de Dieu suppose de lui attribuer des qualités qui montrent combien sa nature diverge de celle de l’homme. De sa perfection découlent notamment l’impassibilité et l’immutabilité. Dès lors, comment parler d’émotions de Dieu, puisque les mouvements, le dérèglement et l’altération qu’elles présument renvoient, dès l’Antiquité, à la faiblesse et à la passivité humaines ? Ces émotions divines traversent pourtant bien l’Ancien Testament, qui présente un Dieu tour à tour affligé, offensé, en colère, aimant et prenant pitié de ses créatures. Ces anthropomorphismes doivent-ils être lus de manière allégorique, comme la preuve d’une inadéquation sémantique et d’une intention pédagogique ? Est-ce parce que ce sujet résiste que le vaste courant d’histoire des émotions l’a délaissé ? L’implication affective du Fils a pourtant été décisive pour appréhender la spécificité chrétienne et l’empathie divine comme source de consolation suprême. Notre volume se situe à l’intersection de ce double angle mort thématique de l’histoire des émotions, et chronologique de l’histoire de la théologie de la souffrance de Dieu qui néglige l’époque moderne. Il propose d’élargir l’enquête aux gestes sociaux dans lesquels les émotions de Dieu sont impliquées. En quel sens peut-on parler d’émotions divines ? Par qui, dans quels cadres et à quelles intentions sont-elles mobilisées ? À quels titres sont-elles révélatrices de la difficulté à penser la divinité ? Les embarras narratifs, ontologiques, exégétiques et confessionnels auxquels donnent lieu ces émotions divines se déploient ici dans des cadres théologiques, homilétiques, littéraires, et plus largement oratoires, théâtraux et guerriers.

Conférence – Paradigmatic Prints and Particular Performances: Religious and musical identities in the liturgical books of the Cathedral of Our Lady and the Church of St. James, Antwerp

Paradigmatic Prints and Particular Performances: Religious and musical identities in the liturgical books of the Cathedral of Our Lady and the Church of St. James, Antwerp — Conférence par
Marianne C.E. Gillion (KU Leuven) dans le cadre des Miraeus Lectures.

Date : 27 mars 2019, 19h

Lieu : Nottebohmzaal, Bibliothèque Hendrik Conscience, place Hendrik Conscience, Anvers

Plus d’information sur la conférence.

Exposition – Vêtements sacrés. Sacrés vêtements

Exposition itinérante consacrée aux textiles liturgiques, conçue par le CIPAR et les membres du projet Ornamenta Sacra, avec l’aide des étudiants de master en histoire de l’art de l’UCL.

Dates et lieux :

  • 21 juin – 31 août 2018 : Basilique Notre-Dame de Basse Wavre
  • 23 juin – 9 septembre 2018: Eglise Saint-Loup de Namur
  • 30 juin – 29 juillet 2018: Cathédrale Saint-Paul de Liège
  • 24 juin – 25 novembre 2018: Abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance

L’exposition tournera ensuite dans différentes églises patrimoniales de Wallonie.

Présentation de l’exposition

 

Publication – Catholicisme, culture et société aux Temps modernes

D.-O. HUREL, B. HOURS, C. DAVY-RIGAUX, G. GOUDOT, Catholicisme, culture et société aux Temps modernes. Mélanges offerts à Bernard Dompnier, Brepols, Turnhout, 2018.

ISBN : 978-2-503-57953-5

Description :

Pendant plus de quarante années, Bernard Dompnier a scruté la complexité du catholicisme moderne, ouvrant de nombreux chantiers transversaux autour des réguliers, des missions, des dévotions mais aussi de la liturgie et de la musique sacrée. La vingtaine de textes qui constitue ce livre, dont les auteurs sont des collègues et amis, historiens et musicologues, rend ainsi hommage à cette diversité d’approches pour un objet principal: le catholicisme pensé et vécu au coeur de la société d’ancien régime.

Colloque – Walking with Saints. Protection, devotion and civic identity

Colloque international organisé par le KADOC (KU Leuven) et la ville de Renaix

Titre: Walking with Saints. Protection, devotion and civic identity

Dates: 24-25-26 mai 2018

Lieu: Belgique, Renaix (Ronse)

Programme détaillé

Argument

Since the adoption of the UNESCO Convention for the Safeguarding of Intangible Cultural Heritage in 2003, the issue of cultural practices has increasingly gained the attention of heritage professionals, academics, decision makers and practitioners alike. Many practices, rituals, performances, social traditions, craftsmanship and more have since been put on the list of Intangible Cultural Heritage. However, despite the growing interest in the social dimensions of cultural heritage and the recognition of the importance of the intangible aspects of heritage, many issues still need further reflection.  A crucial aspect is the interaction and relationship between intangible cultural heritage and its spatial contexts. This is part of a broader “spatial turn” in historiography and research.

For centuries people in Europa and elsewhere have walked the landscape carrying the relics of martyrs and saints. By doing so they gave meaning to and altered the significance of the land, be it urban or natural, in more ways than we imagine. One of these aspects is the way in which the landscape is transformed by walking it, thus setting paths, reinforcing boundaries, strengthening a community’s identity in relation to a certain landscape or setting the pace of life according to the repetition of the traditional acts in time.

“Walking with saints: protection, devotion and civic identity” focusses on the origin and evolution of procession rites with a strong link with the landscape. This conference, therefore, aims at studying the religious landscape, be it a specific spot or a larger territory, not as the mere spatial background for spiritual activities, but as an active agent in the shaping, transmission and transformation of the spiritual activity of human beings throughout time. Hence, we invite also reflections on developments in the 19th and 20th centuries when a rediscovering of the past, both within and outside the Christian churches, was en vogue and when new ways of looking at the natural landscape were moulded in the aftermath of the industrialisation of the economy.

Though the starting point is an activity that is typical for Europe, we are interested in broadening the perspective to non-Christian and non-Western traditions that have an important connection with the landscape in which they are performed.  It is generally known, for example, that the landscape and natural phenomena play an important role in the traditions of indigenous cultures in Australia, the Americas and Africa. In Asia walking with the statues of gods is a common, though little understood, phenomenon. It is to be expected that these traditions can broaden our understanding of the role of the landscape in the development and sustainability of immaterial heritage.

Conférence – Entre trésors et archives, la collection des Bollandistes

Conférence par les Drs. Michiel Verweij et Nathalie Roland (KBR) dans le cadre des Déjeuners de la recherche de la Bibliothèque royale de Belgique.

Titre : Entre trésors et archives, la collection des Bollandistes.

Date : 20 avril 2018, 13h-14h.

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique, Park Room (2e étage).

Plus d’informations via ce lien.

Appel à candidature – Geschiedenis van de spiritualiteit in de Nederlanden in de middeleeuwen en vroegmoderne tijd

Poste de personnel académique (ZAP) à temps partiel (70%) en « Geschiedenis van de spiritualiteit in de Nederlanden in de middeleeuwen en vroegmoderne tijd », à l’institut de recherche  Ruusbroecgenootschap de l’Universiteit Antwerpen.

Lieu: Anvers, Universiteit Antwerpen, Faculteit Letteren en Wijsgebeerte, Ruusbroecgenootschap

Date d’entrée en fonction: 1 octobre 2018

Date limite de candidature: 2 avril 2018

Appel détaillé sur le site de l’Universiteit Antwerpen

Publication – Physicae et theologicae conclusiones

Otto van Veen, Physicae et theologicae conclusiones (1621), présenté sous la direction d’Aline Smeesters, Agnès Guiderdoni et Ralph Dekoninck, traduction par Aline Smeesters, Turnhout, Brepols (« Imago Figurata: Text and Editions », vol. 1), 2017

ISBN : 978-2-503-56966-6

Résumé :

Le peintre Otto Vaenius (Leyde 1556 – Bruxelles 1629) n’a longtemps été connu que comme le maître de Rubens. Depuis quelques décennies, le regain des études emblématiques a remis à l’honneur ses recueils d’emblèmes à succès. Mais certains de ses ouvrages plus confidentiels restent encore largement méconnus. Tel est le cas des Physicae et theologicae conclusiones (1621), un petit opuscule d’une vingtaine de pages publié dans des circonstances mystérieuses, qui se propose rien moins que de résoudre « par des notes et des figures » le problème de la prédestination et du libre arbitre. Mais l’intérêt de l’opuscule va bien au-delà de l’enjeu théologique : par l’invention d’un langage visuel inédit et déroutant (à mi-chemin entre le géométrique et le figuratif, entre le diagramme et l’emblème), l’ouvrage offre une étonnante clé de lecture à l’ensemble de l’œuvre de Vaenius, et constitue en même temps un témoignage frappant de la créativité d’une époque en pleine mutation épistémologique. La présente édition propose une reproduction en fac-similé de cet opuscule rarissime ainsi que, pour la première fois, une traduction intégrale en langue française. Le texte est précédé d’une introduction nourrie, fruit d’une collaboration entre cinq chercheurs croisant des approches historiques, littéraires, artistiques et sémiotiques. Les Conclusiones sont ainsi remises dans le contexte de leur époque, au cœur des querelles théologiques mais aussi au croisement de deux courants de pensée majeurs qui ont imprégné la réflexion de Vaenius, le néo-stoïcisme de Juste Lipse et l’alchimie de Paracelse.

Publication – Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité.

DRUEZ Laurence et MAQUET Julien, Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité, Institut du Patrimoine Wallon, 2017.

ISBN : 978-2-87522-196-4

Date de publication : 18/12/2017

Résumé :

Cette année a lieu le 500e anniversaire de la Réforme protestante. Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, un ouvrage sur le patrimoine protestant de Wallonie est en vente depuis ce 18 décembre 2017.

Il y a 500 ans, le 31 octobre 1517, Martin Luther publiait ses 95 thèses  contre les indulgences, qui marquent le début de la Réforme.

Basé sur des enquêtes de terrain et sur des dépouillements de nombreux fonds d’archives à ce jour peu exploités, le livre Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité vise à faire connaître, dans toute leur diversité et dans leur contexte historique, les édifices les plus emblématiques du culte protestant – appelés communément temples – de Wallonie. À travers l’étude de leur conception, de leur construction, de leur aménagement, de leurs évolutions extérieures et intérieures, de leur environnement et de leurs multiples fonctions – pas seulement cultuelles –, le lecteur découvrira l’identité complexe d’une minorité religieuse discrète, mais vivante et largement méconnue, et ses mentalités, révélatrices d’un rapport à l’espace et au temps.

Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, cet ouvrage met également en valeur un patrimoine documentaire riche et unique – mais menacé – qui constitue la mémoire du protestantisme belge, cinq fois centenaire en cette année 2017, et contribue à une meilleure compréhension de son inscription dans notre société, marquée par le pluralisme religieux et philosophique.

Richement illustré, la publication a été rédigée par Laurence Druez, docteur en histoire de l’ULg et chef de travaux aux Archives de l’État de Liège, et Julien Maquet, docteur en histoire de l’ULg, directeur de l’Archéoforum de Liège et responsable des publications de l’Institut du Patrimoine wallon.

Plus d’informations ici.

 

Conférences – Luther anno 2017

Titre : « Luther anno 2017 – Grenzen aan de vrijheid ? »
Lieu : Anvers
Date de l’événement : 12/10, 9/11, 23/11, 14/12/2017

Résumé/argument :

Op 31 oktober 2017 is het 500 jaar geleden dat Maarten Luther zijn 95 stellingen over de aflaat publiceerde. Het Universitair Centrum Sint-Ignatius Antwerpen (UCSIA) organiseert, in het kader van deze herdenking, een (Engelstalige) publieke lezingenreeks – met seminaries voor studenten – aan de Universiteit Antwerpen, waar op academisch niveau onderzocht wordt hoe het mogelijk was dat de ‘zaak Luther’ zulke enorme weerklank kreeg. De rol van de (toenmalige) moderne media komt aan bod, alsmede de repercussies die Luthers optreden heeft gehad voor de Joodse inwoners van Europa.

Programme

12/10 : Grenzen aan de vrijheid ?

9/11 : Luther en het jodendom

23/11 : Religie, media en propaganda

14/12 : Leven en werk van Luther

Source de l’info : http://www.ucsia.org/main.aspx?c=*UCSIA2&n=122396&ct=122396

CFP – Image(rie)s religieuses à l’ère industrielle en Europe (XVIIIe-XIXe siècle)

Image(rie)s religieuses à l’ère industrielle en Europe (XVIIIe-XIXe siècle)

Dates : 20-21 avril 2016
Lieu : Université de Haute-Alsace, Campus Fonderie, Mulhouse
Date limite de réponse à l’appel : 15 décembre 2015 

1Les temps modernes, avec les développements techniques de la gravure et la multiplication des supports imprimés, décuplent la présence des images religieuses en Occident. Qu’elles accompagnent la diffusion des textes ou se retrouvent, isolées, dans les effets des particuliers, qu’elles soient le support de dévotions ou de simples illustrations ou décorations et bien que leur statut diverge suivant la religion professée, les images font partie de l’environnement religieux des croyants. Images du Christ ou de la Vierge, des saints ou des principaux personnages bibliques, elles se retrouvent également au sein de religions qui donnent, à les appréhender trop rapidement, l’impression de les rejeter. Le protestantisme ou le judaïsme, même si le texte biblique est déterminant dans la liturgie, ne négligent pas les images religieuses ; elles ne sont pas vénérées mais peuvent jouer un rôle pédagogique important pour le fidèle (souvenirs de communion, portrait de pasteurs, Mizra’h ou mappot…).

Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’essor industriel favorise leur production à grande échelle avec une circulation accrue qui entraîne la création de modèles et de représentations culturelles. L’imagerie religieuse se répand, les centres de productions se spécialisent et exportent dans toute l’Europe et au-delà, comme certaines entreprises alsaciennes qui ont produit en arabe des images à destination du marché musulman vers la fin du XIXsiècle. Les productions industrielles représentant des images religieuses participent alors à la diffusion de certains modèles et suscitent un véritable engouement. Ainsi, les estampes de tableaux, apparues à la Renaissance, restent largement diffusées, mais de nouveaux supports plus populaires s’emparent de l’iconographie religieuse telles les imageries diffusées par les colporteurs et les arts industriels (toiles imprimées, faïences, papiers peints).

Cet intérêt pour l’imagerie religieuse et la vulgarisation, pourrait-on dire, qu’elle connaît dans la société européenne des XVIIIe et XIXe siècles posent de nombreuses questions. La première concerne la circulation des modèles diffusés : quelles voies sont utilisées et suivant quels réseaux ? Quel public vise-t-on et suivant quelles modalités de diffusion ? Cette première question croise celle de la représentation des modèles véhiculés par la fabrication et le commerce d’images religieuses. Cette interrogation paraît particulièrement déterminante en France, où ces dernières sont d’abord le reflet d’un catholicisme d’État jusqu’à la Révolution française. Le Concordat place le catholicisme comme religion de la majorité des Français mais, en reconnaissant certaines minorités religieuses (protestantisme, judaïsme), il permet également l’expression et la diffusion d’une imagerie des religions jusqu’alors difficilement acceptées. Ce pluralisme modifie-t-il le rapport aux images religieuses présentes dans les différentes confessions, les supports sont-ils les mêmes que dans la religion dominante ou répondent-ils à des spécificités confessionnelles?

En posant la question des images et des imageries religieuses à l’ère industrielle, ce colloque entend s’interroger sur les conséquences d’une production à grande échelle sur les choix iconographiques, culturels et artistiques au sein des monothéismes en Europe.

Les propositions de communication (titre et résumé d’une dizaine de lignes) sont à renvoyer avant le 15 décembre 2015 à colloque2016.cresat@uha.fr

Comité scientifique :

– Patrick Cabanel, Directeur d’études, EHPE.

– Pierre-Yves Kirschleger, MCF en histoire contemporaine, université Paul-Valéry Montpellier III.

– Jean-François LUNEAU, MCF histoire de l’art-HDR, Centre d’histoire Espaces et Cultures, Maisons de Sciences de l’homme, université Clermont-Ferrand.

– Evelyne Oliel-Grausz, MCF en histoire moderne, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

– Isabelle Saint-Martin, Directrice d’études, EPHE.

– Nicolas Stoskopf, Professeur en histoire contemporaine, université de Haute-Alsace

Comité d’organisation :

– Céline Borello, MCF histoire moderne-HDR, université de Haute-Alsace.

– Aziza Gril-Mariotte, MCF histoire de l’art, université de Haute-Alsace.

Lien